Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Environnement / ABC de l'environnement / Effet de serre
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Effet de serre

Une partie des rayonnements solaires, absorbés par la surface terrestre, sont renvoyés vers l'atmosphère sous forme de chaleur (rayonnement infra-rouge). Une partie de ce rayonnement est arrêté par les gaz atmosphériques (vapeur d'eau, dioxyde de carbone, ozone, hémioxyde d'azote et méthane) et renvoyé vers le sol. Cet effet de réflexion induit un réchauffement des masses d'air plus important que celui provoqué par le seul rayonnement du soleil.

Ce rôle réflecteur des gaz peut être comparé à celui d'une vitre et on l'a donc baptisé « effet de serre ».

C'est un phénomène naturel sans lequel la température moyenne de la planète serait de plusieurs degrés inférieure à celle connue actuellement.

Cependant, les scientifiques parlent de l'augmentation de l’effet de serre comme d'une catastrophe à long terme. En effet, parmi ces gaz, certains sont directement liés à nos 
activités et nos modes de vie, et sont produits en trop grande quantité. Cette augmentation entraîne le réchauffement global du climat. 
Parmi ceux-ci, nous retrouvons principalement :

  • Dioxyde de carbone (ou gaz carbonique) : production liée à l’emploi des combustibles fossiles pour les transports ou la production d'énergie électrique et mécanique.
  • Méthane : production liée aux activités de l'agriculture intensive.
  • CFC (chlorofluorocarbures) : gaz utilisés notamment dans les frigos, congélateurs, climatiseurs,…
  • N2O : production liée à l’emploi d’engrais azotés en agriculture.

Effets probables du réchauffement climatique sur notre environnement

A l'échelle de la planète, les effets prévus par les scientifiques sont les suivants :

  • Elévation générale du niveau des océans avec pour conséquence directe un déplacement massif des populations côtières.
  • Perturbation globale du cycle de l'eau et de la circulation des masses d'air. A certains endroits, on doit s'attendre à une augmentation du risque de tempêtes et d'inondations catastrophiques. A d'autres endroits, c'est une désertification qui sera observée, avec des conséquences logiques sur les productions agricoles et la disponibilité en eau potable.
  • Bouleversement des éco-systèmes naturels (forêts par ex.), dont le fonctionnement est étroitement lié à la température. Si l'augmentation de la température se fait plus vite que la faculté d'adaptation ou de déplacement d'une espèce vivante (animale ou végétale), on doit s'attendre à sa disparition progressive.

Les effets du changement climatique nous concernent d'autant plus qu'ils se feront également sentir en Belgique.

  • Des hivers doux, favorisant la persistance des foyers d'infection pour les plantes et les arbres.
  • Des étés secs, risquant de compromettre à terme la réalimentation des nappes aquifères.
  • A proximité de la côte, on prévoit une érosion importante du rivage, des problèmes d'évacuation des eaux usées dans les villes basses (Ostende, Bruges, Gand, Anvers), une infiltration d'eau salée dans la plaine alluviale qui borde l'estuaire de l'Escaut (problèmes pour les cultures et les réserves d'eau potable) et enfin une augmentation de la fréquence des inondations exceptionnelles.

Que pouvons-nous faire?

Dans notre vie quotidienne, des petits gestes peuvent participer à réduire l'émission des gaz à effet de serre. Ils visent à la réduction de notre consommation en énergie, le choix de nos modes de transport et notre production de déchets.

Chauffage des habitations

  • Ne surchauffons pas nos habitations: chauffons seulement les pièces de vie, réduisons la température la nuit ou lors d’une absence, enfilons un pull supplémentaire…
  • Veillons à une bonne isolation, sans excès, de la maison. Lors de l’aération, ouvrons largement les fenêtres pendant quelques minutes plutôt que de maintenir une petite ouverture continue.
  • Entretenons régulièrement nos systèmes de chauffage. Lors de leur remplacement, optons pour le système le moins gourmand en énergie (donc le plus rentable). Evitons de chauffer la maison ou l’eau sanitaire avec un système électrique.
  • Préférons les stores, volets et autres pare-soleil à l'emploi de la climatisation.

Consommation en électricité

  • Optons pour des ampoules ou des tubes à faible consommation.
  • Eteignons la lumière lorsque nous sortons d'une pièce.
  • Réduisons la durée des minuteries dans les couloirs et halls d'immeuble.
  • Choisissons des appareils électroménagers économes en électricité (classe A pour les frigos, les lessiveuses et les lave-vaisselle).
  • Ne laissons pas les magnétoscopes, téléviseurs et autres chaînes haute-fidélité allumés en mode veille (ou "standby").

Réduction de la quantité de déchets

Un déchet d'emballage génère une triple consommation en énergie: celle nécessaire à sa fabrication, celle impliquée dans son transport (comme emballage puis comme déchet) et celle consécutive à son traitement (au mieux, le tri et le recyclage, au pire, l'incinération).

  • Réduisons notre consommation de canettes, de gobelets, de papiers, de sacs en plastique, etc…
  • Conservons les aliments frais ou congelés dans des emballages réutilisables (boîtes de type "tupperware"). Bannissons l'utilisation de la feuille d'aluminium, énorme consommateur en énergie lors de sa fabrication.
  • Achetons nos produits en vrac, utilisons un sac à provisions, …
  • Utilisons du papier recyclé, privilégions les copies recto-verso, utilisons la face vierge d'un papier imprimé,…

Déplacements

  • Réduisons l'utilisation de la voiture pour les trajets possibles à pied ou à vélo et rationalisons vos déplacements (ex. courses en revenant du travail).
  • Respectons les limitations de vitesses, rétrogradons plutôt que freiner, anticipons les obstacles, roulons en souplesse.
  • Pratiquons le covoiturage et utilisons les transports en commun.
  • Evitons la climatisation lors de l'achat d'un véhicule.

L'application de ces petits conseils simples, et d'autres facilement imaginables, peut réellement permettre d'agir individuellement sur le problème du réchauffement climatique. De plus, et c'est loin d'être négligeable, le premier effet de ces actions se fera sentir au niveau du porte-monnaie. En regard de l'augmentation constante et irréversible du prix de l'énergie et des carburants, ces économies se révéleront peut-être tôt ou tard indispensables à l'équilibre financier du ménage. Pensons-y…