Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Environnement / ABC de l'environnement / Lyme (maladie de)
Actions sur le document

Lyme (maladie de)

Les tiques sont des acariens du genre Ixodes. En Europe, il s’agit d’Ixodes ricinus, la tique commune qui est un parasite externe, temporaire, se nourrissant du sang de nombreux vertébrés dont certains oiseaux et des mammifères : petits rongeurs, bovidés, chiens, chats, et … l’homme !

La tique, à l’affût sur les hautes herbes, les buissons… dans les forêts à litière épaisse, à sous-bois dense, mais aussi dans les prairies et dans les espaces verts urbains (jardins, friches, etc.), s’agrippe fermement au passage à sa proie par ses pattes munies de griffes et de ventouses. Une fois fixée, la tique peut sucer le sang de son hôte, mais aussi éventuellement inoculer des bactéries du genre Borrelia.

Cette bactérie est responsable de la maladie dite de Lyme. Non traité, le patient infecté peut présenter des troubles nerveux, des arthrites et des douleurs musculaires, voire - heureusement rarement - une atteinte cardiaque.

Toutes les tiques ne sont pas infectées (environ 10 % en Belgique), mais nous conseillons néanmoins vivement à chacun, après une promenade dans la nature (surtout de juin à octobre) d’inspecter sa peau afin d’en retirer éventuellement le ou les tique(s) qui se serai(en)t accrochées. On vend maintenant en pharmacie des pinces spéciales qui permettent de retirer l’animal entier y compris donc le rostre enfoncé dans la peau.

En cas d’apparition, dans les jours ou semaines qui suivent, d’une tache rouge circulaire à l’endroit d’une morsure qui grandit petit à petit et/ou d’apparition de symptômes grippaux, il est vivement conseillé de consulter un médecin qui pourra effectuer des tests complémentaires et prescrire, le cas échéant, les antibiotiques appropriés.

A noter que l’application d’un répulsif à appliquer sur la peau toutes les 2 à 4 heures (!), ne dispense pas d’une inspection corporelle de la peau après une sortie dans la nature…