Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Environnement / ABC de l'environnement / Pollution intérieure !
Actions sur le document

Pollution intérieure !

De quoi s’agit-il ?

Nous passons près de 90% de notre temps à l’intérieur de locaux, que cela soit dans les logements, lieux de travail, écoles, espaces de loisirs, commerces, transports...

La pollution intérieure peut se définir comme un manque de qualité de l’air de ces espaces fermés s’accompagnant d’un impact sur la santé des personnes qui y vivent allant de la gêne (odeurs, irritation des yeux et de la peau, ...) à l'accroissement de certaines pathologies chroniques et d'allergies respiratoires.

La récente prise de conscience des enjeux de la qualité de l'air intérieur est devenue aujourd'hui une préoccupation majeure de santé publique.

Normes et valeurs guides

Certaines substances utilisées par le passé et qui ont prouvé leur toxicité ont été interdites ex. plomb dans les peintures, lindane,... Malheureusement, elles sont toujours présentes dans les anciennes constructions et peuvent se décomposer lentement sous l'action conjuguée de la chaleur, de l'humidité et des micro-organismes, libérant ainsi pendant des années leurs toxiques dans l'air.

Par contre, pour de nombreuses autres substances se retrouvant fréquemment dans l’air intérieur et dont les effets nocifs sont connus pour la santé, il n'existe aucune législation. Il en est de même pour la qualité globale de l'air dans nos logements ou les autres lieux que nous fréquentons dans notre vie quotidienne.

L’OMS a cependant publié des valeurs guides pour plusieurs substances chimiques pouvant être présentes dans l’air intérieur à des niveaux de concentration dommageables pour la santé, comme par exemple le benzène, le monoxyde de carbone, le formaldéhyde, le naphtalène,...

Ces valeurs guides s’adressent aux professionnels de la santé publique chargés de prévenir les risques sanitaires liés aux expositions environnementales, ainsi qu’aux spécialistes et aux autorités chargés de la conception et de l’utilisation des bâtiments ainsi que des matériaux et produits destinés aux espaces intérieurs. Elles servent de fondement scientifique aux normes légales.

Polluants de l’air intérieur et origines

Les produits de construction et de décoration, d'ameublement, d'entretien, de bricolage, les équipements de chauffage et de production d'eau chaude, la présence humaine et les activités liées aux besoins essentiels (cuisine, hygiène, lavage),... sont autant de sources et vecteurs de pollutions pouvant être observés à l’intérieur des habitations.

L’absence d’aération ou l’aération insuffisante empêche le renouvellement de l’air, concentre les éventuels polluants à l’intérieur et favorise le développement d’humidité.

Quelques exemples :

  • La fumée de cigarette est certainement le pire mélange polluant, par la toxicité de ses composants et la concentration de ceux-ci.
  • Un problème d’humidité peut engendrer le développement de moisissures ou d’acariens auxquels une personne est peut-être allergique.
  • Les meubles ou les cloisons en bois aggloméré peuvent dégager du formaldéhyde qui est un irritant des voies respiratoires ou des yeux.
  • Les plantes et les animaux domestiques peuvent être vecteurs de parasites et de microbes ainsi que de substances allergisantes (poils,...).
  • Les produits d’entretien très parfumés, les désodorisants, les produits de peinture et solvants libèrent des COV (Composés Organiques Volatils) qui sont à l’origine de troubles respiratoires, hépatiques et sont cancérigènes dans certains cas.
  • Les appareils électriques contiennent aussi de nombreuses substances chimiques (retardateurs de flamme, PCB, ...) qui s'évaporent avec la chaleur et qui sont chassés hors des appareils par les ventilateurs.
  • Les produits de nettoyage et les produits cosmétiques contiennent des parfums, des agents de conservation, des alcools, des solvants. Certains peuvent être très irritants même à faible concentration.

