Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Culture / Actualités / Auteurs liégeois - Jean-Pierre Devresse
Actions sur le document

Auteurs liégeois - Jean-Pierre Devresse

Entre les rayons de votre bibliothèque chérie, vous (re)trouverez, non pas “Burn, baby, burn” de Jean-Pierre Devresse, mais l’auteur lui-même, en train de fomenter des plans culturels de derrière les fagots. Son anamnèse est, en la matière, révélatrice. Depuis presque un demi siècle, il œuvre dans les arts plastiques avec quelques dérapages (in)contrôlables/(in)contrôlés vers la musique, le graphisme, le mail art, l’édition, la photographie, l’organisation d’expositions et de performances. Ce polymorphisme a par ailleurs laissé des traces dans plusieurs catalogues d’exposition, dans les collections du Musée royal de Mariemont et chez des acquéreurs privés en Belgique, France, Allemagne, Angleterre, Écosse, Irlande, Suède et aux Etats-Unis.

Présentation de “Burn, Baby, Burn” par Pascal Pacaly, directeur des Éditions du Joyeux Pendu, (février 2020)

Howie ou Monsieur Mooney, finalement, peu importe son nom. Son métier, c’est autre chose par contre… Tueur en série ? Non, juste tueur, ça suffira. Ok, il en tue beaucoup, tellement, que parfois il oublie les noms. Mais il reste cool. Pourquoi s’en faire ? On n’a qu’une vie. Enfin, ils n’avaient qu’une vie. Le feu ? La torture ? Le cannibalisme ?  Sympa tout ça. Howie, en fait, faut juste pas l’énerver. Son père en sait quelque chose. Agota Pogosyan aussi d’ailleurs. Elle, c’est le boss. Non, LA boss. Ultime. Parait que…. Mais quoi, il faisait juste son boulot… En plus, il était jeune, genre 14-15 ans. Faut bien commencer quelque part. Enfin, avec quelqu’un. Il n’aurait pas dû ? Et si c’était elle qui n’aurait pas dû ? Franchement, personne ne s’attaque à Howie, elle aurait dû le savoir…

« Burn, Baby, Burn », c’est un peu comme si Tarantino rencontrait Bukowski dans un trip « American Psycho ». Assassins à la cool, même pas mal, enfin, si, un peu à la fin… C’est l’univers d’Howie, un tueur plutôt pervers sur les bords, et pas que sur les bords, en fait. C’est une histoire de vengeance, de « la ramène pas » et de « fais pas chier, putain ». Il faut savoir rester zen dans toutes les situations, et ça, Howie sait bien faire. Tu me crois pas ? Bah, ok, mais si tu tournes les pages, tu me croiras. Forcément.

Prescription musicale de l’auteur pour accompagner la lecture

  • Gun Club : Fire of Love
  • The Smiths : How soon is now
  • AC-DC : Highway to Hell
  • Arthur Brown : Fire
  • Experimental Tropic Blues Band : Do it to me
  • The Sex Pistols : Pretty Vacant
  • The Rolling Stones : Memo from Turner, Street Fighting Man, Prodigal Son et    Stray Cat Blues
  • The Ukrenians : Batyar (cover de Bigmouth strikes again – the Smiths)
  • The Dentists : Tangerine
  • Johnny Burnette : Train kept a Rollin’
  • Hoyt Stevens and the Tennessee Ramblers : 55 Chevy
  • The Hi-Tombs : Sweet Rockin’ Mama 
  • Gene Vincent & his blue Caps : Race with the devil
  • The Black Angels : Passover, The Sniper At The Gates Of Heaven et Bloodhounds On My Trail
  • The Kinks : 20th century man
  • Lera Lynn : My Least Favorite Life
  • The Handsome Family : Far From Any Road
  • Sun Kil Moon : Carissa
  • The Rumjacks : An Irish Pub Song
  • Stealers Wheel : Stuck in the Middle with You
  • The Doors : The End