Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Culture / Événements / Autour d’Auguste Bénard – L’âge d’or de l’affiche à Liège
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Autour d’Auguste Bénard – L’âge d’or de l’affiche à Liège

  • Autour d’Auguste Bénard – L’âge d’or de l’affiche à Liège
  • 2022-09-19T10:30:00+02:00
  • 2022-09-19T17:00:00+02:00
  • Entre 1880 et 1914, l’Europe occidentale vit l’une des périodes les plus fastes de son histoire. L’émergence de l’Art nouveau et le développement de nombreux cercles artistiques va favoriser l’expression des artistes dans différents domaines. Les exigences commerciales et publicitaires de la révolution industrielle se combinent au perfectionnement des techniques lithographiques et l’affiche suscite l'intérêt de talents désireux d'en faire un moyen d'expression artistique.

Entre 1880 et 1914, l’Europe occidentale vit l’une des périodes les plus fastes de son histoire. L’émergence de l’Art nouveau et le développement de nombreux cercles artistiques va favoriser l’expression des artistes dans différents domaines. Les exigences commerciales et publicitaires de la révolution industrielle se combinent au perfectionnement des techniques lithographiques et l’affiche suscite l'intérêt de talents désireux d'en faire un moyen d'expression artistique.

À la fin des années 1880, Liège s’affirme comme un haut lieu de l’affiche belge grâce à l’installation du lithographe français Auguste Bénard. Ce grand amateur d’art va très vite s’associer les talents de jeunes artistes liégeois, Auguste Donnay, Armand Rassenfosse, Emile Berchmans et Emile Dupuis, qui vont contribuer au succès de son imprimerie et à sa reconnaissance au niveau international.

Les affiches liégeoises illustrées de la fin du 19e siècle sont intimement liées à l’histoire locale : elles sont les témoins de nombreux faits quotidiens dans des domaines aussi variés que les arts, les voyages, le tourisme, la publicité. Elles constituent des données historiques de grande importance.

Le profil particulier d’Auguste Bénard, sa sensibilité artistique, son goût du beau, la rigueur de son travail d’ouvrier lithographe et ses qualités humaines, vont le positionner comme le précurseur d’un nouveau style dans le domaine de l’impression d’art.

L’exposition met en avant des documents issus des imprimeries Bénard ou de la production de ces artistes - affiches, menus, ouvrages de bibliophilie, illustrations - et divers objets liés aux techniques de gravure conservés aux Fonds Patrimoniaux et au Cabinet des estampes de la Ville de Liège.

Auguste Bénard (Paris 1854 - Liège 1907)

Doté d’une grande maîtrise des techniques de gravure, Auguste Bénard arrive à Liège en 1873 pour intégrer la maison d’éditions Dessain en qualité d’ouvrier lithographe d’abord, comme directeur ensuite.

En 1887, il fonde sa propre imprimerie au numéro 12 de la rue du Jardin Botanique et crée le « Caprice Revue ». Très vite, le succès grandissant, l’imprimerie déménage rue Lambert Le Bègue, au numéro 13. Les nouveaux locaux sont conçus par l’architecte Paul Jaspar (1859-1945) et équipés d’un matériel moderne, particulièrement bien adapté pour les plus grands formats.

Par la modernité de ses installations et par la rigueur de son travail et sa sensibilité artistique, Auguste Bénard, entouré d’une génération montante d’artistes liégeois, positionne son imprimerie comme une des premières de Belgique et acquiert une reconnaissance internationale dans le domaine de la lithographie, du livre d’art, de la bibliophilie, mais aussi et surtout, de l’affiche publicitaire.

Reprise à sa mort par Armand Rassenfosse et Emile Dupuis, l’imprimerie de la rue Lambert Le Bègue poursuivra ses activités jusqu’en 1970.

