Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Environnement / Plan communal de développement de la nature / Les vergers propices aux pollinisateurs

Les vergers propices aux pollinisateurs

Dans le cadre de son Plan Communal de Développement de la Nature, la Ville de Liège, avec d’autres partenaires, a installé et restauré plusieurs vergers ces dernières années :

  • Verger de Favechamps avec le CPAS, la Ferme de la Vache et l’asbl Favechamps ;
  • Verger du Centre communautaire de Rocourt avec le Centre Communautaire et l’école d’horticulture de la Ville ;
  • Verger des Pocheteux avec le Centre paroissial des Bruyères
  • Verger Fabry avec l’asbl La Cité s’invente
  • Verger Filles de la Croix (en cours cette année)

L’ensemble de ces vergers représente déjà plusieurs centaines d’arbres fruitiers, le plus souvent de variétés anciennes et/ou locales, de variétés RGF (Ressources Génétiques Fruitières), jadis  traditionnelles de nos régions, tolérantes aux principales maladies et présentant une diversité d’arômes et de saveurs.
Plusieurs variétés de pommiers, de poiriers, de pruniers et de cerisiers ont ainsi été installées, le plus souvent en version « haute tige ». Parmi les anciennes variétés locales de la périphérie liégeoise :

  • ‘Reinette de Chênée’ Trad-RGF, ‘Reinette Descardre’ Trad-RGF,  ‘Joseph Musch’ RGF-Gblx, ‘Radoux’ RGF-Gblx, ‘Reinette de Waleffe’ RGF-Gblx, ‘Reinette Dubois’ RGF-Gblx
  • ‘Madame Grégoire’ RGF-Gblx, ‘Précoce Henin’ RGF-Gblx, ‘Légipont’ Trad-RGF
  • ‘Wignon’ RGF-Gblx

Qu’est-ce qu’un arbre fruitier « haute-tige » :

  • Les fruitiers « basse-tiges », utilisés dans les petits jardins urbains, ont un tronc de 0,60 m, pour une hauteur totale comprise entre 2 à 4 m.
  • Les fruitiers « demi-tiges » ou « moyen-tiges », avec un tronc de +/- 1.50 m, peuvent atteindre de 4 à 6 m de haut.
  • Les fruitiers « haute-tiges » ont, quant à eux, un tronc de 2 à 2,5 m de haut et peuvent atteindre 7 à 8 m de haut. Ce sont ceux utilisés dans les vergers anciens avec une présence éventuelle de bétail.

Planter des arbres fruitiers ne suffit évidemment pas pour favoriser la biodiversité.

Tout d’abord, pour récolter des fruits, il faut assurer la pollinisation.

Certaines variétés d’arbres sont dites auto-fertiles, mais la plupart des variétés des arbres fruitiers ont besoin de la présence proche d’un autre arbre dit pollinisateur et de la présence d’insectes transportant le pollen des fleurs d'un arbre à l'autre. Ces variétés beaucoup plus nombreuses sont dites auto-stériles.

Pour ces variétés auto-stériles, nécessitant dans son voisinage proche une autre variété compatible, appelée pollinisatrice, on parle alors de fécondation croisée : le pollen de la variété pollinisatrice est transporté par les insectes butineurs (abeilles domestiques mais surtout par les abeilles sauvages, les bourdons, guêpes, papillons, syrphes, mouches…) ainsi que par le vent, jusqu’aux stigmates de la variété à polliniser. Ces variétés auto-stériles, en l’absence de pollinisation croisée et d’insectes pollinisateurs, ne donnent que très peu de fruits et d’une qualité souvent médiocre.

Ils existent donc des tableaux renseignant les arbres pollinisateurs pour chaque variété auto-stérile. Les pépiniéristes peuvent également vous renseigner.

Il est donc important de choisir des arbres fruitiers qui se pollinisent mutuellement ou mieux encore qui peuvent en polliniser plusieurs autres afin de faciliter le travail des insectes pollinisateurs.

Pour assurer une pollinisation croisée des arbres fruitiers, il faut donc favoriser la présence des insectes butineurs par divers moyens :

  • Surtout ne pas utiliser de produits chimiques, pesticides ou autres. La Ville de Liège est en Zéro-pesticide ou Zéro Phyto depuis 2011 ;
  • Laisser une partie du terrain en friche ou en prairie naturelle avec de nombreuses fleurs riches en nectar mais aussi des espaces où pousse l'ortie, la ronce, qui servent d’aliment pour les chenilles de certains papillons ;
  • Planter des haies fleuries, composées de variétés différentes attirant particulièrement les insectes comme l’aubépine, le noisetier, le sureau noir, … ;
  • Planter des fleurs mellifères dans les parterres, des prés fleuris ;
  • Pratiquer le fauchage tardif (pas de fauche avant le 1er août) de certains espaces ;
  • Installer des hôtels à insectes ;

A travers le Plan Maya de la Ville, toutes ces actions sont en cours depuis plusieurs années.

Pour entretenir certains de ces vergers, la Ville a décidé de relancer une activité ancestrale, l’éco-pâturage. Cette pratique de pâturage par des moutons permet de maintenir un milieu ouvert plus favorable aux arbres du verger en diminuant les risques liés à la présence de rongeurs qui détruisent les racines des arbres. Mais vous pouvez également aider ces insectes pollinisateurs en adoptant certaines de ces mesures à l’échelle de votre jardin.

A la Sainte-Catherine, lors de la « Journée de l’Arbre » qui se déroule chaque année en Wallonie et à Liège, en novembre le samedi le plus proche de cette date, la Ville offre depuis plusieurs années des arbres fruitiers « basse-tiges » de variété ancienne, locale, RGF à près de 300 habitants souhaitant participer à ce réseau écologique spécifique des vergers. Les variétés basse-tiges se prêtent mieux aux caractéristiques des jardins urbains plus petits. D’autres arbustes/arbres/petits fruitiers sont également distribués selon la variété choisie par la Région wallonne comme arbre ou arbuste de l’année.

Sources et liens utiles : 

http://certifruit.be/

https://www.cra.wallonie.be/fr/ressources-genetiques-fruitieres-1

https://rwdf.cra.wallonie.be/fr

Ville de LiègeCommune MayaAvec le soutien de la WallonieWallonie recherche - CRA-W