Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Coche verte
Vous êtes ici : Accueil / Découvrir / Culture / Musées / La Boverie / Les expos / Actuellement / Pierre Devreux, corolles d'hiver
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Pierre Devreux, corolles d'hiver

    • Quand Du 09/12/2021 10:00 au 06/03/2022 18:00 (Europe/Brussels / UTC100)
  • Ajouter au calendrier iCal

PIERRE DEVREUX, COROLLES D’HIVER

Dès le 9 décembre 2021 et jusqu’au 6 mars 2022, le musée de La Boverie présente une exposition consacrée à l’artiste Pierre Devreux.

Des pétales de fleurs vont recouvrir notre musée en décembre.

Des fleurs avec ou sans épines.

Feu d’artifice ou taches de sang, les corolles seront là pour enchanter les yeux du jardinier (d’amour) qui sommeille en nous.

Pierre Devreux.

 

À LA VIE, À LA PEINTURE, POUR TOUJOURS, JUSQU’À LA MORT…

Polymorphe et synthétique, suggestive et énergique, l’œuvre de Pierre Devreux plonge ses racines au cœur de nous-même et nous met au défi de trouver la source - celle d’où émerge l’élan de vie qui rapproche les Hommes.

Inspiré par ses maîtres d’art, il déploie son talent en une énergie explosive tandis que ses pinceaux captent l’essence des choses dans un langage fait de couleurs et de formes multiples.

Ce langage est d’ailleurs. Il sublime la pensée-même. Il sonde les possibles plastiques et se donne à voir comme une fine partition qui dévoile sa force d’âme.

Pourrons-nous entendre, en nous-mêmes, la source qu’il fait jaillir et pourrons-nous en capter toute la richesse ?

Ses lignes de tension déployées en tendances contraires ou en rimes plastiques, ses couleurs contrastées ou dégradées, son ardeur passionnée dans la touche ou a contrario sa retenue tout en finesse sont autant d’outils sémantiques qui entament la toile et la font parler.

Pierre Devreux peint vite. Cette urgence est nourricière car il sait que la vie n’attend pas. Il expérimente et ose la diversité de genre : natures mortes, portraits, abstraction « figurative », marines, paysage, ... Rien ne manque à l’appel.

Les techniques stimulent également sa curiosité. Si bien qu’il en expérimente une grande diversité : des collages, des peintures à l’acrylique, des photographies composites, de grands ou de petits formats comme des techniques mixtes ou du fusain.

En explorateur, infatigable et résolu, il défriche les territoires qui le questionnent et avance sans peur vers l’inconnu. Le labeur et la témérité en bandoulière, il vise haut. Très haut. Avec pour seul objectif celui de rendre ce qui l’agite et peut-être aussi, trouver dans l’opaque de la question une infime lumière, conçue comme un fil à suivre.

Tout parle dans l’œuvre et chaque objet est signifiant. Sa spontanéité saisissante enivre le spectateur et s’apparente à une expression du vivant, à la marque de notre humanité. Il formule sa poétique artistique et donne témoignage de la route complexe et tortueuse qu’il emprunte.

Car elle est tortueuse ! Elle en passe par un douloureux enfantement qu’il vit jusque dans sa chair. Les souffrances physiques qu’il endure dans son corps le contraignent à transcender sa réalité pour n’en conserver que l’essence : cette formidable envie de vivre ! Ses toiles parlent d’elles-mêmes et témoignent de l’énergie vitale qu’il insuffle.

L’artiste l’écrit : « ce tableau va me tuer ».

 

Entrée gratuite à l’exposition.

 

Catalogue et médiation

Cette exposition est l’occasion de promouvoir la sortie du « beau livre » (+ de 300pages) intitulé

« Ce tableau va me tuer » consacré à l’œuvre complète de Pierre Devreux.

« Ce tableau va me tuer… » - Pierre Devreux : 1984-2021+

Quand le combat devient inégal, que mes doigts pinceaux commencent à me trahir

Quand la pensée devient globale, que les espaces se rétrécissent

Quand les solstices permuteront jusqu’à l’obscurité

Quand la voie lactée sur le mur d’une grotte dessinera la fin de notre épopée

Quand les portes de la peinture ne seront plus que des cimetières

Quand sur ma peau de lin il ne me restera que l’éphémère

L’atroce, le sublime besoin de vivre

Le dernier souffle

Alors je sais que

Ce tableau va me tuer…

Communiqué de presse