Sections
Vous êtes ici : Accueil nouveautes Nouveaux logements rues Saint-Séverin et Coqraimont

Nouveaux logements rues Saint-Séverin et Coqraimont

Il s’agit de la dernière phase d’un important programme initié il y a plus de 10 ans avec pour objectif l’assainissement et la requalification d’un îlot urbain entier, l’îlot dit Firquet, situé entre les rues Saint-Séverin, Hocheporte, Coqraimont et Firquet.

visuel-inauguration-logements-saint-severin-web.jpg


Cette réalisation fait partie d'une série d’opérations de rénovation, démolition-reconstruction et aménagement d’espaces extérieurs qui ont transformé en profondeur la structure et le paysage de cet îlot urbain.

Réhabilitation selon les grands axes du schéma directeur de la rénovation urbaine du quartier Sainte-Marguerite :

  • Spécifier le quartier d’un point de vue immobilier.
  • Resituer Sainte-Marguerite dans le maillage urbain liégeois
  • Considérer Sainte-Marguerite en qualité de cadre de vie
  • Renforcer Sainte-Marguerite comme quartier tourné vers les sports urbains et les arts de la rue

La politique communale du Logement de la Ville de Liège

La Déclaration de Politique communale en matière de Logement définit les objectifs à la base des actions menées par le Service du Logement de la Ville de Liège et les différents acteurs présents sur le territoire.

Les principaux objectifs sont :

  • la lutte contre l’inoccupation et l’insalubrité des logements ;
  • l’accès à un logement décent pour tous ;
  • la mixité sociale ;
  • l’amélioration de l’efficacité énergétique des nouveaux logements ;
  • l’accompagnement social des locataires ;
  • la diversification et l’adaptation de l’offre de logements sur le territoire communal ;
  • l’inscription des nouveaux logements dans un cadre de vie de qualité ;
  • l’élargissement de l’assise foncière de la Ville de Liège ;
  • une action prioritaire dans les quartiers les plus dégradés.

Pour atteindre ces objectifs, la Ville de Liège joue le rôle de « coordinateur ensemblier » des différents acteurs du logement dans le cadre de l’Ancrage communal du Logement. Elle mène diverses actions concrètes via son service du Logement et de sa Régie foncière qui mettent en œuvre les programmes d’investissements subsidiés et la valorisation du patrimoine de la Ville de Liège. Elle assure le contrôle de la qualité des logements (permis de location, arrêtés d’inhabitabilité, etc.) et promotionne via le guichet unique, à la Maison de l’Habitat, les aides et services divers aux citoyens (Guichet de l’Énergie, Agence Immobilière Sociale Liège Logement, Liège Énergie, cellule énergie de la Ville de Liège).

La Ville agit dans des quartiers prioritaires pour requalifier l’habitat et créer des logements de qualité.

De Sainte Marguerite à Saint Léonard en passant par le Centre Ville, ces logements publics, mis en location par la Régie foncière, bénéficient d’espaces extérieurs (jardins, terrasses, potagers communautaires), dont certains avec un accès aux PMR (ou sont adaptés selon les lieux) et sont, pour la plupart, à hautes performances énergétiques.

Favorisant le « mieux vivre ensemble » et la mixité sociale, la création de ces logements est aussi le levier pour rendre le cadre de vie agréable et inciter au retour d’habitants de toutes catégories sociales en centre urbain en créant des espaces de respiration publics ou privatifs. Ces espaces extérieurs partagés sont primordiaux pour la qualité de vie des habitants et représentent les nouveaux modes d’habiter.

D’autres projets sont en cours de réalisation :

Quartier Sainte-Marguerite :

  • Ilot Agimont-Hocheporte : 3 logements de 4 chambres et 3 logements de 2 chambres accessibles au PMR avec une crèche et une promenade urbaine.

