Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Environnement / Plan communal de développement de la nature
Actions sur le document
Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN)

Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN)

La nature à Liège

Avec près de 200.000 habitants sur un territoire proche des 70 km², Liège est la 2ème ville la plus peuplée de Wallonie.
Si l’urbanisation et le développement économique se sont parfois faits au détriment de la nature, l’importance de leur coexistence est maintenant de plus en plus prise en considération par les autorités publiques.

Liège est dotée d’un patrimoine naturel et paysager de qualité, avec ses terrasses verdoyantes (Citadelle, Cointe,…), ses collines ( Jupille,…), ses domaines et massifs boisés (le domaine du Sart-Tilman, Fayenbois, le bois des Carmélites, la Chartreuse,…), ses rivières (Meuse, Ourthe, Vesdre), ses nombreuses mares et ruisseaux, ses vergers (Favechamps, Citadelle,…), ses terrils, ses nombreux parcs et jardins,...

Le patrimoine naturel de Liège est donc riche… mais fragile !

Il doit être préservé et mis en valeur pour les différentes qualités et services qu'il présente.

Services écosystémiques

En effet, les bienfaits de la nature sont nombreux et les écosystèmes contribuent à différents niveaux au bien-être humain. Le concept de « services écosystémiques » vise à prendre en compte les services rendus par la biodiversité et les écosystèmes au bénéfice de l’humanité, tant au niveau de la santé, de l’économie, de la culture, du tourisme que de l’environnement.

Ils se répartissent ainsi entre 4 catégories principales de services :

Services écosystémiques
Source : http://futurs-souhaitables.org/post-r/posters/biodiversit/

PCDN ou Plan Communal de Développement de la Nature : De quoi s’agit-il ?

Comme son nom l’indique, le PCDN est un outil destiné aux communes wallonnes désireuses de prendre en compte de manière durable la nature et la biodiversité dans le développement social et économique de leur territoire. Il permet à une commune d’intégrer au mieux la dimension nature dans les différents projets, présents et futurs, de son territoire.

Son principe est d’établir le diagnostic de la nature et de la biodiversité sur une entité communale, afin que les autorités locales puissent mettre en œuvre des actions de préservation et de restauration des milieux naturels.

Une série d’actions peuvent ainsi être menées, avec l’implication des acteurs locaux. Le PCDN se veut en effet participatif : les citoyens, les propriétaires fonciers, les écoles, l’administration communale, les agriculteurs, les décideurs politiques et même les entreprises sont invités à prendre part à la réflexion autour de la mise en œuvre d’actions concrètes pour la préservation de « leur » nature.

Historique

Lorsque la Région wallonne propose en 1995 un plan de sauvegarde de la nature au niveau communal, la Ville de Liège se porte tout de suite candidate. Au travers du PCDN, la Ville voit l’occasion d’aborder un domaine alors peu connu : la préservation de la nature ordinaire en ville.

Le PCDN de Liège aboutit en 1998, grâce au travail d’inventaire réalisé par l’Université de Liège. De nombreuses actions sont alors mises en place.

Mais avec les années, les objectifs socio-économiques et les connaissances sur la nature et la biodiversité ont évolué… Petit à petit, les priorités identifiées par le PCDN de 1998 sont devenues obsolètes. De plus, il ne constituait plus un outil de travail suffisamment adéquat pour les services internes de la Ville.

Nouvelle étude

En 2014, la Ville décide de donner un nouveau souffle à son PCDN. Un budget communal est dégagé pour permettre une actualisation de l’étude en insistant sur les spécificités d’un territoire urbain densément peuplé et depuis quelques années en pleine mutation.

L’unité Biodiversité et Paysage de Gembloux Agro-Bio Tech (ULg), en collaboration avec l’ICEDD (Institut de Conseils et d’Etudes en Développement durable) et le collectif Ipé (Interface pour projets d’étude) pour les aspects urbanistiques, s’est vue confier cette mission qui s’est déroulée durant les années 2015 et 2016.

Aujourd’hui

Les différentes phases de l’étude sont achevées depuis le début de l’année 2016. Des présentations à destination des autorités de la Ville et du grand public ont suivi.

Une partie des résultats est accessible ci-dessous : 

Rapport final

Rapport d'actualisation du PCDN

Carte - Reseaux ecologiques thematiques synthetisees

Résumé non technique

Résumé non technique

Réseaux thématiques

Réseau thématique - Cavités souterraines

Réseau thématique - Eaux libres

Réseau thématique - Eaux stagnantes

Réseau thématique - Landes sèches

Réseau thématique - Milieux à caractère anthropique

Réseau thématique - Milieux boisés

Réseau thématique - Milieux urbains

Réseau thématique - Pelouses calaminaires

Réseau thématique - Pelouses sèches

Réseau thématique - Prairies et surfaces agricoles

Fiches techniques

Fiche technique - Bassins d'orage

Fiche technique - Gestion des espèces exotiques invasives

Fiche technique - Noues

Fiche technique - Toitures vertes

Une seconde partie plus technique est destinée aux services internes de la Ville et permettra notamment :

  • De mettre en place des techniques de gestion alternatives des espaces publics ex. enherbement des cimetières, éco pâturage,… ;
  • De choisir des actions prioritaires à mettre en œuvre dans le cadre du PCDN ;
  • D’intégrer les aspects biodiversité et de sauvegarder/développer les écosystèmes présents dans des projets d’urbanisation ;
  • De créer des écosystèmes analogues dans des zones densément urbanisées et dépourvues de milieux naturels ex. toitures végétalisées;
  • De constituer un maillage vert en reconnectant des milieux naturels séparés les uns des autres et morcelés par l’urbanisation sans cesse croissante sur le territoire ;
  • De restaurer ou de créer des espaces verts de qualité prioritairement dans les quartiers où le besoin s’en fait le plus sentir ;