Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Logement / Logement / Rénovation urbaine / Rénovation urbaine Sainte-Marguerite / Actions menées durant la période 2002-2016
Table des matières
Actions sur le document

Actions menées durant la période 2002-2016

Renouveau de Sainte-Marguerite

Renouveau Sainte-Marguerite
© Pluris | Bruno Bianchet | Transitec | Gesplan

Le site des Franciscains rue de Hesbaye (projet 1 sur le plan)

Le site dit « des Franciscains », vaste terrain à bâtir situé le long de la rue de Hesbaye (un peu moins de 14.000 m²), entre l’hôpital Saint-Joseph et le bas de la côte d’Ans (quartier Sainte-Marguerite Haut), était resté des décennies durant sans affectation particulière, hormis  comme lieu non aménagé de promenade pour les riverains.

Dans le Projet de quartier Sainte-Marguerite, les options retenues pour ce terrain étaient la construction de logements et le maintien sur place d’une fonction de loisirs et d’espace vert.

Lorsque le schéma directeur est approuvé par le Conseil communal en juin 2000, la Ville de Liège est en contact avec différentes sociétés de logements néerlandaises et entre autres la société Sint-Servatius de Maastricht (aujourd’hui « Servatius »). Servatius, qui gère plus de 12 000 unités de location à Maastricht, notamment des logements destinés aux catégories économiquement faibles de la population, souhaite se tourner vers le marché immobilier liégeois, considéré comme attractif.

De son côté la Ville de Liège souhaite mettre en œuvre des projets de rénovation urbaine dans les quartiers d’initiatives, et à ce titre la mise en valeur du terrain des Franciscains est très porteuse.

L’intérêt pour la Ville de Liège de travailler avec Servatius était d’avoir un partenaire bénéficiant d’une solide expérience en matière de développement et de gestion de logements et de programmes multifonctionnels de réhabilitation de quartiers urbains, ainsi qu’un partenaire ayant la capacité financière pour pouvoir développer un projet d’envergure rue de Hesbaye.

Le 14 février 2002 était signée la convention de partenariat entre d’une part la Ville de Liège, d’autre part la Woningstichting Sint-Servatius, et enfin le bureau d’architecture QUADRA.

La Ville de Liège et Sint-Servatius s’engagèrent alors à être partenaires pour la réalisation d’un projet commun et coordonné de construction d’un ensemble de 97 logements, de 11 locaux et surfaces à fonction commerciale ou de services, d’un parking souterrain ainsi que l’aménagement d’espaces publics sur le terrain des Franciscains.

Investissement privé : 12,5 millions d’euros dont un peu plus de 8 millions d’euros sont consacrés au logement.

  • 18 appartements 1 à 2 chambres
  • 41 appartements 2 chambres
  • 17 appartements 3 chambres
  • 12 duplexes modulables de 2 à 4 chambres

soit 88 appartements privés

Investissement public : un dossier de revitalisation urbaine, co-porté et conçu en partenariat avec Servatius, a permis à la Ville de Liège de bénéficier d’une intervention régionale de 1.240.000 € pour l’aménagement des espaces publics. Ce financement a été complété par un subside à la création d’espaces verts de 250.000 €, ainsi que par des fonds propres de la Ville de Liège pour des travaux de voiries à concurrence de 450.000 €.

La Ville de Liège a également investi 1,1 million d’euros dans un immeuble de 9 logements (1 et 2 chambres) pour personnes à revenus modestes, sont 90 % ont été subsidiés en rénovation urbaine.

Qualités du programme réalisé aux Franciscains

  • étude fine de l’insertion du projet dans le quartier :
  1. création d’un parking souterrain pour assurer un maximum de confort aux habitants des logements et pour ne pas peser sur l’offre déjà restreinte d’emplacements dans le quartier
  2. volonté de maintenir la vocation d’espaces de loisirs développée par les habitants sur le terrain
  3. volonté de créer de nouvelles liaisons pour favoriser la transversalité par rapport à l’axe Sainte-Marguerite tel que souhaité dans le projet de quartier
  4. création d’une desserte pour assurer une bonne accessibilité des logements
  • mixité propriétaires/locataires
  • mixité de l’offre locative (pour isolés ou familles, pour personnes âgées, pour revenus sociaux ou moyens…)
  • multifonctionnalité recherchée (projet de logement alliant commerces de proximité, bureaux, espaces publics, parking…)
  • normes de qualité, de confort et d’aménagements spécifiques
  • intégration urbanistique : seul la tour de 7 étages a été conçue de façon à marquer le paysage du quartier pour signaler le projet et constituer un repère. Les autres bâtiments s’intègrent au bâti voisin en termes d’implantation, de gabarit, de volumétrie.
  • De par sa bonne intégration urbanistique, le projet remplit une mission de redensification de l’habitat et de remaillage urbain. Le front bâti est reconstitué, la rupture occasionnée par la friche dans le paysage urbain est gommée, tout en maintenant un espace vert accessible à tous.

