Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Culture / Actualités / L’heur(e) de lire – temps d’écoute #15
Actions sur le document

L’heur(e) de lire – temps d’écoute #15

Durant la période du confinement, le service de la lecture publique de la ville de Liège s’est efforcé d’amener la lecture chez vous, par le biais de l’écoute, avec les publications de l’Heur(e) de lire – temps d’écoute.

Aujourd’hui, vos bibliothécaires reprennent le chemin de leurs bibliothèques et s’organisent pour que vous puissiez à nouveau y emprunter des livres en toute sécurité.

Nous préparons également le redéploiement de l’ensemble des activités liées à la lecture publique (rencontres littéraires, animations, ateliers d’écriture, projets avec les écoles et les associations, tables de conversation, espace publique numérique, …)

Dans cette nouvelle édition de « L’heur(e) de lire », à une heure où s’envoler au loin n’est pas des plus aisé, nous avons pris le parti de vous embarquer avec nous pour l’orient. Au menu, plusieurs documentaires sur des objets, villes et quartiers et quelques (fameux) textes issus de diverses traditions littéraires orientales.

Anonyme, Les Milles et une nuits (non daté, traduit par Antoine Galland)

Temps d’écoute : 60h 45min.

Nous prenons le parti de vous proposer la version intégrale des Milles et une nuits, soit plus d’une centaine de contes d’une durée allant de 5 à 40 minutes, parmi lesquels il vous sera loisible de faire votre choix. Il ne nous a pas été possible de tous les écouter, mais pour un bon nombre de ceux-ci, la qualité de lecture est au rendez-vous !

« Les Mille et une Nuits est un recueil anonyme de contes populaires en arabe, d’origine persane et indienne. Il est constitué de nombreux contes enchâssés et de personnages mis en miroir les uns par rapport aux autres.

L’origine des contes présents dans Les Mille et une Nuits, avant recueil, est difficile à déterminer du fait de leur transmission orale et de l’absence de sources écrites. Les contes se sont probablement propagés de l’Inde à l’Iran, puis au monde arabe. Figés par l’écrit au XIIIème siècle seulement, les contes sont donc le résultat de la fusion de nombreuses versions orales. Un texte arabe de 987 mentionne l’existence d’un livre persan intitulé Les Mille Contes. Si certains indices indiquent une influence persane, d’autres pourraient faire remonter l’origine des Mille et une Nuits jusqu’à l’Inde du IIIème siècle. Certains contes semblent aussi proprement arabes.

La première traduction française est l’œuvre d’Antoine Galland (1646-1715) publiée de 1704 à 1717, mais une partie a été rédigée par lui-même, en s’inspirant des récits que lui avait contés son assesseur syrien. » (résumé @litteratureaudio.com)

Rabindranath TAGORE, Subha (La muette, 1892)

Temps d’écoute : 22 min.

Cette nouvelle de Rabindranath Tagore (1861-1941), récipiendaire du prix Nobel de littérature en 1913, traduite de l’anglais par Gabriel Mourey (1865-1943) et publiée en 1914 dans le supplément littéraire du Figaro, nous conte avec des mots simples et des images poignantes le destin d’une jeune fille muette dans le Bengale de la deuxième moitié du XIXe siècle. (Résumé @littératureaudio.com)

Murasaki SHIKIBU, Le clos du Paulawnia (Livre I du Dit du Genji, XIe siècle)

Temps d’écoute : 60 min.

Le Dit du Genji de l’écrivaine connue sous le pseudonyme de Murasaki Shikibu (env. 978 – env. 1014), chef-d’œuvre de la littérature japonaise, est souvent considéré comme le premier roman psychologique jamais écrit.

Le Livre I relate la naissance et enfance du Genji. Sa mère, la dame du clos aux paulownias (ou parfois paulawnias), favorite de l’empereur, meurt alors que le jeune prince n’a que trois ans. L’empereur est inconsolable. L’enfant révèle vite des qualités exceptionnelles qui font l’admiration de l’empereur. Mais cet enfant est son second fils, et la dame du Kokiden, épouse impériale et mère du prince premier, ne voit pas d’un bon œil les dons exceptionnels de cet enfant, et s’inquiète pour l’avenir de son propre fils. Toutefois, un physiognomoniste (*) consulté, révélera à l’empereur que si son second fils lui succède, il deviendra un empereur de grand mérite, mais conduira son pays au chaos, alors que, s’il se contente d’être ministre, il assurera la prospérité du pays. L’empereur lui retire alors la qualité de prince de sang pour en faire un Genji, qui n’accédera jamais au trône mais pourra faire une carrière politique… (résumé @litteratureaudio.com)

(*) la physiognomonie est l’étude du tempérament et du caractère d’une personne à partir de la forme, des traits et des expressions du visage.

