Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Logement / Logement / Réalisations logements / Souverain-Pont
Table des matières
Actions sur le document
Souverain-Pont

Souverain-Pont

Souverain-Pont accueille 23 nouveaux logements et 4 boutiques de créateurs

La Ville de Liège poursuit son ancrage communal du logement avec cette nouvelle réalisation architecturale, rue Souverain-Pont, alliant logements de qualité et espaces commerciaux à destination de jeunes créateurs ou artisans sélectionnés dans le cadre de l'opération «Créashop» partenariat avec Job’In.

Parcourez en détail le programme Transversal Souverain-Pont :

Rue Souverain-Pont
© Ville de Liège

Rue Souverain-Pont programme transversal : rénovation urbaine et redynamisation commerciale

Fidèle au «Projet de Ville 2012-2022» dans sa partie Logement comme dans sa partie Commerce la Ville de Liège a mené à bien la rénovation et la réhabilitation d’un chancre urbain rue Souverain-Pont dans le quartier Léopold.

Il s’agit de 6 bâtiments à haut potentiel patrimonial qui étaient parfois à l’abandon depuis des années.

La finalité de cette opération de rénovation patrimoniale urbaine est :

  • d’une part la requalification de ces bâtiments en appartements et en surfaces commerciales ;
  • et d’autre part, la redynamisation commerciale et économique du quartier : via un appel à projets et l’installation de 4 artisans-créateurs avec l’encadrement économique et comptable dont ils ont besoin.
  • Cet ensemble bâti est maintenant constitué de 4 cellules commerciales, d’un bureau au rez-de-chaussée et de 23 appartements aux étages. Le tout rénové grâce à des techniques les plus modernes en matière de conservation du patrimoine et d’isolation passive des locaux.
  • Ce projet est transversal et concrétise l’action conjointe de plusieurs départements communaux :
  • le département du Logement pour les travaux ;
  • le département des Affaires économiques pour l’impulsion commerciale et le suivi des nouveaux commerçants ;
  • la Régie foncière pour la mise en location des appartements.
  • Le projet est également le fruit d’une autre collaboration efficace :
  • l’action conjointe entre plusieurs niveaux de pouvoir : la Ville de Liège, la Province de Liège, la Région wallonne et l’Etat fédéral ont co-financé ce projet pour un total de 6 millions d’euros. 
    Cette rénovation urbaine intégrée s’inscrit parfaitement dans le projet plus général du réaménagement du quartier Léopold avec un périmètre de rénovation urbaine défini par le Conseil communal (PRU-Léopold, ce périmètre couvre l’espace compris entre l’esplanade Saint-Léonard et la rue de l’Université et le centre d’Outremeuse).
  • La Ville de Liège par ce programme transversal de rénovation urbaine veut montrer qu’habiter en ville, commercer en ville, travailler en ville, flâner en ville… sont des fonctions complémentaires mais également nécessaires à un développement urbain durable, harmonieux et agréable.

Requalification d'immeubles patrimoniaux en logements

Depuis plusieurs années, la Ville de Liège, seule ou en partenariat avec des opérateurs en matière de logement, développe différents programmes d’investissements dans les quartiers Saint-Léonard, Sainte-Marguerite, au centre-ville :

  • dans le cadre de l’ancrage communal du logement
  • des programmes de rénovation urbaines et
  • de la Politique Fédérale des Grandes Villes

Tous ces projets répondent aux objectifs de la déclaration de politique locale en matière de logements. Parmi ceux-ci, notons :

  • lutter contre l’inoccupation et l’insalubrité des logements ;
  • accéder à un logement décent pour tous ;
  • favoriser la mixité sociale ;
  • améliorer l’efficacité énergétique des nouveaux logements.

Assainir un îlot urbain pour y recréer du logement de qualité

Les 23 logements inaugurés par la Ville de Liège le 6 mai 2014 s’intègrent dans un programme, appelé « Vivre au centre », de réhabilitation d’immeubles et de création de logements de qualité dans le centre-ville.

Objectifs de l'opération "Vivre au centre"

  • Proposer des logements de qualité pour des familles à revenu moyen dans le centre-ville (PRU Léopold) ;
  • réoccuper les étages vides au-dessus des commerces. Les étages inoccupés représentent un potentiel très important pour la création de logements en centre urbain. La réaffectation de ces étages constitue une réelle opportunité de rénovation et de revitalisation pour le quartier, permettant l’accueil de nouveaux habitants, le relogement d’habitants actuels du quartier, le contrôle social, l’entretien des bâtiments, la diversité fonctionnelle dans le centre commerçant ainsi qu’un certain sentiment de sécurité grâce à une présence continue dans les rues des quartiers centraux ;
  • réhabiliter des parties du territoire particulièrement dégradées ;
  • rénover des immeubles de grandes valeurs patrimoniales (classés ou repris à l’inventaire du patrimoine) ;
  • redynamiser la structure commerciale de l’îlot investi en maîtrisant la programmation des fonctions économiques dans les immeubles acquis par la ville.