 

La réhabilitation des îlots Firquet/Saint-Séverin (projets 20 et 21 sur le plan)

Problématiques et constats

Lors de la consultation des habitants de la ZIP/QI Sainte-Marguerite pour l'élaboration du Projet de quartier, une problématique majeure évoquée par la population était la question de la taudification de certains îlots bâtis, et le problème de l'exploitation outrancière des logements par des marchands de sommeil.

Deux îlots ont été identifiés par la Ville de Liège comme prioritaires pour mener une action globale de réhabilitation et d'assainissement :

  • ces îlots sont délimités par les rues Hocheporte/Saint-Séverin/Coqraimont et Firquet d'une part (îlot 1)
  • et par les rues Coqraimont/Saint-Séverin/des Cloutiers et Firquet d'autre part (îlot 2).

Pour ces deux îlots, les constats suivants ont été réalisés dans le cadre d'une étude urbanistique réalisée en 2002-2003 :

  • Les deux îlots fermés à front de rue sur l’ensemble de leur périmètre présentent une trame étroite et profonde.
  • Leur intérieur est principalement occupé par des bâtiments en mauvais état, partiellement habités ou abandonnés. Le taux d'occupation du bâti au sol est respectivement de 83 % pour l'îlot 1 et 91 % pour l'îlot 2. Très peu d’espaces ouverts sont végétalisés.
  • Les accès en intérieur d’îlot sont étroits et individuels par propriété ; il n'existe aucune traversée d’îlot ni entrée pour véhicules (par exemple d'urgence), sauf rue St Séverin 96/98.
  • Un grand nombre d’immeubles ne répond pas à la législation en vigueur en termes de permis de location, de permis d’urbanisme, de salubrité…
  • Les bâtiments sont principalement des immeubles de rapport peu aménagés. Ils sont loués comme résidences pour personnes seules. Les ventes et loyers sont onéreux au vu de la qualité et de la situation des biens. Ces biens sont cependant occupés vu la demande, majoritairement par une population en situation précaire.

 

En 2003, le Conseil communal de Liège décide de réaliser un ambitieux programme de réhabilitation de ces deux ilôts pour initier le renouveau du quartier Sainte-Marguerite et particulièrement de la rue Saint-Séverin, fortement marqué par la problématique des marchands de sommeil et des logements insalubres.

Les grandes lignes du plan d’action initié en 2003 par la Ville de Liège

  • S’assurer prioritairement la maîtrise foncière de l’intérieur d’îlot – afin de pouvoir y réaliser certaines démolitions d’annexes et de bâtiments insalubres
  • Rénover ce qui peut l’être – démolir et reconstruire si nécessaire en fonction de l’état des immeubles
  • Créer du logement avec un programme varié
  • Aménager l’intérieur de l’îlot urbain au profit des habitants en y créant des jardins et potager partagés

 

Ilot dit Firquet 1

Les acquisitions ont démarré en 2006 et se sont poursuivies pendant plusieurs années.

Dans le cadre d’un premier chantier, inauguré en mai 2012, un bâtiment très imposant et complètement délabré a été démoli en intérieur d’îlot et a permis de dégager un espace considérable à réaffecter en jardin et potager.  6 logements ont également été créés et mis en location dès 2012.

Un deuxième chantier, inauguré en septembre 2013, a permis la création de 15 logements et de différents espaces partagés.
Un troisième chantier, inauguré en novembre 2017, a vu la création de 3 logements et l’aménagement d’un jardin collectif et d’un potager communautaire.

Afin de compléter son programme, la Ville de Liège a travaillé avec le Fonds du Logement qui a réalisé la rénovation de 6 logements et les gère aujourd’hui.

Un partenariat réussi

Le Fonds du Logement des Familles nombreuses de Wallonie est partenaire de la Ville de Liège pour la réhabilitation de l’îlot depuis le début du programme.

Afin de permettre la rénovation de davantage d’immeubles au sein de l’îlot, un système de partage des investissements a été mis en place : la Ville de Liège a acquis certains bâtiments notamment grâce à une intervention de feu le Plan Fédéral des Grandes Villes, auquel n’avait pas accès le Fonds du Logement.  Un bail emphythéotique a alors été conclu entre la ville et le FLW, permettant à ce dernier de devenir propriétaire des lieux pour 66 ans et dès lors d’investir dans la rénovation des immeubles et ensuite de gérer les locations.  Ce partenariat a été mis en place pour les immeubles 64 et 66 Saint-Séverin (coût des travaux réalisés par le FLW : 520.000 €) ainsi que pour l’immeuble n° 6 rue Coqraimont (coût des travaux du FLW : 219.000 €), débouchant ainsi sur la création de 6 logements sociaux supplémentaires.

Montant des investissements de la Ville de Liège pour la réhabilitation de l’îlot 1 :
 - acquisitions : 2, 6 millions €
 - travaux : 9,5 millions €

Ce coût inclut la création de 30 logements (2.800 m²), la démolition de nombreux immeubles insalubres et l’aménagement d’un potager communautaire et d’espaces extérieurs partagés.

