Actions sur le document

GSM

Risques potentiels pour la santé et la sécurité liés à l'utilisation d'un GSM

Le GSM est devenu quasiment incontournable dans notre société.

Depuis les années 90, la diffusion de la téléphonie mobile connaît une croissance exponentielle.

Auprès des jeunes également, le téléphone mobile est sans cesse plus populaire. Aujourd'hui, plus de 90 % des 10-17 ans possèdent un GSM…

Mais l'usage intensif du GSM, basé sur l’émission et la réception d’ondes électromagnétiques de très hautes fréquences, représente-t-il à long terme un danger pour la santé ?

Lors d'une communication de longue durée (plus de 10 minutes), on constate un échauffement (1° C) de la zone du cerveau située à proximité de l'oreille de l'utilisateur. Ce phénomène est dû à l'absorption par le cerveau du rayonnement émis par l'appareil. Certaines études réalisées à petite échelle tendraient à montrer que cet effet thermique peut augmenter le risque de gliome, type de cancer du cerveau.

D’autres études ont observé chez certains utilisateurs de GSM des problèmes de santé plus légers tels que migraines, troubles de la mémoire et de la concentration.

S'appuyant sur un examen approfondi de cette littérature scientifique, l’agence de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé en mai 2011 que l’usage des téléphones portables devait être considéré comme "peut-être cancérogène pour l’homme".  Il est donc important que des recherches complémentaires soient menées sur l’utilisation intensive et sur le long terme, des téléphones portables. 
A cet effet, l'OMS a lancé une vaste étude épidémiologique internationale qui pourra aboutir à des conclusions scientifiques transparentes et explicites sur la nocivité ou l'innocuité de l'utilisation d'un téléphone portable.

Normes pour téléphones portables

Les appareils électroniques de communication comme les GSM, téléphones sans fil, équipements de réseau, doivent satisfaire à la directive européenne RTTE 1999/5/CE (RTTE est l'abréviation de «Radio and Telecommunications Terminal Equipment», soit «Équipements hertziens et équipements terminaux de télécommunication» en français).

Cette directive fixe les exigences essentielles en matière de prévention des perturbations et de protection de la santé et de la sécurité de l'utilisateur et des autres personnes.

Le marquage CE prouve qu'un GSM a été testé et satisfait aux normes de sécurité européennes.

Il existe également un indice (débit d'absorption spécifique ou DAS aussi connu sous sa dénomination anglaise SAR pour Specific Absorption Rate) qui renseigne sur la quantité d'énergie véhiculée par les radiofréquences émises vers l'usager par un appareil radioélectrique (téléphone portable, par exemple), lorsque cet appareil fonctionne à pleine puissance, dans les pires conditions d'utilisation.
Donc, plus le DAS d'un appareil radioélectrique est faible, moins cet appareil est potentiellement dangereux pour la santé.

Dans l’Union européenne, la limite de DAS est de 2 W/kg, moyennée sur 10 grammes de tissu.

De nos jours, à quelques exceptions près, la majorité des téléphones ont un DAS inférieur à 1 W/kg sur 10 g de tissus ; les valeurs se situant le plus souvent autour de 0.4 à 1 W/kg sur 10 g.
Depuis 2001, les fabricants publient cette valeur pour chaque nouveau modèle de GSM. Elle peut être obtenue en lisant le mode d’emploi ou sur le site web du fabricant.
Les DAS d’un grand nombre de GSM peuvent également être consultés sur le site de Sar values (en anglais)

Conseils d’utilisation des GSM

Tant que les recherches internationales ne permettent pas de déterminer de manière plus précise le niveau d’exposition le plus faible susceptible d’avoir un impact sur la santé, il faut, sur la base du principe de précaution, utiliser le GSM avec prudence afin de limiter au maximum l’exposition à ses rayonnements.

Choisissez un GSM dont l’indice DAS (voir ci dessus) est le plus bas possible.
Mais attention, l’achat d’un GSM de valeur DAS inférieure ne garantit pas encore une faible exposition. La manière dont vous utilisez votre GSM joue un rôle important à ce niveau :

  • Réduisez vos conversations au strict nécessaire (à la limite, alterner oreille gauche et droite).
  • Communiquez par SMS plutôt que par téléphone, vous limitez ainsi la durée d’exposition et la proximité du corps.
  • Utilisez un écouteur externe de type oreillette ou système "mains libres". En augmentant la distance avec l'appareil, vous diminuez considérablement l'absorption d'énergie par la tête.
  • Evitez d’utiliser le portable lorsque l’intensité du signal est faible. Votre GSM adapte automatiquement sa puissance d'émission afin d'assurer une liaison de bonne qualité. Votre exposition augmente dès lors aussi. Par conséquent, surveillez le nombre de traits qui indiquent la réception sur l'écran et préférez des endroits où la réception est optimale : plus les traits sont nombreux, meilleure est la réception.
  • Evitez les communications lors de déplacements rapides comme en voiture ou en train. La puissance d’émission augmente de façon maximale et automatique lors des tentatives de raccordement à une nouvelle antenne relais ou à une antenne distante.
  • N’autorisez pas les enfants de moins de 12 ans à utiliser un téléphone portable sauf en cas d’urgence. En effet, les organes en développement de l’enfant sont les plus sensibles à l’influence possible de l’exposition aux champs électromagnétiques.

Pour en savoir plus

SPF Santé publique, Sécurité de la Chaine alimentaire et Environnement
Direction générale de l’Environnement
Contact Center