Vous êtes ici : Accueil / Annuaire / Art Public / Statue équestre de Charlemagne
Actions sur le document

Statue équestre de Charlemagne

Néant

Bref historique

En 1855, Louis Jéhotte, alors professeur de sculpture à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, propose à la Ville de Liège de réaliser une statue équestre de Charlemagne.

Cette sculpture en bronze, prévue initialement pour la place Saint-Lambert, est finalement érigée sur le boulevard d’Avroy et inaugurée en 1868.

Elle surmonte un socle en pierre. Ce socle comporte six niches, accueillant chacune une statuette illustrant un ancêtre de l’empereur carolingien : sainte Begge, Pepin de Herstal, Charles Martel, Bertrude, Pepin de Landen et Pepin le Bref. Il est orné également de médaillons, de colonnettes, de motifs végétaux et de l’aigle impérial.

Ce monument s’inscrit dans la tradition des statues équestres, remontant à l’Antiquité.

Historique de la restauration

C'est en 2003, que la Ville de Liège s'est inquiétée de l'état sanitaire déplorable du monument. Deux études approfondies commandées par la Ville en 2003 et 2004 et menées par l'Institut scientifique de Service public et par des spécialistes de la fonderie de Coubertin, ont révélé une forte corrosion de la structure interne qui menaçait la stabilité de l'ensemble.

Il fallut alors budgétiser les fonds nécessaires aux études et à la restauration complète de cette œuvre majeure du patrimoine liégeois. Le monument n'étant pas classé, ces travaux ont dû être entièrement financés par la Ville de Liège, sur fonds propres.

En 2009-2010, une mission complète d’étude est réalisée afin d’évaluer l’état des ancrages internes de la statue et permettre également d’établir la technique de démontage.

2011 : les travaux de restauration peuvent enfin débuter. La Ville de Ville désigne l'association momentanée de 2 entreprises très spécialisées en la matière pour la restauration de l’empereur, de son cheval, de ses ancêtres, aigles et médaillons divers. Une seconde est, quant à elle, choisie pour le nettoyage du socle de pierre et des colonnettes en granit rose. Le 14 décembre 2011, Charlemagne et ses ancêtres sont amenés en Dordogne pour leur cure de jouvence.

2012 : neuf mois plus tard, alors qu’on ne l’attendait pas si tôt, notre empereur revient flambant neuf, reprendre place sur son socle. C’est une harmonie de tons vert, rose (pour les colonnettes en granit) et gris clair pour le socle que la statue a désormais retrouvé.

Quelques informations complémentaires relatives à la restauration

Les restaurateurs ont choisi des matériaux en inox pour assurer la colonne vertébrale de la sculpture afin d’éviter les futurs problèmes de corrosion.

Charlemagne et son cheval ont été patinés d’un ton vert pour être le plus proche de l’effet d’oxydation naturelle du temps.

Cette restauration a aussi permis la reconstitution d’attributs disparus qui ont été recréés comme la croix sur le globe de Pépin le Bref, la poignée de l’épée de Charles Martel, quelques médaillons.


Découvrez, en images, l'installation de la statue équestre de Charlemagne restaurée.

Statue équestre de Charlemagne
Restauration de la statue équestre de Charlemagne.