Les Podcasts

« Dis, pour toi, c’est quoi l’Orient ? »

Le Proche, le Moyen ou l’Extrême ? Le persan, le turque, l’arabe, le sanscrit, le kurde, l’hébreux ? La colonisation, un mouvement de recherche, une révolution, un concept culturel occidental, un croissant fertile ou un gâteau sucré ? Merci à celle qui a répondu « La Bretagne », parce qu’à force de traquer l’Est je me suis retrouvée face à mon dos. Empiler les définitions échoue à se rendre compte de la complexité de l’expérience humaine qui se joue derrière le lever du soleil. Ainsi, nous avons choisi de fermer les yeux et laisser émerger des images, des bruits et des goûts. Comme autant de cartes postales d’un voyage fantasmé dans les nuits de Badgad, les salons japonais ou le « Chinatown » de Ho Chi Minh City.

L’objet du Japon – La bouteille de Fukushima par Ryoko Sekiguchi pour l’émission Les objets de France Culture

Temps d’écoute : 5 min.

Aujourd’hui, je vous emmène dans le Nord du Japon, plus précisément à Fukushima, pour une rencontre poétique autour de la cérémonie du saké.

Ryoko Sekiguchi vous invite à sa table afin de vous faire déguster le fameux alcool nippon. Comme la madeleine de Proust, lorsqu’elle boit cette liqueur, elle se remémore des saveurs et des paysages, malheureusement, disparus de nos jours. Un podcast doux-amer et touchant !

Sheherazade

Culture 2000 -Fréquence moderne – Billet 2000Sheherazade et les mille et une nuits.

Temps d’écoute : 5 min.

Embarquement immédiat sur un tapis persan pour rejoindre le monde merveilleux des Mille et une nuits. Venez découvrir ou redécouvrir l’histoire d’un recueil anonyme de contes anciens. Venez rejoindre la ville rêvée de Bagdad aux couleurs de nuit et d’or. Venez à la rencontre de Sheherazade, cette femme d’un autre temps, malicieuse et espiègle qui a beaucoup à nous apprendre, aujourd’hui encore.

Good morning Vietnam !

Sur les routes de l’Asie #26 Les mystères de Cholon.

Temps d’écoute : 41 min.

Bienvenue au Vietnam ! Dans cet épisode de “Sur les routes de l’Asie“, nous allons découvrir la ville de Ho Chi Minh et plus particulièrement son quartier chinois, Cholon, qui est considéré comme le plus grand Chinatown du monde. L’invité de ce podcast habite depuis plus de huit ans au Vietnam et propose des “jeux urbains“ pour découvrir les temples, les marchés et les pagodes ; le tout avec pour scénario le meurtre de l’étrange Docteur Lam. De quoi s’amuser tout en découvrant les merveilles de ce pays.

Sucré Salé

Radiobreizh:Les aventures de Nasredine Hodja.

Temps d’écoute : 23 épisodes de 4 min.

Nasredine Hodja est un personnage du monde arabo-musulman entre réalité historique et légende. Ses aventures sont autant de bouffonneries, de petites leçons de morale et de vie, d’histoires absurdes ou coquines. Gérard Gouarin nous fait découvrir toutes ces pépites.

Ce fameux personnage venu d’Orient a accompagné mon enfance de petite fille belge. Voici ses aventures contées par un narrateur breton. À vous, maintenant, d’ajouter votre petite touche…

Un livre et son podcast

L’éloge de l’ombre de Jun’ichirō TANIZAKI aux éditions Verdier.

France culture – émission Les émois, épisode du 26/1/2017 : Louange de l’ombre : un chef-d’œuvre de la littérature japonaise.

Temps d’écoute : 2 min.

Dans les rayons de votre bibliothèque chérie, L’éloge de l’ombre de Jun’ichirō Tanizaki vous attend. Dans cet essai écrit en 1933, l’auteur développe une réflexion sur l’esthétique d’un Japon et d’un Occident qu’il fantasme et parfois oppose. J’ai particulièrement aimé l’éloge des petites traces de doigts qui, à la longue, patinent les objets du quotidien.  À écouter en méditant sur un monde sans odeurs de javel.

Retrouvez ce texte commenté sous l’angle de « la tectonique des cultures » par François Angelier pour l’émission Les émois.

 

Nous vous souhaitons d’ores et déjà de belles écoutes, visionnements et découvertes.