En pratique

Il s’avère que dans la vie de tous les jours, modifier certains de nos comportements et nos choix de consommation a beaucoup d’effets sur la qualité de notre air intérieur et donc sur notre confort et notre santé.

Quelques gestes quotidiens pour limiter l’exposition aux polluants intérieurs :

  • Aérez les pièces de votre logement ½ heure par jour et adaptez l’aération à vos activités : le ménage, le bricolage, les travaux de décoration, ...créent beaucoup de pollution (humidité excessive, produits chimiques…).
  • Ne fumez pas à l’intérieur, même fenêtres ouvertes.
  • Maintenez une température comprise entre 18°C et 20°C et chauffez régulièrement votre logement.
  • Faites vérifier chaque année avant le début de l’hiver les appareils à combustion et installations par un professionnel.
  • Ne bouchez surtout pas les entrées d’air ni les grilles ou bouches d’extraction. Ne les cachez pas derrière un meuble ou un revêtement.
  • Vérifier le taux d'hygrométrie (ne pas dépasser 40 à 60% environ). Une humidité élevée aggrave la concentration des polluants.
  • En cas de moisissures visibles, effectuez les travaux d'étanchéité et d'isolation nécessaires et nettoyez les moisissures à l'eau de javel diluée (Ce produit, nuisible pour l’environnement et la santé doit être uniquement utilisé sous forme diluée et dans les cas exceptionnels de nécessité).
  • Supprimez les bâtons d’encens, les bougies parfumées, les sprays désodorisants qui contiennent des substances chimiques nocives.
  • Limitez-vous aux quelques produits d’entretien qui vous semblent indispensables, réduisez les quantités utilisées et quand c’est possible, pensez à remplacer les produits d’entretien commerciaux par des produits naturels tels que le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc, le savon noir, le jus de citron,…
  • Evitez les aérosols, sinon privilégiez les produits garantissant une faible émission de composés organiques volatils (COV).
  • Eliminez régulièrement les poussières (sol, tissus d’ameublement…) en passant l’aspirateur et changez régulièrement les sacs d’aspirateur.
  • Nettoyez fréquemment les draps, couettes, oreillers et aérez régulièrement la literie.
  • Lavez régulièrement les peluches et les doudous des enfants.
  • Limitez la circulation des animaux, notamment dans les chambres.
  • Lavez régulièrement les animaux et brossez-les si possible à l’extérieur.
  • Les plantes vertes doivent être en nombre limité dans l'habitation et ne pas être placées dans les chambres. Méfiez-vous, certaines plantes sont allergisantes comme le ficus benjamina, le papyrus, le caoutchouc.
  • Soyez encore plus vigilante si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

SAMI

Si ces mesures ne suffisent pas et que votre médecin pense que vos plaintes peuvent découler d’un problème environnemental, vous pouvez faire appel au SAMI (Services d'Analyse des Milieux Intérieurs).

La mission de ces services provinciaux consiste prioritairement en l’aide au diagnostic médical lorsqu’une pathologie liée à l’habitat est suspectée. Dans ce cadre et à partir des symptômes décrits par le médecin, les experts de ces services vont rechercher les pollutions intérieures suivant un protocole précis, en effectuant divers mesures et prélèvements qui seront analysés au laboratoire.

Ce travail d’investigation débouche sur un rapport qui présente les résultats des mesures et analyses comparées avec les normes lorsqu’elles existent. Les liens possibles entre les polluants et la santé sont mis en évidence et surtout, une série de conseils sont formulés pour permettre au patient de réduire ou de supprimer les problèmes de pollutions intérieures auxquels il est exposé.

Service d'Analyse des Milieux Intérieurs (SAMI)

Pour plus d'informations :

Santé et Habitat : Découverte, pièce par pièce, des polluants pouvant se trouver, parfois à notre insu, à l’intérieur des habitations

Recettes écologiques et économiques pour l'entretien de la maison :

« Raffa - Le grand ménage »

Remue-ménage, l'entretien au naturel : sain, facile et pas cher !