Ce programme a déjà permis de mettre sur le marché une dizaine de logements au centre.
De nombreuses rénovations sont également planifiées dans le quartier pour les années à venir, notamment dans le cadre du périmètre de rénovation urbaine tout récemment approuvé, notamment :

  • rénovation d’un immeuble en 3 logements et un commerce rue Léopold n°10 ;
  • rénovation d’un immeuble classé en 2 logements et un commerce rue Souverain Pont n°24 ;
  • rénovation d’un immeuble en 9 logements rue Cathédrale n°28 à 34 ;
  • réhabilitation d’un ensemble d’immeubles et curetage d’un intérieur d’îlot rue de Gueldre et rue Cathédrale (20 logements, partenariat public/privé) ;
  • construction de logements et surface commerciale rue Léopold 18 (site de l’explosion).

La Ville souhaite aussi promouvoir la bonne qualité de l’habitat en hypercentre urbain. Cela se traduit dans la programmation des logements : du petit appartement une chambre à l’appartement familial de 4 chambres et dans le niveau de confort offert aux habitants.
A titre d’exemple, pour les futurs projets privés, les logements disposent d’espaces de rangements multiples, de locaux pour les poubelles, de garages vélos, d’espaces extérieurs privatifs et d’espaces d’utilisation partagée telles des cours communes à l’entrée des immeubles.

Détails du projet Souverain-Pont, le parc de logements

Le projet global comprend 23 logements, 4 cellules commerciales et un bureau.

Au n°7 : 8 logements et 1 cellule commerciale de 120 m²
Au n°13 : 5 logements et 1 cellule commerciale de 40 m² 
Au n°15 : 4 logements et 1 cellule commerciale de 50 m²
Au n°17 : 6 logements et 1 cellule commerciale de 50 m² et 1 bureau de 30 m²

La diversité des logements (1 à 3 chambres, l’équipement de haute qualité) impliquent une mixité dans le profil des futurs occupants. Certains logements conviendront particulièrement aux personnes seules ou aux couples, tandis que d’autres accueilleront préférentiellement des familles avec enfants. Chacun bénéficiera d’un cadre de vie exemplaire en milieu urbain dense comme il en existe peu. Les cours intérieures collectives et les terrasses privatives contribuent largement au confort de vie en ville et à l’impression de dégagement.

Une composante patrimoniale comme fil conducteur

Les trois immeubles de la rue Souverain-Pont sont classés. L’immeuble de la rue Lombard serait, selon les sources, attribué à Gustave Serrurier-Bovy ou, à son père Louis Serrurier. Outre les techniques assez courantes de rénovation de façade, de nombreuses techniques très spécifiques ont été utilisées pour la restauration de ces immeubles. 

Tous les éléments témoins du passé sont restaurés par des artisans spécialisés.

Au n° 7 :

  • de nombreuses pierres en calcaire de Meuse ont été réparées, brochées, greffées par l’entreprise PESSER ;
  • les pierres de tuffeau des corniches en façade arrière, ainsi que la niche de la statuette ont été reconstituées ; les oculi sont restitués en staff ;
  • les enduits de façade sont réalisés à l’ancienne, par APRUZZESE & Fils, au moyen de chaux, de soies animales et anas de lin ;
  • «La Vierge à l’Enfant» en terre cuite, malencontreusement abîmée pendant les démolitions, a été recollée et reconstituée par l’entreprise GESSO, au moyen de résine et de plâtre ;
  • deux pièces avaient conservé des décors de plafonds du XIXe ; ceux-ci ont été réparés et stabilisés ; les petits éléments abîmés ou manquants ont été reconstitués grâce à des moulages des éléments subsistants ; les peintures ont été nettoyées et complétées par l’entreprise APRUZZESE & Fils, les motifs géométriques et leurs lisérés dorés complétés par Caroline PHOLIEN, peintre en décor du patrimoine et dorures ;
  • les nouveaux châssis des parties classées, réalisés par l’entreprise HICK, reproduisent l’emboîtement «à gueule de loup» des châssis traditionnels ;
  • les quincailleries de ces fenêtres ont été nettoyées et replacées sur les nouveaux châssis ; les boutons de crémone en corne (qui manquaient) ont été tournés par le maître artisan Eric MUZARD, en France (le Puy de Dôme), sur base des éléments subsistants ;
  • les anciens planchers ont été nettoyés, rabotés en atelier et replacés par l’entreprise LIEGEOIS ; les parquets des «belles pièces» à l’arrière ont été restaurés sur place.