Autour d’Auguste Bénard ce sont des artistes liégeois talentueux : Auguste Donnay, Armand Rassenfosse, Emile Berchmans et Emile Dupuis

Auguste Donnay (1862-1921)

Auguste Donnay nait à Liège le 22 mars 1862, rue Saint-Jean-en-Isle. À peine âgé de 5 ans, il se lie d’amitié avec son voisin qui deviendra son condisciple et confident, Armand Rassenfosse. En 1879, il s’inscrit aux cours du soir de dessin à l’Académie royale des Beaux-Arts.

Donnay sera initié à la lithographie par son ami Rassenfosse. Dès 1888, le trio Rassenfosse, Berchmans et Donnay réalise des affiches pour Auguste Bénard.

Nommé professeur d’art décoratif à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, en 1901, Donnay inaugure le cours de composition ornementale.

Dessinateur, paysagiste ou encore affichiste, Donnay a excellé dans plusieurs domaines. Son travail relève d’une constante notamment dans les thèmes illustrés et ses influences. En effet, dans le contexte d’émulation culturelle de la fin des années 1880, Donnay s’inspire des formes et des sujets symbolistes. Les silhouettes féminines ondulantes, les arbres sinueux, les curiosités japonisantes... Tant de caractéristiques chères aux Symbolistes.

Armand Rassenfosse (1862-1934)

Armand Rassenfosse est un dessinateur, graveur, peintre et affichiste liégeois né en 1862.

À partir de 1884, il fréquente Adrien de Witte, professeur à l’Académie Royale de Liège qui reconnaît son talent et lui conseille de ne pas suivre d’enseignement académique. Sous sa tutelle, Armand Rassenfosse, mais aussi Auguste Donnay, Emile Berchmans et François Maréchal s’initient aux différentes techniques de dessin et de gravure. Rassenfosse participe à la fondation d’art « La Wallonie », dirigée par Albert Mockel. Il publie quelques illustrations dans le journal satirique « Le Frondeur » et, quelque temps plus tard, dans le « Caprice Revue ».

Comme Félicien Rops qu’il rencontre à Paris, Armand Rassenfosse a pour thème de prédilection la femme. Il aime les représenter de toutes les conditions sociales : des ouvrières, des hiercheuses et des marchandes, mais aussi des bourgeoises. Il aime rendre la plasticité des corps féminins.  

À partir de 1890, Armand Rassenfosse entame sa carrière artistique. Il s’associe avec l’imprimeur Auguste Bénard, et travaille en compagnie d’Auguste Donnay et d’Emile Berchmans. Il devient l’administrateur et le directeur de l’imprimerie. Il est un élément clef dans le développement artistique de la maison. Dans l’imprimerie Bénard, il découvre la lithographie. Il réalise des affiches mais aussi toutes sortes d’ornements typographiques.

En 1925, Rassenfosse devient membre de l’Académie Royale des sciences, des lettres et des Beaux-Arts. En 1934, il est nommé directeur de la classe des Beaux-Arts de l’Académie Royale. Il meurt la même année à l’âge de 72 ans.

Emile Berchmans (1867-1947)

Emile Berchmans nait à Liège en 1867. Peintre, graveur, lithographe et aquafortiste, il développe un style proprement décoratif. Ses affiches sont influencées par le japonisme.

Baigné dès son enfance dans une atmosphère artistique, Emile Berchmans entre, en 1882, à l’Académie des Beaux-Arts de Liège. C’est à l’Académie, qu’il fait la connaissance d’Auguste Donnay.

Ses études artistiques terminées, il s’initie aux différentes techniques de gravure et d’illustration avec Auguste Donnay, Armand Rassenfosse et François Maréchal sous la tutelle d’Adrien de Witte.

En 1888, il entre dans l’atelier d’Auguste Bénard pour qui il réalise d’abord des affiches anonymes en compagnie d’Armand Rassenfose. C’est aussi à cette époque qu’il contribue à l’illustration du « Caprice Revue ».