Centre (quartier Grand Léopold) :

  • Rue Souverain-Pont 24 : 1 logement 2 chambres, 1 duplex 3 chambres et un commerce sur deux niveaux (atelier et magasin) associé au projet « CREaSHOP ».
  • Ilot De Gueldre-Cathédrale : 9 logements de 1 à 3 chambres.

Quartier Saint-Léonard :

  • Rue Saint-Léonard n°191 : 2 duplex de 2 et 3 chambres avec terrasse et jardin dans le d’assainir des ruines et revaloriser le quartier.

Par ailleurs, 80 logements supplémentaires sont au stade de l’étude architecturale et du permis d’urbanisme.

La Ville de Liège a ainsi créé en quinze ans 193 logements dont 33 adaptés ou adaptables !

Les projets menés par le Collège communal de Liège répondent à des objectifs concrets :

  • rénovation lourde de logements inhabitables ou inoccupés ;
  • assainissement de friches industrielles et reconstruction de logements ;
  • aménagement d’espaces publics, de parcs et jardins à proximité des nouveaux logements ;
  • curetage et/ou remembrement en intérieur d’îlot et valorisation de chancres urbains ;
  • réaffectation en logements de bâtiments publics inoccupés ;
  • réoccupation de logements vides aux étages d’immeubles de commerce ;
  • création de logements accessibles, adaptés et adaptables pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

En tant qu’acteur, la Ville de Liège concentre donc une partie importante de ses moyens sur des ensembles d’immeubles, non seulement pour encourager le changement dans les quartiers par une action marquante, mais aussi et surtout, pour permettre d’installer un habitat de qualité dans un cadre de vie très agréable !

La qualité de l’habitat s’élargit à celle de son environnement immédiat !

Le contexte

Vers un quartier où il fait bon vivre

Le quartier Sainte-Marguerite a fait l’objet d’un premier projet de quartier adopté la Région wallonne en 2002. Une deuxième opération de rénovation urbaine a été adoptée en 2016. Toutefois, le présent projet a été initié dans le cadre du Projet de Quartier 2002-2016.

Ce dispositif régional permet aux communes de bénéficier de subsidiations préférentielles pour le développement de logements, d’équipements, d’espaces publics, d’espaces verts…

Le périmètre de l’opération de rénovation urbaine a été arrêté par le Conseil communal. Ensuite, un projet de quartier a été élaboré par un bureau d’urbanisme en concertation avec les habitants, les acteurs du quartier et la Ville.

Quatre objectifs stratégiques définissent les actions à réaliser au niveau physique, économique et social :

  • Le développement immobilier de qualité
  • L’amélioration des questions de mobilité dans le quartier
  • L’aménagement des espaces publics extérieurs
  • Le développement de projets culturels urbains

Une commission de rénovation urbaine composée des mandataires publics, de représentants des associations et des habitants accompagne le processus de rénovation urbaine. La commission donne son avis concernant les opérations de rénovation en cours. Le tout est encadré par un conseiller en rénovation urbaine qui assure la coordination générale du processus sur le quartier. Il doit entreprendre toute démarche utile pour permettre le financement et la mise en œuvre des projets du schéma directeur.

Au-delà des objectifs de rénovation urbaine, les projets habitats poursuivent d’autres objectifs : donner l’envie de vivre à Sainte-Marguerite en associant aux créations de logements des espaces publics ou verts de qualité.

La Ville de Liège et ses partenaires qui mènent des actions quotidiennes ont investi dans le quartier plusieurs millions d’euros.

