Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Gestion financière / Actualités / Le budget communal 2022
Actions sur le document

Le budget communal 2022

Les budgets 2022 de la Ville de Liège ont été réalisés dans un contexte financier extrêmement difficile pour les pouvoirs locaux. Aux charges des pensions et de la dette sont venus s’ajouter les conséquences de la crise sanitaire, des inondations, la hausse extrêmement forte des prix de l’énergie ou encore une triple indexation salariale. Pour Liège spécifiquement, il faut encore ajouter l’attaque informatique.

L’impact du Plan Oxygène 

L’adoption par le Gouvernement wallon du « Plan Oxygène » permet toutefois une vraie bouffée d’air même si les déficits à combler restent importants.
Actuellement, le poids de la cotisation de responsabilisation des pensions pour les 3 entités (Ville – CPAS – Police) s’élève à 48,5 millions € soit près de 10% du Budget communal. Poids auquel il faut ajouter les difficultés conjoncturelles liées, entre autres, à l’explosion des frais énergétiques, à la triple indexation, à l’augmentation des besoins sociaux suite aux inondations.
Pour Liège, le Plan Oxygène représente l’octroi d’un prêt total de 394 millions € sur 5 ans dont 15% (et les intérêts) seront pris en charge par la Région wallonne. Le prêt étant souscrit sur une durée de 30 ans. Pour la première année, la première tranche représente une recette de 78,8 millions €.
L’aide apportée par le Gouvernement wallon à toutes les communes wallonnes pour les 5 prochaines années est conditionné à l’adoption, par le Conseil communal, d’un Plan de gestion au 30 juin 2022.
 

Budget 2022... Les principaux éléments de dépenses

Les dépenses de personnel

Elles s’élèvent à 181,8 M €, soit une augmentation de 7,3 M € par rapport à 2021. Cette hausse très importante s’explique par le triple saut d’index prévu en 2022.
La priorité est de préserver la continuité du service à la population et d’assurer le paiement des salaires pour l’année 2022.

Les dépenses de fonctionnement

Elles s’élèvent à 82 M €, soit une augmentation de 6,6 M € par rapport à 2021.
En 3 ans, les dépenses de fonctionnement ont augmenté 30% (+20 M €) suite notamment aux dépenses liées à la crise sanitaire, aux inondations et à l’attaque informatique. 
Pour 2022, c’est principalement l’augmentation des coûts des énergies qui pèse puisque les prix sont multipliés par deux, ce qui représente une hausse de plus de 10 millions € !  

Pour les compenser, la Ville a appliqué une diminution de 10% sur toutes les dépenses dites « compressibles », ce qui a permis de générer 2,5 M € d’économies. Une attention particulière sera accordée aux économies d’énergie, pour accélérer la réduction des consommations.
Parmi les nouveautés, citons :

  • La volonté d’octroyer une aide financière aux parents d’enfants de moins de 5 ans (250.000 €) pour compenser le surcoût lié à l’évacuation des langes via les sacs jaunes  
  • 155.000 € pour le financement de la « maison de la jeunesse »
  • 10.000 € pour l’organisation d’activités culturelles et touristiques durant l’année « Simenon »

Les dépenses de transfert

Elles se chiffrent à 163,4 M €, soit une augmentation de 12,1 M € par rapport au budget 2021.
Ici encore, cette évolution doit être décortiquée.

Zone de police

Le budget de la Zone de police s’élève à environ 113 M € et est constitué à 90% de dépenses de personnel. 
Traditionnellement, la Zone de police prévoit des dépenses de personnel correspondant à 1065 policiers, un chiffre inférieur à la norme KUL qui pour Liège fixe l’effectif de référence à 1.113 agents.
Actuellement, face aux difficultés de recrutement, l’effectif réel se situe aux alentours de 1000 policiers. Les heures supplémentaires compensant pour l’instant ce déficit d’effectif. 
La volonté de la Ville étant de retrouver rapidement une capacité policière de 1045 unités, afin de ramener de la présence dans les quartiers.
Au total, la dotation de la Zone progresse de 13 %, et passe de 61,4 M € à 69,6 M €.

CPAS

Le budget du CPAS s’élève à 230 millions €.
Contrairement à la Police, la principale dépense n’est pas le personnel (37 M € soit 16%), mais les aides octroyées aux bénéficiaires de l’aide sociale : 180 M €, soit 80% du budget total.