Dans les années 1890, la collaboration entre Emile Berchmans, Armand Rassenfosse, Auguste Donnay et l’imprimeur Auguste Bénard donne ses lettres de noblesse à l’art de l’affiche d’avant-garde en Belgique. En tant qu’affichiste, Berchmans s’exprime avec une grande sobriété de moyens, un dessin en ligne clair, avec des aplats intensément colorés, directement inspiré de l’estampe japonaise. Il se dégage des affiches de Berchmans un sens profond du beau et de l’harmonie.

En 1930, il est membre du comité organisateur de l’Exposition internationale de Liège.

En 1934, Emile Berchmans quitte Liège pour Bruxelles. Il y finit ses jours et meurt en 1947 à 80 ans.

Emile Dupuis (1877-1956)

Emile Dupuis naît à Orléans le 21 février 1877.

Il s’installe à Liège en 1902 sous l’instigation d’Auguste Bénard. Il devient directeur de l’atelier de dessin et de lithographie de la célèbre imprimerie.

Emile Dupuis est un des seuls artistes dans l’entourage de Bénard à tout miser sur la production d’affiches publicitaires. Ses nombreuses productions connaissent rapidement le succès. Ses illustrations relèvent de l’Art nouveau. Il est particulièrement influencé par Mucha et Armand Rassenfosse. Il réalise de nombreuses affiches et remporte plusieurs concours dont celui organisé pour l’exposition universelle de 1905. Il y consacre deux affiches dont l’une remporte le premier prix et représente la manifestation en Belgique et à l’étranger. Les Expositions universelles, manifestations de prestige, étaient destinées à promouvoir une région. Les affiches y jouaient un rôle prépondérant afin d’y amener un nombre important de visiteurs.

En 1940, il retourne auprès de son fils en France avant de revenir définitivement à Liège où il décède en 1956.

Les Fonds patrimoniaux

Ouverts en 2021 au sein de l’îlot Saint-Georges, les Fonds patrimoniaux font partie des entités muséales de la Ville de Liège.

Dans un espace de 1500 m² entièrement rénové sont conservés les collections de ses trois départements : la Bibliothèque Ulysse Capitaine, le Centre de littérature jeunesse et graphique (les A.T.I.) et le Centre de documentation et de recherche des musées.

Riche de plus de 500 000 documents, ce vaste patrimoine littéraire, artistique et scientifique est accessible à tous. Objet d’étude et de recherche, il s’adresse à tous les publics et participe à la vie culturelle par les activités qui le font vivre : expositions, visites, animations, formations.

La Bibliothèque Ulysse Capitaine

Depuis sa première légation importante – en 1871, 11 000 documents constituant les collections du bibliophile Ulysse Capitaine –, la bibliothèque collecte, conserve et met à disposition du public des ouvrages d’intérêt liégeois – imprimés, manuscrits, photographies, estampes, affiches, presse, cartes et plans – du 13ème siècle à nos jours. Régulièrement alimentés, ses nombreux fonds reflètent autant la production historique que contemporaine et offre une vitrine unique de l’histoire et de la vie culturelle liégeoise. Un nouveau fonds dédié à la bande dessinée préfigure une politique d’acquisition et de mise en valeur propre au 9e art.

Infos pratiques

Fonds Patrimoniaux – Féronstrée, 86 - 4000 Liège
Entrée libre | Du lundi au vendredi de 10h30 à 17h.
Groupes sur réservation - +32 (0)4 221 94 72
Zm9uZHMucGF0cmltb25pYXV4QGxpZWdlLmJlwww.lesmuseesdeliege.be

Auguste DONNAY, in «Caprice revue», Liège, Bénard, 1887. Coll. Fonds Patrimoniaux – © Ville de Liège 
Autour d’Auguste Bénard – L’âge d’or de l’affiche à Liège
Entre 1880 et 1914, l’Europe occidentale vit l’une des périodes les plus fastes de son histoire. L’émergence de l’Art nouveau et le développement de nombreux cercles artistiques va favoriser l’expression des artistes dans différents domaines. Les exigences commerciales et publicitaires de la révolution industrielle se combinent au perfectionnement des techniques lithographiques et l’affiche suscite l'intérêt de talents désireux d'en faire un moyen d'expression artistique.