Voici quelques exemples de réalisations dans le quartier Sainte-Marguerite :

  1. Dans le même îlot urbain et en complète cohérence avec l'intervention inaugurée aujourd'hui : création de 6 logements 1, 2 et 3 chambres dans les immeubles sis rue Saint-Séverin (92 à 100) et de 15 logements 1, 2 et 3 chambres dans les immeubles de la rue Saint-Séverin (70 à 86) et de la rue Firquet (3)
  2. Création d'un nouveau parc public, le parc Sainte-Agathe, entre les rues Hullos et Saint-Laurent. Un hectare a ainsi été aménagé en cœur d'îlot au bénéfice des habitants du quartier, avec une zone de potagers communautaires et une plaine de jeux. L'accès au parc côté Saint-Laurent se fait via un immeuble abritant 2 logements (2 chambres et 4 chambres) réalisés également par la Ville de Liège dans le cadre de l'opération de rénovation urbaine.
  3. Création d'une mairie de quartier et de 4 logements (1, 2 et 3 chambres) rue Saint-Séverin et rue Agimont.
  4. Création de 9 logements 2 chambres rue de Hesbaye (complexe des Franciscains).
  5. Aménagement d'un parc public rue de Hesbaye

La définition et le programme du projet

Petit retour en arrière…

En 2003, le Conseil communal de Liège décide de réaliser un ambitieux programme pour initier le renouveau du quartier Sainte-Marguerite et particulièrement de la rue Saint-Séverin, fortement marqué par la problématique des marchands de sommeil et des logements insalubres.

Deux pâtés de maisons - deux îlots urbains dans le jargon urbanistique- longés à l’arrière par la rue Firquet d’où le nom qui leur sera désormais donné, sont identifiés comme particulièrement problématiques en raison de la quantité importante d’immeubles à l’abandon et de logements insalubres que l’on y trouve. Ces deux îlots présentent une très forte densité de bâti avec respectivement 86 % et 93 % de la surface au sol construite. On y trouve donc très peu d’aération, de lumière, d’espaces de respiration. Les logements sont imbriqués les uns dans les autres, la promiscuité règne, la nature y est quasi inexistante.

Les grandes lignes du plan d’action initié en 2003 par la Ville de Liège

  • S’assurer prioritairement la maîtrise foncière de l’intérieur d’îlot afin de pouvoir y réaliser certaines démolitions d’annexes et de bâtiments insalubres
  • Rénover ce qui peut l’être, démolir et reconstruire si nécessaire en fonction de l’état des immeubles
  • Créer du logement avec un programme varié
  • Aménager l’intérieur de l’îlot urbain au profit des habitants en y créant des jardins et potager partagés

Les acquisitions ont démarré en 2006 et se sont poursuivies pendant plusieurs années.

Dans le cadre d’un premier chantier, inauguré en mai 2012, un bâtiment très imposant et complètement délabré a été démoli en intérieur d’îlot et a permis de dégager un espace considérable à réaffecter en jardin et potager. C’est ainsi que 6 logements ont également été créés et mis en location dès 2012.

Un deuxième chantier, inauguré en septembre 2013, a permis la création de 15 logements et de différents espaces partagés.
Afin de compléter son programme, la Ville de Liège a travaillé avec le Fonds du Logement qui a réalisé la rénovation de 6 logements et les gère aujourd’hui.

Un dernier chantier

Le chantier qui s’achève a démarré en décembre 2015 et s’est étalé sur un peu moins de 2 ans. L’architecte est Étienne Maudoux du bureau liégeois AC&T. C’est l’entreprise BAJART qui a remporté le marché public de travaux.

Il s’agit de la rénovation lourde de deux immeubles situés rue Coqraimont n° 2 et 4. Ces deux bâtiments avaient d’abord servi à reloger des habitants des autres immeubles rénovés préalablement par la Ville de Liège, c’est pourquoi ils ont été réhabilités en dernier. On y trouvera 2 logements pour personnes à revenus moyens (un logement 1 chambre en duplex rez-de-chaussée/ 1er étage, un logement 4 chambres en duplex au 1er et 2ème étages) et un logement social pour les personnes à revenus modestes (un logement 2 chambres au 3ème étage).

Chaque logement dispose d’une terrasse ou d’un balcon généreux.

