Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Culture / Actualités / Auteurs liégeois. Michaël Lambert
Actions sur le document

Auteurs liégeois. Michaël Lambert

Comment lisez-vous pendant le confinement ?

Michaël Lambert envisage de proposer un recueil de ses nouvelles. Ce confinement le pousse à explorer l’édition en ligne. Dès lors, des questions fusent et il nous les pose à nous, lecteurs. Comment lisez-vous pour le moment ? Que pensez-vous des livres numériques ? Pour tenter d’y voir pus clair, Michaël Lambert a élaboré un court questionnaire en ligne, que vous trouverez ici. Gros bonus, l’auteur offre une de ses nouvelles « Évidence » à celles et ceux qui acceptent de remplir le formulaire !

Évidence

J’ai toujours su que la réalité n’existe pas, qu’elle n’existe pas sous une seule et unique apparence, mais qu’elle varie en fonction des individus et de la manière dont nous nous la représentons. Depuis aujourd’hui, j’en ai la preuve.

J’ai passé une nuit agitée. Le film d’horreur d’hier soir semble avoir perturbé mon sommeil. Je ne me souviens d’aucun de mes rêves, pourtant ma tête est lourde, mon esprit mal réveillé. J’étais de mauvaise humeur en me couchant car je n’avais pas osé quitter la chambre pour me rendre aux toilettes : ma peur du noir était remontée à la surface. Le héros du film pouvait apercevoir des monstres que personne ne semblait remarquer. À mon tour, j’étais persuadé de voir des formes se découper dans l’obscurité. J’ai enfoui ma tête sous les draps, j’ai eu chaud et je me suis réveillé plusieurs fois. Je suis toujours de mauvaise humeur en me levant.

Le bruit du courrier qui tombe derrière la porte d’entrée me surprend. Je descends et je ramasse les quelques lettres que j’étale sur la table de la cuisine. Elles ont toutes la même forme et les mêmes petits caractères railleurs : des factures. Quel sort subiront celles-ci : brûlées, déchirées, mangées ? Comme les précédentes, je suis dans l’obligation de les ignorer, ne pas les voir, comme si elles n’avaient jamais existé et souhaiter soudain que le facteur se soit trompé et qu’il ait déposé dans ma boîte aux lettres des liasses de billets, tout l’argent qui me fait défaut depuis si longtemps.

À SUIVRE !