Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Culture / Actualités / L’heur(e) de lire – temps d’écoute #14
Actions sur le document

L’heur(e) de lire – temps d’écoute #14

L'heur(e) de lire - temps d'écoute numéro 14

Durant la période du confinement, le service de la lecture publique de la ville de Liège s’est efforcé d’amener la lecture chez vous, par le biais de l’écoute, avec les publications de l’Heur(e) de lire – temps d’écoute.

Aujourd’hui, vos bibliothécaires reprennent le chemin de leurs bibliothèques et s’organisent pour que vous puissiez à nouveau y emprunter des livres en toute sécurité.

Nous préparons également le redéploiement de l’ensemble des activités liées à la lecture publique (rencontres littéraires, animations, ateliers d’écriture, projets avec les écoles et les associations, tables de conversation, espace publique numérique, …)

Ainsi, la 15ème heure de lire adoptera une périodicité mensuelle durant les vacances d’été.

Notre sélection de podcast de la semaine s’attardera sur le domaine de la musique et ses acteurs.

Du côté des fictions, on part à la rencontre d’un feuilletoniste méconnu, José Moselli (1882-1941), avec trois œuvres de science-fiction.

 


Les fictions

José Moselli, Le messager de la planète (1925). Temps d’écoute : 54 min.

« La chose, quelle qu’elle fût, était plus loin qu’ils ne l’avaient cru. Ils commençaient à douter de son existence, lorsque, ayant gravi une élévation de la surface glacée, ils distinguèrent, à quelques mètres d’eux, une cavité ayant à peu près la forme d’un entonnoir d’environ quinze mètres de diamètre et d’une profondeur double. Ils s’en approchèrent. En ayant atteint les bords, ils reculèrent éblouis. Au fond de la cavité, une chose, qui avait l’apparence d’une énorme émeraude, gisait. […] Une lueur verdâtre, diffuse, en jaillissait. »

Le Messager de la Planète est l’une des premières « rencontres du troisième type » de la littérature fantastique. Il n’est pas ici question d’attaques de monstres venus de l’espace, mais d’une véritable rencontre entre peuples étrangers… pour les amateurs d’une science-fiction au charme désuet, rappelant « la quatrième dimension ». (Résumé : @littératureaudio.com)

José Moselli, La cité du gouffre (1926). Temps d’écoute : 45 min.

Les membres de l’équipage de l’Ariadne recueillent un naufragé inconscient enfermé dans une « boule rouge ». Revenu à lui, il leur raconte son passage à bord du Thames avant qu’il ne sombre, puis son étonnante aventure au fond de la mer. (Résumé : @BNFA – Bibliothèque numérique francophone accessible)

José Moselli, La fin d’Illa (1925). Temps d’écoute : 5h30min.

La Fin d’Illa (1925), œuvre hors-classe, roman horrible, dérangeant et sans morale, est une véritable prémonition du IIIe Reich. Rair préfigure Hitler et Limm est Himmler, les deux dictateurs sanguinaires qui écrasent de leur puissance Illa, cité prospère et « idéale », où les hommes vivent jusqu’à 200 ans, nourris par les effluves vivifiants des machines à sang, et ne sont plus qu’à la frontière de l’humanité. Rair imagine en effet de coloniser la ville voisine et d’y prélever un nombre important de jeunes hommes en bonne santé qui remplaceraient les porcs dans les horribles machines, permettant ainsi d’allonger encore la morne vie des Illiens. (Résumé : @littératureaudio.com)

 


Les podcasts

Alors que nous retournons en douceur vers nos bibliothèques et retrouvons avec plaisir nos lecteurs de chair et d’os, nous avons toujours à cœur de prendre soin de vous avec nos pépites auditives.

Cette semaine nous vous invitons à une petite virée musicale en Cuistax !

Une petite promenade curieuse à travers les galaxies lointaines, très lointaines…, au son d’une musique épique et romantique hollywoodienne.

Vous serez tantôt éblouis par le scintillement des strass et paillettes d’une icône disco, tantôt émus par les souvenirs magnétiques et un peu râpeux d’un célèbre label indépendant de Seattle.

Bonne balade !

Radio Classique :Retour vers le Classique, Star Wars : John Williams est-il passé du côté obscur ?. Temps d’écoute : 18 min.

Augustin Lefebvre, jeune journaliste passionné par la musique, l’histoire de l’art et les jeux vidéo, a créé un podcast qui se propose de décrypter les grandes œuvres de la pop culture et d’expliquer comment la musique classique les a influencées, façonnées et parfois même bien plus…

Alors, John Williams a-t-il tout volé à la musique classique ? L’un des plus célèbres compositeurs de musique de film est parfois accusé de plagiat. Qu’en est-il vraiment ? Réponse dans le premier épisode de Retour vers le Classique.

J’aime bien quand tu parles : Cuistax, épisode #15 : Sub Pop. Temps d’écoute : 18 min.

Il y a deux ans, le grand label SubPop fêtait ses trente ans, une occasion pour Fanny Ruwet et son podcast Cuistax de revenir sur son histoire. De son fanzine – où il présentait des artistes méconnus avec des compils sur cassettes – à ses débuts avec Kurt Cobain, nous allons pouvoir revenir sur les grands moments qui ont forgé ce label qui n’est plus à présenter !

Arte Radio :série documentaire : Dalida et moi de Léa Veinstein, épisode 1 : Comment Dalida est entrée dans ma vie. Temps d’écoute : 12 min.

Dans ce premier épisode de la série, Léa Veinstein nous explique comment Dalida est entrée par surprise dans sa vie. Entre l’icône disco et l’auteure intello, née quelques mois après le décès de la première, rien ne pouvait laisser présager qu’une histoire allait se tisser entre elles.

Avant l’année 2019, Léa n’avait jamais vraiment écouté Dalida. Par un ensemble de hasards et de coïncidences, la chanteuse va se faire de plus en plus présente dans son quotidien, jusqu’à en devenir une obsession. Pendant un an, elle va mener une quête pour savoir qui se cache derrière l’idole LGBT tout en strass et paillettes, derrière la star orientale, la suicidée maudite au cœur brisé, derrière cette femme aussi belle avec ses cheveux d’or, que mystérieuse avec son regard troublant.

Les autres épisodes nous relatent ses heureuses rencontres pour se rapprocher au plus près de cette artiste populaire : un psychanalyste corse, un exilé du Maroc avec qui elle découvre la mélancolie arabe, un travesti de Pigalle, un philosophe traduit dans le monde entier, tous plus fans les uns que les autres de la fameuse Diva.

 


Nous vous souhaitons d’ores et déjà de belles écoutes, visionnements et découvertes.