Au n° 13 :

  • l’escalier monumental a été redressé, renforcé, greffé, par l’entreprise LIEGEOIS, qui a également restauré les armoires d’angles et celles du palier ;
  • les moulures et décors des plafonds ont été reproduits à l’identique, sur base de moulages, par l’entreprise GESSO ;
  • les éléments manquants du garde-corps en fer forgé, sur le balcon du 1er étage, ont été forgés par l’entreprise LEBOULENGE ;
  • le portail d’entrée, tout comme les châssis à petits bois du XVIIIe siècle au 1er étage, ont été complètement restaurés par l’entreprise HICK, y compris les quincailleries ; les vitres soufflées ont été réalisées et mastiquées par l’entreprise DEMIR ;
  • le linteau de puits à fleur sculptée, situé dans la cave.

Au n° 15 (maisonnette) :

  • la cheminée Renaissance, située dans la cave.

"CREaSHOP@SOUVERAIN-PONT" : redynamisation commerciale d'un quartier

Emmanuelle Wégria - Wattitude Food Fashion Design made in Wallonia

Dans l’esprit d’un projet transversal logement-commerce, l’opération «Créashop@Souverain-Pont» s’est constituée particulièrement à la faveur de l’installation de commerces au rez-de-chaussée des immeubles. La volonté de la Ville est d’y impulser un renouveau commercial en garantissant et en orientant le développement de commerces dédiées à des artisans-créateurs.

Fabrice Bertrang - Couturier créateur

L’idée est d’octroyer des cellules commerciales à loyer préférentiel et d’encadrer les candidats commerçants. Pour ce faire, la Ville s’est associée à JOB’IN asbl, bien connue en tant que partenaire spécialisé dans l’accueil et l’accompagnement de porteurs de projets commerciaux. Il s’agit d’instaurer, de provoquer, d’installer, une dynamique commerciale dans le quartier, et de la garantir à long terme.

Séverine Langhor, Koxinels

Le Collège communal a lancé un appel à projets, fin octobre 2012, afin de recueillir des candidatures pour l’occupation des 4 rez-de-chaussée commerciaux. Dix dossiers ont été rentrés, 9 candidatures étaient conformes à l’appel à projets. Ces 9 candidats ont fait l’objet d’un suivi et d’une analyse de viabilité économique de leur projet commercial par JOB’IN asbl durant le 1er semestre 2013.

Le jury «Créashop@Souverain-Pont» composé de la Ville, de JOB’In, de Wallonie Design, d’un commerçant du quartier et de délégués du Ministre de l’Economie de la Région wallonne a analysé les candidatures. En fonction du niveau de pertinence du projet proposé, le Comité de sélection a retenu 4 lauréats : Emmanuelle Wégria, Fabrice Bertrang, Lara Malherbe et Séverine Langhor. Par ailleurs, ces 4 entrepreneurs restent toujours doublement suivis par JOB’IN asbl et par le Comité «Créashop@Souverain-Pont ».

Au point de vue du maillage commercial, le quartier bénéficie du flux de passants vers l’hypercentre. Ils s’y rendent grâce à la présence de nombreuses grandes enseignes qui y sont implantées (Vinâve d’Ile). Il s’agit également, par l’installation de ces 4 commerces, de permettre aux chalands de se faire une idée nouvelle du quartier. En orientant une typologie commerciale prédéterminée, une autre identité commerciale du quartier se dessine. Et ce, de manière complémentaire aux restaurants déjà établis (rue Souverain-Pont et rue la Madeleine).

Les 4 lauréats artisans-créateurs

Wattitude
Commerce dédié à la création wallonne. S’habiller, décorer, offrir, boire et manger wallon. 
C’est une idée chic et éthique !

Fabrice Bertrang
Styliste. Couturier créateur. Prêt à porter sur mesure.

Séverine Langhor, Koxinels
Mercerie -incluant des ateliers créatifs- dédiée au monde du tissu et aux tissus du Monde. 
La couture « fait main » est à l’honneur.

Lara Malherbe
Artisan bijoutier Artisan-bijoutier. Création de bijoux sur mesure. Restauration et mise au goût du jour de vos parures.

Financement et participation

L’investissement global (acquisition des immeubles, comprise) est proche de 6.000.000 EUR. La réalisation du projet a été rendue possible par la collaboration fructueuse de plusieurs acteurs dont le Plan fédéral pour les Grandes Villes (PFGV), le Service public de Wallonie (programme de l’Ancrage communal du Logement et Direction de la Restauration pour les parties classées des immeubles), la Province de Liège et, enfin la Ville de Liège.
La réhabilitation de l’ensemble a été conçue par les bureaux d’architecture : AC&T, Fabienne HENNEQUIN, Pierre LORENZI et Michel & Valérie FELLIN.
Les travaux ont été confiés à l'association momentanée MOURY/WUST.

Souverain-Pont - Partenaires

Plus d'infos

place2shop

Souverain-Pont
La Ville de Liège poursuit son ancrage communal du logement avec, en mai 2014, cette nouvelle réalisation architecturale, rue Souverain-Pont, alliant logements de qualité et espaces commerciaux à destination de jeunes créateurs ou artisans sélectionnés dans le cadre de l'opération «Créashop» partenariat avec Job’In.