Le chantier qui s’achève a également vu l’aménagement de l’intérieur d’îlot, venant compléter et finaliser certains travaux réalisés lors d’une première phase et surtout permettant la création d’un véritable cœur d’îlot urbain vert et convivial.

Cette verdurisation a été rendue possible grâce à la démolition d’annexes et bâtiments situés derrière les constructions à rue et qui réduisaient considérablement l’espace disponible pour aménager un jardin mais contraignaient également fortement la qualité des logements en réduisant les apports en air et en lumière.

Ilot Saint-Séverin – Hocheporte – Coqraimont en 2009, avant intervention

quartier-saint-severin-avant-travaux-web.jpg
Ilot Saint-Séverin – Hocheporte – Coqraimont en 2017 après intervention

quartier-saint-severin-apres-travaux-web.jpg

Le montage financier

Montant acquisitions : 285 000 €
Montant études : 138 000 €
Montant travaux : 1 417 000 €

Total investissement : 1 840 000 €

Financement : 350 000 € - Politique des Grandes Villes
190 000 € - SPW ancrage communal du Logement
22 000 € - Province de Liège
1 276 000 € - Ville de Liège

Les acteurs du projet

Maître d’ouvrage La Ville de Liège, Service du Logement
Auteur de projet : AC&T sc, Étienne MAUDOUX
Stabilité : BETIC SPRL, Jean-Marie BLEUS
Coordinateur sécurité – santé : SAFETECH SPRL
Adjudicataire des travaux : BAJART S.A., Pierre STORDER
Jardins et formation aux habitants : Le Potager Retrouvé, Marc HERMAN 

L’approche architecturale et paysagère

Développement durable

Rénover du logement de qualité en ville, dans du bâti mitoyen, à proximité de tous les services et commerces, est une démarche qui s’inscrit complètement dans les objectifs de développement durable et notamment les objectifs de diminution des consommations énergétiques et de réduction des déplacements individuels motorisés.

Outre ce choix fondamental fait par la Ville de Liège d’investir dans la rénovation du bâti en place dans les quartiers d’habitat ancien, d’autres choix ont été fait qui renforcent encore la faible empreinte écologique des lieux :

L’isolation des immeubles a été entièrement revue pour répondre aux normes. En plus de la situation jardin-logement-rue-saint-severin-web.jpgmitoyenne ceci permettra aux locataires de consommer peu pour se chauffer. En parallèle à l’isolation et afin de conférer une qualité de vie dans les logements, un système performant d’aération (VMC de type C+) a également été mis en place pour chaque logement, avec détecteur de présence et du degré d’humidité. Ceci permet d’éviter que la très bonne isolation génère une accumulation de l’humidité au sein des logements.

  • Des panneaux photovoltaïques sont installés en toiture et sont reliés au compteur des communs, ce qui permettra de réduire la consommation d’électricité et la facture de tous (éclairage des cages d’escaliers et sous-sols, des locaux de rangement et espaces collectifs extérieurs, extraction forcée de l’air dans les caves).
  • Un système de récupération des eaux de pluie avec citerne a également été prévu : ceci permet de fournir de l’eau pour l’arrosage du jardin et du potager.

 

Architecture d’aujourd’hui

facade-logement-rue-saint-severin.jpgLe bureau AC&T a réalisé un projet contrasté : le bâtiment n° 4 Coqraimont a bénéficié d’une rénovation légère de la façade en conservant son parement en brique d’origine et sa structure, s’inscrivant ainsi dans la continuité du bâti en place.

Pour le n° 2, dont l’organisation interne devait être revue pour permettre d’y implanter les logements, il a été décidé de créer une nouvelle façade en adéquation avec le programme situé dans l’immeuble. Le choix de l’architecte s’est porté sur un parement en acier corten. Ce matériau se patine assez rapidement par oxydation de la surface, ce qui permet ensuite d’assurer une protection du matériau et dès lors une grande longévité. Il ne nécessite plus d’entretien par après. L’effet des plaques d’acier confère un caractère contemporain à l’immeuble

Un partenariat réussi

Le Fonds du Logement des Familles nombreuses de Wallonie est partenaire de la Ville de Liège pour la réhabilitation de l’îlot depuis le début du programme.

