Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Inondations : Bilan des interventions Ville de Liège au 25.03
Actions sur le document

Inondations : Bilan des interventions Ville de Liège au 25.03

Le Bourgmestre et l’Echevin des Travaux ont fait, au Collège de ce vendredi 25 mars, une communication portant sur l’avancée de l’opération porte-à-porte réalisée à Chênée et Angleur ainsi que sur l’état d’avancement des travaux consécutifs aux inondations de juillet dernier. Les fortes intempéries des 14 et 15 juillet 2021 ont en effet impacté lourdement diverses communes de la Province. Liège ne fut pas épargnée et, d’emblée, diverses actions ont été mises en place pour accompagner et soutenir la population et assurer la remise en état tant des bâtiments communaux touchés que des voiries endommagées.

Alors que la Commission d’enquête du Parlement wallon sur les inondations a remis ses 170 recommandations et que la date butoir pour introduire une demande de dédommagement au Fonds des Calamités est fixée au 18 avril, la Ville de Liège poursuit sa grande opération porte-à-porte dans les 2 quartiers liégeois sinistrés.

Pour rappel, depuis le 15 mars, la Ville de Liège et ses partenaires effectuent une visite à domicile de tous les ménages situés dans le périmètre des habitations sinistrées par les inondations du mois de juillet. L’objectif étant de s’assurer que les habitants sont bien au courant des aides diverses auxquelles ils peuvent avoir droit.

En 10 jours, ce sont les 1.500 ménages de Chênée qui ont reçu la visite des agents. Ces visites ont permis d’établir 556 contacts débouchant parfois sur des demandes d’aide spécifiques (psychologiques, sociales, RESA…). Ces visites ont également permis à 120 citoyens d’introduire un dossier auprès du Fonds des Calamités.

Les visites se poursuivent actuellement à Kinkempois où 130 dossiers Fonds des Calamités ont déjà été introduits. Les agents passeront bientôt à Angleur.

Le porte-à-porte est prévu jusqu’au 15 avril.

A Liège, quelque 27 complexes communaux touchés par les intempéries.

Par complexe communal, on entendra les bâtiments abritant diverses fonctions sur un même site.

Si les quartiers de Chênée et d’Angleur ont été les plus lourdement frappés, les crues de juillet ont également touché, avec un moindre impact, d’autres bâtiments communaux situés sur notre territoire. A ce titre, on dénombre ainsi 16 complexes (1 crèche, 13 écoles, 1 bibliothèque, 1 centre culturel et 1 centre sportif) qui, dans les quartiers de Grivegnée, des Vennes, du Longdoz, d’Amercoeur et du Sart-Tilman, ont subi des dégâts liés à la remontée des eaux par les structures d’égouttage. Ces dommages concernaient principalement les caves des infrastructures, avec un effet direct sur l’état des chaudières.

Dans les quartiers les plus touchés, à savoir Chênée et Angleur, 11 complexes communaux ont été complètement inondés. Dans ces bâtiments, les eaux pouvaient parfois atteindre 1,50 mètre de hauteur! Parmi les 11 complexes concernés, on dénombre 2 crèches, 8 écoles, 2 maisons de jeunes, 1 maison de la laïcité, 1 bibliothèque, 2 centres sportifs, 2 mairies de quartier, 2 commissariats, 1 échevinat.

Un objectif prioritaire : assainir et réintégrer au plus vite les bâtiments sinistrés !

Ces intempéries sont survenues à une période très particulière. En effet, notre pays était toujours impacté par les conséquences de la Covid et nous nous trouvions de surcroît en période de vacances et donc de congés annuels des entreprises du secteur de la construction.

Quelle que soit cette conjoncture, la volonté de la Ville de Liège fut d’assurer au plus vite la remise en état des bâtiments touchés. Il s’agissait surtout de garantir la continuité d’un accueil dans les crèches mais aussi d’assurer la rentrée scolaire du 1er septembre pour tous les écoliers de l’enseignement fondamental, inscrits dans nos écoles communales.

Pour relever ce défi, tous les agents du Département des Travaux étaient sur le pont. Une Cellule de crise, concrétisée par des réunions de suivi hebdomadaire, a aussitôt été mise en place. Les Services des Travaux, de l’Instruction publique et de la Petite enfance, alliés aux directeurs et représentants des établissements concernés pouvaient ainsi se concerter et suivre de façon transversale l’évolution des actions entreprises. Ce travail d’échange, dans un esprit volontariste et de parfaite cohésion a porté ses fruits. Dès le 1er septembre, tous les élèves de notre enseignement fondamental étaient accueillis dans d’optimales conditions. Défi relevé !

Au niveau des crèches, la continuité des services a été assurée et toutes les infrastructures sont aujourd’hui disponibles avec la garantie d’un accueil d’une optimale qualité.

