Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Culture / Actualités / L’heur(e) de lire – temps d’écoute #11
Actions sur le document

L’heur(e) de lire – temps d’écoute #11

L’accès aux rares bibliothèques ouvertes est compliqué, votre pile de livres à lire s’amenuise, vous n’avez pas pu faire l’acquisition d’une liseuse et vous n’avez pas chez vous le matériel nécessaire pour imprimer À la recherche du temps perdu de Marcel Proust ou ce volumineux traité sur la Morning routine

Heureusement, d’autres solutions existent : et pourquoi ne pas « lire avec vos oreilles » ?

Les livres audio et les podcasts documentaires que nous vous proposerons ici chaque semaine sont libres de droits, accessibles gratuitement via internet et téléchargeables.

Pour garantir la gratuité et l’accessibilité au plus grand nombre des œuvres proposées, nous nous tournons vers des romans et nouvelles libres de droits. Cela signifie bien souvent que ces textes ne datent pas d’hier, mais nous pensons que le parfum d’une pincée de naphtaline peut aussi être doux.

Nos lecteurs et lectrices à la recherche d’œuvres plus récentes devront malheureusement se tourner vers des plateformes commerciales proposant une gratuité limitée mais dont il ne nous appartient pas, en tant que bibliothécaires, de faire la promotion…

Tout ce dont vous aurez besoin, c’est d’une connexion internet et de votre ordinateur portable ou de votre smartphone. Si nécessaire, des indications techniques se trouvent en bas de page.

La sélection de podcast de cette semaine portera sur le thème de la philosophie. Notre fiction, elle, vous invitera à un petit voyage dans le temps (mais pas dans l’espace), lors de la grande grève de l’hiver 60-61, à Liège !

Robert Scarpa, 1960 : La grève de mon père (2010).

Temps d’écoute : 1h45min.

Résumé

Retour sur la grève du siècle qui en 1960 immobilisait la Belgique. Son motif : le projet de Loi Unique, reculant l’âge des pensions, augmentant l’impôt et rognant les allocations de chômage.

Robert Scarpa imagine un conte où il redonne une chance à l‘histoire à travers le personnage d’un père italien qui se lance, après des réticences, à corps perdu dans la bataille. Son fils, le narrateur – incarné par Christian Crahay – nous raconte la grève de son père qui fut, aux yeux de l’enfant qu’il était, son plus beau cadeau de Noël.

La fiction est entrelacée aux archives d’époque qui viennent la relancer et lui donner son cachet particulier.

Une vingtaine de voix d’archives interviennent, d’André Renard, leader de la FGTB à l’époque de ces événements, à Léo Collard, président du parti socialiste, Gaston Eyskens, premier ministre et au Roi Baudouin qui s’était marié le 15 décembre et avait interrompu son voyage de noces en Espagne pour revenir dare-dare dans une Belgique immobilisée. 

Un voyage entre le réel et sa relecture, plus de 50 ans après.

(résumé @rtbf.be)

Si cette lecture vous à plus, nous vous proposons d’écouter un autre récit de grève d’un genre bien différent, écrit lui aussi par un écrivain wallon. Georges ISTA, La grève des danseuses (1917). Temps d’écoute : 12 min.

Les Podcasts

Qui aurait pu penser qu’un jour, la philosophie pourrait revêtir un caractère sexy, qu’elle répondrait à des questions métaphysiques par le prisme du gore et des zombies, qu’elle interrogerait notre quotidien avec des sujets tous plus délirants les uns que les autres ?

Dans un tout autre style, qui aurait pu penser qu’en 2020, La Peste d’Albert Camus serait le nouveau best-seller et que cet ouvrage plein de sagesse nous éclairerait sur notre crise actuelle ?

De nos jours, il y a plusieurs portes pour entrer dans la philosophie et de nombreuses fenêtres pour en sortir. Que l’on soit un initié ou un béotien, chacun peut y trouver son plaisir.

Entrez dans le monde de la pensée et des idées, arrêtez-vous sur le podcast que vous désirez et tendez l’oreille, vous risquez d’être surpris.

Philosophy is sexy, épisode 8 : La douceur.

Temps d’écoute : 24 min.