Pour 2022, la dotation progresse de 2,3 M € par rapport à celle de 2021. Au total, la dotation passe à 34,4 M €.  

Service d’incendie

La réforme régionale continue de porter ses fruits, puisque la dotation communale à l’intercommunale passe de 15,2 M à 13,9 M € (-1,3 M). Elle était encore de 22 M € en 2019.

Autres transferts

Comme pour le fonctionnement, c’est une réduction de 10 % des dépenses de subsides qui a été opérée, à chaque fois que cela était possible.
Parmi les autres postes de subsides, nous pouvons retenir les éléments suivants :
•    Le maintien d’une enveloppe de 130.000 € pour l’opération « Place aux artistes »
•    Le maintien de l’intégralité du subside à Liège-Sport et des « chèques sports ».
 

Budget 2022... Les principales recettes

Les recettes de prestation

Il s’agit des recettes qui proviennent des prestations facturées par la Ville : location de salle, redevances, concessions dans les cimetières,…. S’y trouvent aussi les recettes provenant du contrat « Decaux » (mobilier urbain).
Elles diminuent de 400.000 €, essentiellement suite à la mise à 0 du crédit spécial de recette.

Les recettes de transfert

Notre principale recette, le fonds des communes, progresse de 4,5 M € et s’établit à 145 M €.
En fiscalité locale, la majoration de 1,5 M € (passage 45,2 à 46,7) s’explique par le retour à un niveau de taxation classique, après les différentes exonérations prévues en 2021 dans le cadre du Plan de relance.
Comme annoncé, il n’y aucune nouvelle taxe locale.
Si les taux des additionnels à l’IPP (personnes physiques) et PRI (précompte immobilier) ne varient pas, les recettes qui en découlent progressent : 600.000 € à l’IPP et 1,5 M € au PRI.

Les recettes de dette

Il s’agit des dividendes versés par les intercommunales. Ce poste reste stable, à 4,2 M €.
Ces recettes ont diminué de moitié depuis 2018. Une réflexion doit être portée à ce sujet.

Les futurs investissements

Les dépenses d’investissement sont financées de 3 manières :
•    Par emprunt ;
•    Par des subsides ;
•    Par des fonds propres, constitués du produit de nos différents fonds de réserve extraordinaires.
Les projets retenus s’inscrivent dans la cohérence de la Déclaration de politique communale et du Programme stratégique transversal :

  • L’augmentation « Logement » à notre Régie foncière grâce à la PIV : 3,4 M € ;
  • 580.000 € pour les études de réaménagement de 3 places du cœur de la Cité: Cathédrale, Saint-Paul et Xavier Neujean (PIV) ;
  • 3,3 M € pour les réaménagements des parcs du Jardin Botanique et de Clajot à Sainte-Marguerite et la création au Longdoz d’un parc de jeux et de détente (site Palmolive) ;
  • 3,5 M € investis pour l’optimisation de la qualité et des économies d’énergie dans les bâtiments : centres sportifs d’Outremeuse et de Clajot, crèches de Grivegnée et de Chênée ainsi que le site de la rue de Namur.
  • 6,8 M € investis pour l’équipement final des travaux de la Cité administrative (mobilier, stores, équipement pour le personnel), qui annonce un retour des services publics au Centre-Ville ;
  • 11,4 M € consacré à l’enseignement avec l’extension du groupe scolaire «Jupille-Bruyères», la réfection des sanitaires dans 8 écoles et 23 dossiers liés au confort des usagers, enfants comme enseignants, en faveur des économies d’énergie ;
  • Voiries : 1ére phase de son Plan d’Investissement Communal 2022/2024 (PIC) avec notamment les réaménagements de la rue de Visé à Jupille, de la place des Marronniers à Glain, et de la rue des Cotillages à Sainte-Walburge ;
  • La poursuite du plan informatique (1.000.000 €)
  • Le verdissement de la flotte automobile de la Ville.

Au total, les dépenses d’investissement brutes de la Ville s’élève à 71,2 M €. S’ajoutent à cela les investissements de la Police (6,6 M€) et du CPAS ( 7,7 M €).
Le total pour les 3 entités s’élève donc à 85,5 M €.