Exemplatif de ces actions : L’établissement le plus impacté… l’école fondamentale des Grands Prés à Chênée !

De tous les bâtiments sinistrés, l’école fondamentale des Grands Prés à Chênée tient sans nul doute le haut du pavé. Cet établissement a en effet subi des inondations qui ont atteint jusqu’à 2 mètres de hauteur ! L’infrastructure nécessitait dès lors des travaux en profondeur et une réactivité des Services de la Ville qui préserveraient tant la possibilité technique d’inscrire les élèves dès la mi-août que la rassurance des parents et du corps enseignant ainsi que la garantie d’offrir aux élèves un cadre pédagogique provisoire, propice à un enseignement de qualité.

Pour rencontrer ces objectifs incontournables, sans entraver le déroulement des inéluctables travaux de réfection dans l’école, la Ville de Liège a procédé dès le mois d’août à la location de « containers » adaptés qui offrent aujourd’hui, à l’ensemble des enfants, un cadre pédagogique sain, confortable et sécurisé. Ces bâtiments provisoires se situent face à l’école sinistrée et leur intégration par les élèves s’est faite en parfaite cohésion avec le Comité des parents et le corps enseignant afin de répondre à leurs légitimes attentes.

Il est à noter que, dès le mois de novembre, les cours de récréation et la salle de gymnastique de l’école sinistrée étaient déjà assainies, disponibles et parfaitement utilisables.

Tenant compte de l’ampleur de ce sinistre et des travaux qui en découlent, l’objectif ferme de la Ville est d’offrir aux enfants de l’établissement une école entièrement rénovée pour la rentrée de septembre 2022. D’ores et déjà, on estime à près de 1,2 M d’€ le budget nécessaire à ces réalisations (location des « containers provisoires » incluse).

La concertation et l’appréhension transversale des travaux (Services des Travaux, de la Petite Enfance et de l’Instruction publique, la Direction de l’école et le Comité des parents…) permettront d’offrir pour la rentrée prochaine un établissement entièrement rénové mais également amélioré qui répondra aux besoins émis. Il s’agit notamment de fournir partout les liaisons électriques indispensables au fonctionnement de tableaux interactifs, d’adapter les sanitaires des enfants de maternelle pour un usage facilité, clair et pédagogique, d’offrir également au sein des espaces dévolus à la petite enfance des connexions visuelles renforcées par des espaces vitrés. « A quelque chose, malheur est bon ? »

Un budget provisoire mais illustratif.

A ce jour, l’impact budgétaire lié aux intempéries de juillet est estimé à 6,5 m d’€. Ce budget intègre la création par les Services des Travaux de plus de 46 dossiers spécifiques et le recours par la Ville de Liège à 74 procédures de réquisitions, réponses indispensables aux dommages à surmonter. Rien que

pour relever ce défi, près de 9500 heures de prestation des Service de Régie des Bâtiments et du personnel encadrant étaient déjà comptabilisées en date du 23 septembre 2021.

Dans ce cadre, les assurances de la Ville ont aussitôt été sollicitées et nous pouvons estimer leur intervention à 50 % du débours total. La Ville de Liège a également activé les offres d’appui des organes subsidiants tels que la Région Wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ceux-ci devraient intervenir à hauteur de 40 % des montants consentis.

Ainsi, en fonds propres, la Ville devrait honorer 10 % du solde des interventions, à savoir un montant de l’ordre de 650.000 €. Cet impact budgétaire se trouve d’ores et déjà réparti sur les budgets des exercices 2021 et 2022.

Les espaces publics également concernés.

Dès le constat du sinistre, les Services de la Gestion des espaces publics ont également été mouvementés. Les dommages concernaient surtout les quartiers d’Angleur et de Chênée.

A Angleur, les égouts des rues Romaine et Boileau ainsi que du quai Saint-Paul de Sinçay ont fait l’objet de réparations urgentes. Dès le mois d’août, à la suite de ces interventions, les voiries étaient entièrement réfectionnées. Le coût de ces travaux effectués sur réquisition est à présent estimé à près de 300.000 €.

En ce qui concerne Chênée, le sinistre touche principalement les berges de la Vesdre, au droit du pont du Lhonneux et le long de la rue du Gravier. La gestion et la maintenance de ces espaces sont majoritairement à la charge du Service des voies non navigables du SPW.

Pour leur part, les Services de la Ville se sont attelés à la stabilisation des berges de la Vesdre et des fondations des immeubles adjacents (rue du Gravier). La Ville assure également la réfection des corps métalliques le long de ces berges ainsi que la réfection de la placette située au carrefour des rues de la Révision et du Bateau. Hors intervention régionale, la quote-part de la Ville avoisine les 600.000 €.

CONTACT PRESSE :

Frédéric JACQUEMIN
ZnJlZGVyaWMuamFjcXVlbWluQGxpZWdlLmJl
04/238.34.00 - 0498/97.89.50