« Et si la philosophie devenait sexy ? Et si elle cessait d’être abstraite pour venir éclairer nos jours comme nos nuits ? Et si elle quittait l’espace confiné des bibliothèques et qu’elle venait se faufiler dans notre quotidien ? La philosophie n’est pas une méthode à suivre, elle est un pas de côté. Elle nous permet de prendre du recul sur les gens, les choses et aussi sur tout ce qui nous submerge. Soudain, par la magie des mots et des raisonnements, on aborde les événements de la vie autrement. Et on parvient même à trouver du confort dans les zones d’inconfort. »

Ceci est un extrait de l’intro de cette série de podcasts de Marie Robert, auteure du best-seller Kant tu ne sais plus quoi faire (traduit en quinze langues) qui nous interpelle de son ton complice et entraînant.

Le choix était assez difficile parmi les thématiques mais finalement c’est la douceur qui l’a emporté. Trop fort !

France Culture : Les chemins de la philosophie, série Philosophie du gore, épisode 3 : Anthropologie du zombie.

Temps d’écoute : 59 minutes

Qu’est-ce qu’un zombie ? Un mort vivant, coincé entre deux états ? Une réflexion sur notre propre mort ? Un monstre créé de toute pièce ? Ou des écorchés transformés et bricolés par le cinéma ?

En revenant sur des grands titres du septième art et des passages de séries bien connues, nous allons nous interroger sur la mythologie du zombie, sur sa représentation et ce qu’ils nous renvoient sur nous-mêmes.

France Inter : La petite philo, épisode du 30 mars 2017 : Le marketing de la nostalgie, Pascal et les confitures !.

Temps d’écoute : 3 min.

Dans ses courtes chroniques de philosophie quotidienne, Thibaut de Saint-Maurice aborde avec originalité les petites et grandes questions de notre vie. Même les moins cérébraux pourraient se laisser prendre au jeu.

Il tente de répondre aux interrogations loufoques telles que Pourquoi les poules n’auront jamais des dents ? Comment bien choisir une poussette ? Pourquoi mettons-nous du déodorant (ou pas) ? Le chocolat, est-il la clé du bonheur ? Il nous parle également de l’importance de cultiver ses allergies (intellectuelles), de la philosophie des petits coins ou de la découpe du poulet, du paradoxe de l’emballage, de la nudité devant son chat et même, des Tupperware.

Pour vous mettre l’eau à la bouche et vous donner envie de butiner, par la suite, au gré de vos envies philosophiques, voici un podcast qui vous parle du « marketing de la nostalgie, de Pascal et des confitures ». Tout un programme !

L’Académie.TV : 10 minutes de décodage, épisode du 8 avril 2020 : La Peste d’Albert Camus : la question éthique en temps d’épidémie ».

Temps de visionnement : 17 min.

Bientôt, dans les rayons de votre bibliothèque chérie, vous retrouverez les nombreux ouvrages qui jalonnent l’histoire de la littérature nationale et internationale.

Depuis le mois de février, le roman La Peste d’Albert Camus (publié pour la première fois en 1947 chez Gallimard) connaît un regain de succès. En Italie, ce classique passe de la 71ème à la 3ème place des livres les plus vendus. En France, il se classe au top 20 des lectures numériques et l’édition papier voit son chiffre de ventre quadrupler.

Parmi les nombreux acteurs qui ont profité du confinement pour mettre l’actualité en perspective et revisiter d’autres aspects de notre culture, la nouvelle plateforme conçue par l’Académie royale de Belgique propose des web-conférences qui rendent compte de la vivacité de la recherche actuelle dans les domaines les plus variés. Myriam Watthee-Delmotte, créatrice du Centre de Recherche sur l’Imaginaire et professeure de littérature y propose en « Dix minutes de décodage », une relecture de ce classique au regard des questions que la pandémie de 2020 soulève.

Cette web-conférence condensée, aborde entre autres aspects, la responsabilité éthique de l’écrivain, l’enchevêtrement des trajectoires individuelles dans l’Histoire commune, la raisonnable gaieté… et produit une étrange sensation de sérénité.

Nous vous souhaitons d’ores et déjà de belles écoutes, visionnements et découvertes.