Actions sur le document

Renard

Comme partout en Europe, les renards sont devenus moins farouches et sont de plus en plus souvent observés dans la périphérie liégeoise et même dans des quartiers proches du centre-ville. Ils y fouillent les poubelles, vident les gamelles des chats et installent leur terrier dans des endroits peu fréquentés.
C’est la quantité de nourriture trouvée qui régule la population de renards présents en ville.
D’après certaines études, il semble inutile de tuer l’animal car ce dernier serait rapidement remplacé par un autre individu s’appropriant le territoire délaissé. Plusieurs associations de protection de la nature recommandent donc d’apprendre à vivre avec cet animal en limitant exclusivement le nourrissage fortuit (poubelles, compost, …) et en interdisant le nourrissage volontaire.

Réglementation

En raison des risques évidents que cela comporte, mais également par obligation légale, il est interdit d'utiliser un quelconque système de piégeage, d’empoisonnement ou de tirer les renards dans son jardin avec une arme.

Selon l'Arrêté du Gouvernement wallon du 18 octobre 2002 (M.B du 27.11.2002) permettant la destruction de certaines espèces de gibiers, la destruction du renard ne peut se faire qu’en vue de prévenir des dommages importants aux élevages, dans l’intérêt de la faune (Art. 13) ou dans l’intérêt de la santé et de la salubrité publiques sous certaines conditions strictes (Art. 32 à 34).

La destruction ne peut être pratiquée que par un titulaire de permis de chasse valable pour l’année en cours (art.1).

La demande d’autorisation de destruction doit être motivée et adressée par pli recommandé ou contre récépissé par le propriétaire du terrain concerné au :

Département de la Nature et des Forêts (D.N.F.) du Service Public de Wallonie (SPW)

Le formulaire de demande de destruction est disponible sur le portail environnement de Wallonie

En milieu urbain, la destruction des renards est réalisée après capture dans une cage à fauves (espèce de trappe en gros fils de fer) avec appâts éventuels. Une fois pris au piège, les renards doivent être abattus sur place par un chasseur titulaire d'un permis de chasse. Le transport des renards dans les cages à fauve est interdit dans le cadre d'une autorisation de destruction.

Après accord du DNF, le propriétaire doit donc mandater une personne en ordre de permis de chasse et possédant le matériel adéquat pour effectuer la capture et la destruction du ou des renards.
Il n'existe pas de service communal pour effectuer ce type de travail. 
Les agents forestiers du DNF peuvent vous renseigner des personnes habilitées à réaliser cette opération.

L’article 34 du Règlement de Police de Liège relatif à la propreté sur la voie publique et aux petites incivilités urbaines qui y portent atteinte, interdit le nourrissage des animaux sur la voie publique :
« Il est interdit de nourrir les animaux sur la voie publique. La même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autres parties d’un immeuble, lorsque cette pratique risque de constituer une gêne pour le voisinage ou d’attirer notamment insectes, rongeurs et pigeons sans maître.

En pratique

Si vous croisez le chemin d’un renard ou d’un renardeau…

Le renard est principalement nocturne mais il sort en journée s'il se sent en sécurité. Il évite soigneusement l’homme, mais peut rester à proximité des habitations. 
Il est recommandé de ne pas tenter d'attraper un renard non farouche, malade, même un renardeau, car l'animal pourrait se sentir agressé et réagir en griffant ou en mordant.
Le renard ne s’attaque pas aux chats et aux chiens par risque de blessures bien qu’il puisse
prendre des postures d’intimidation pour les tenir à distance.

Qu’en est- il des maladies véhiculées par le renard ?

La rage n’est plus présente en Belgique depuis 2001.
L’échinococcose, tout comme la toxocarose, est une maladie parasitaire qui peut se transmettre à l’homme via les oeufs présents dans les crottes du renard. Il n'existe pas d'informations quant

au taux d'infestation de ces maladies au sein des populations vulpines de l’agglomération liégeoise.
Il est à noter que les chats et chiens domestiques peuvent aussi véhiculer ces maladies.

S’il n’y pas lieu de s’effrayer, il est néanmoins souhaitable de prendre les mesures de précautions suivantes :

  • Ne pas manipuler les dépouilles et les excréments de renards ;
  • Vermifuger les chiens et les chats situés dans les régions atteintes par la maladie ;
  • Bien laver et de préférence cuire les fruits et légumes potentiellement souillés par les déjections de renards;
  • Se laver les mains après tout contact avec la terre ;
  • Ne pas approcher les terriers de renards et en éloigner les chiens.

Si vous trouvez un animal blessé, malade ou un jeune qui paraît abandonné…

Ne tentez pas de lui porter secours seul. Chaque espèce exige des soins particuliers.
Dans l'intérêt même de l'animal, signalez votre découverte à un agent du DNF ou contactez un gestionnaire de CREAVES (Centre de Revalidation des Espèces Animales Vivant à l'Etat Sauvage).

Pour éviter d’attirer les renards dans votre jardin…

Le renard apprécie les poules et autres volatiles de basses-cours. Les propriétaires de celles-ci doivent impérativement veiller à bien clôturer leur élevage et à les rentrer pour la nuit dans un endroit fermé, pourvu d'un toit solide et d'un sol en dur.

Il est vivement déconseillé de laisser des restes de nourriture pour chiens et chats à l’extérieur. 
Les tas de compost et les ordures les attirent également. Donc, ne sortez pas vos poubelles la veille du ramassage. Utilisez un fût à compost ou protégez le tas de compost par un grillage, une clôture. 
Ne pulvérisez pas votre pelouse avec des produits contenant des matières d'origine animale (poudre de sang, …).

Pour plus d’informations

Centre de Revalidation des Espèces Animales Vivant à l'Etat Sauvage (C.R.E.A.V.E.S).

A.S.B.L. "Le Martinet"

CREAVES de Saint-Nicolas

Département de la Nature et Forêts (DNF) du Service Public de Wallonie