Afin de permettre la rénovation de davantage d’immeubles au sein de l’îlot, un système de partage des investissements a été mis en place : la Ville de Liège a acquis certains bâtiments notamment grâce à une intervention de feu le Plan Fédéral des Grandes Villes, auquel n’avait pas accès le Fonds du Logement. Un bail emphytéotique a alors été conclu entre la ville et le FLW, permettant à ce dernier de devenir propriétaire des lieux pour 66 ans et dès lors d’investir dans la rénovation des immeubles et ensuite de gérer les locations. Ce partenariat a été mis en place pour les immeubles 64 et 66 Saint-Séverin (coût des travaux réalisés par le FLW : 520.000 euros) ainsi que pour l’immeuble n° 6 rue Coqraimont (coût des travaux du FLW : 219.000 euros), débouchant ainsi sur la création de 6 logements sociaux supplémentaires.

Un partenariat a également été développé avec un propriétaire privé voisin de l’opération. Ce propriétaire a une façade qui a été mise à nu par la démolition d’une importante annexe en intérieur d’îlot. Son mur intérieur se trouvait alors exposé aux intempéries. Il était nécessaire de le ré-isoler et de replacer un parement de façade. Monsieur SPEDER, que nous remercions, a accepté de réaliser ces travaux en s’inscrivant dans la continuité architecturale du projet de la ville, en utilisant notamment les mêmes matériaux et en faisant appel à la même entreprise. Il a également réalisé à cette occasion le percement de baies dans la façade aveugles mises à nu, ce qui lui permet d’augmenter la qualité d’éclairage et d’aération de ses propres logements. Ces travaux ont bien entendu été réalisés à ses frais.

Montant des investissements de la Ville de Liège pour la réhabilitation de l’îlot :

  • acquisitions : 2, 6 millions €
  • travaux : 9,5 millions €

Ce coût inclut la création de 30 logements (2.800 m²), la démolition de nombreux immeubles insalubres et l’aménagement d’un potager communautaire et d’espaces extérieurs partagés.

Les immeubles démolis n’ont pas tous été remplacés par une nouvelle construction, l’objectif de la Ville de Liège étant aussi de dédensifier le bâti pour rendre de la qualité aux logements y compris pour les habitants des immeubles privés situés autour du projet public.

Ce sont environ 75 personnes qui sont désormais bien logées tout en ayant accès à des espaces extérieurs de qualité ainsi qu’une dizaine d’habitants du quartier qui ont accès également au potager partagé.

Mixité et cohésion sociale

Parmi les 30 logements publics créés, on compte 17 logements moyens et 13 logements de type social ou social assimilé. Afin de permettre à une diversité de ménages d’y habiter, on y trouve 6 logements 1 chambre, 14 logements 2 chambres, 9 logements 3 chambres et 1 logement 4 chambres. Une majorité de ceux-ci dispose d’un espace extérieur privatif.

La spécificité du programme de réhabilitation des îlots Firquet vient aussi du pari qui est fait sur l’intérêt de partager les espaces de cours et jardins, souvent trop rares en milieu urbain dense. Plutôt que d’attribuer un jardin privatif uniquement à quelques logements, le choix a été fait de réaliser des espaces communautaires (700 m²), associant zone de jardin d’agrément, coin enfant, terrain de pétanque, le tout mis à disposition de l’ensemble des locataires qui ont signé une charte de bonne gestion de ces espaces partagés en même temps que leur bail. Ils s’y engagent à vivre en bon voisinage et à gérer ensemble les espaces mis à leur disposition.

Potagers communautaires

potager-communautaire-logement-rue-saint-severin-web.jpgAfin de permettre aux locataires qui le souhaitent mais aussi à des habitants du quartier de disposer d’un jardin et de se rencontrer autour d’un projet commun, la Ville de Liège lançait en mars 2017 un appel aux candidats jardiniers : le potager communautaire Saint-Séverin n’attendait plus qu’eux. Après une première réunion en mars, un groupe d’une dizaine de personnes, locataires et habitants du quartier, s’est constitué et s’est réuni de façon régulière pour donner naissance en été à un magnifique potager, accompagné dans cette démarche par Marc HERMANS, formateur en horticulture de la société Le Potager retrouvé.
Les jardiniers ont réalisé une belle récolte de légumes et fruits divers, le tout cultivé sans pesticides et engrais chimiques. Au-delà de la production réalisée, les potagers communautaires, c’est aussi la rencontre de personnes de tous horizons, qui apprennent à se connaître en développant ensemble le potager.

Une charte de bonne entente entre voisins

potager-communautaire-logement-rue-saint-severin-1.jpgChaque locataire et chaque habitant du quartier participant au projet communautaire signe une charte par laquelle il/elle s’engage à participer au projet dans le respect des autres et des équipements mis à disposition par la Ville de Liège.

La charte reprend les droits et devoirs de chacun et permet de donner un cadre aux activités et à la vie communautaire.

Après plusieurs années d’occupation des logements rue Saint-Séverin et rue Firquet et quelques mois de fonctionnement des potagers communautaires, le programme développé par la Ville de Liège porte ses fruits : les habitants y ont trouvé plus qu’un logement, un véritable lieu de vie dans lequel ils peuvent construire leur existence sur une base solide et durable. Les enfants y sont bien, en sécurité, avec des espaces pour jouer et grandir. Les personnes plus âgées y trouvent aussi leur bonheur, avec des logements bien conçus, facile d’accès, la possibilité de pouvoir sortir de chez soi en toute quiétude et de pouvoir nouer des contacts avec les autres habitants.
La Ville de Liège, les locataires et les jardiniers sont heureux de vous accueillir ce 7 novembre à 14h00 rue Coqraimont pour partager un moment convivial et découvrir ce lieu magique.

 

Les renseignements, les contacts et les sources

Besoin d’un logement, quelles sont les conditions et démarches ?

La Ville de Liège réalise et rénove des logements dans le quartier Saint-Léonard, et sur l’ensemble du territoire communal (Centre-Ville, Sainte-Marguerite,…).

Elle les met donc à disposition via des offres de locations publiées par la Régie foncière sur le site de la Ville de Liège et Immoweb.

La principale condition est d’introduire un dossier de candidature pour l’obtention d’un logement public qui comprend une lettre de motivation de la demande de logement, un avertissement-extrait de rôle (le dernier en date), la dernière fiche de paie et tous les justificatifs de revenus dont vous bénéficiez, la preuve de paiement des trois derniers loyers, une composition de ménage (de moins de trois mois) et le formulaire de candidature complété, daté et signé.

Ce formulaire est disponible à la Maison de l’Habitat (1, rue de la Cité) et en les bureaux de la Régie foncière (La Batte, 10/5). Il est aussi téléchargeable sur le site web de la Ville de Liège. Ces logements s’adressent aux personnes qui disposent de revenus moyens et un logement, celui de deux chambres, s’adressent aux personnes qui disposent de revenus modestes) et les candidatures sont examinées afin que la composition du ménage coïncide avec les disponibilités.

Besoin d’informations supplémentaires ?

Echevinat du Développement économique et territorial, du Logement et du Personnel

Thibaut ROBLAIN
+32 4 221 91 45 -thibaut.roblain@liege.be


Service Logement et Régie foncière

Îlot Saint-Georges
La Batte, 10/5
4000 LIEGE
+32 4 221 91 08

 

 

 

 

Découvrez tous les autres articles de liege.be, ici !!