Les immeubles démolis n’ont pas tous été remplacés par une nouvelle construction, l’objectif de la Ville de Liège étant aussi de dédensifier le bâti pour rendre de la qualité aux logements y compris pour les habitants des immeubles privés situés autour du projet public.

facade logement rue saint severin
© Ville de Liège - Communication - E. Denis

 

Ce sont environ 75 personnes qui sont désormais bien logées tout en ayant accès à des espaces extérieurs de qualité ainsi qu’une dizaine d’habitants du quartier qui ont accès également au potager partagé.

potager communautaire logement rue saint severin web
© Ville de Liège - Communication - E. Denis

 

Mixité et cohésion sociale

Parmi les 30 logements publics créés, on compte 17 logements moyens et 13 logements de type social ou social assimilé. Afin de permettre à une diversité de ménages d’y habiter, on y trouve 6 logements 1 chambre, 14 logements 2 chambres, 9 logements 3 chambres et 1 logement 4 chambres.  Une majorité de ceux-ci dispose d’un espace extérieur privatif.

La spécificité du programme de réhabilitation des îlots Firquet vient aussi du pari qui est fait sur l’intérêt de partager les espaces de cours et jardins, souvent trop rares en milieu urbain dense.  Plutôt que d’attribuer un jardin privatif uniquement à quelques logements, le choix a été fait de réaliser des espaces communautaires (700 m²), associant zone de jardin d’agrément, coin enfant, terrain de pétanque, le tout mis à disposition de l’ensemble des locataires qui ont signé une charte de bonne gestion de ces espaces partagés en même temps que leur bail.  Ils s’y engagent à vivre en bon voisinage et à gérer ensemble les espaces mis à leur disposition.  

Potagers communautaires

Afin de permettre aux locataires qui le souhaitent mais aussi à des habitants du quartier de disposer d’un jardin et de se rencontrer autour d’un projet commun, la Ville de Liège lançait en mars 2017 un appel aux candidats jardiniers : le potager communautaire Saint-Séverin n’attendait plus qu’eux.  Après une première réunion en mars, un groupe d’une dizaine de personnes, locataires et habitants du quartier, s’est constitué et s’est réuni de façon régulière pour donner naissance en été à un magnifique potager, accompagné dans cette démarche par Marc Hermans, formateur en horticulture de la société Le Potager retrouvé.

Les jardiniers ont réalisé une belle récolte de légumes et fruits divers, le tout cultivé sans pesticides et engrais chimiques.  Au-delà de la production réalisée, les potagers communautaires, c’est aussi la rencontre de personnes de tous horizons, qui apprennent à se connaître en développant ensemble le potager.

Une charte de bonne entente entre voisins

Chaque locataire et chaque habitant du quartier participant au projet communautaire signe une charte par laquelle il/elle s’engage à participer au projet dans le respect des autres et des équipements mis à disposition par la Ville de Liège.

La charte reprend les droits et devoirs de chacun et permet de donner un cadre aux activités et à la vie communautaire.

Après plusieurs années d’occupation des logements rue Saint-Séverin et rue Firquet et quelques mois de fonctionnement des potagers communautaires, le programme développé par la Ville de Liège porte ses fruits : les habitants y ont trouvé plus qu’un logement, un véritable lieu de vie dans lequel ils peuvent construire leur existence sur une base solide et durable.  Les enfants y sont bien, en sécurité, avec des espaces pour jouer et grandir.  Les personnes plus âgées y trouvent aussi leur bonheur, avec des logements bien conçus, facile d’accès, la possibilité de pouvoir sortir de chez soi en toute quiétude et de pouvoir nouer des contacts avec les autres habitants.

potager communautaire logement rue saint severin 1  jardin logement rue saint severin web

© Ville de Liège - Communication - E. Denis

quartier saint severin avant travaux web
Ilot Saint-Séverin – Hocheporte – Coqraimont en 2009, avant intervention

 

quartier saint severin apres travaux web
Ilot Saint-Séverin – Hocheporte – Coqraimont en 2017 après intervention

 

Ilot Firquet 2

Les acquisitions ont démarré en 2010 et se sont achevées en 2015.
Le cahier spécial des charges de travaux est réalisé par le bureau d’architecture Daniel Delgoffe qui a été désigné par le Collège communal pour réaliser la conception architecturale du programme de réhabilitation.
Le projet prévoit la créaction de 11 logements dont 3 logements adaptables aux personnes à mobilité réduite, l’aménagement de deux surfaces commerciales aux rez-de-chaussée rue Saint-Séverin, la création d’une salle de réunion communautaire et l’aménagement d’une vaste cour collective verdurisée en intérieur d’îlot.

Montant des investissements de la Ville de Liège pour la réhabilitation de l’îlot 2 estimé à ce stade :
 - acquisitions : 1,36 millions €
 - Etudes et travaux : 3,5 millions €

Un nouveau parc pour la Ville de Liège : Sainte-Agathe

 

Parc Sainte-Agathe
© Ville de Liège

 

Les multiples besoins qui caractérisent la ville rendent tout espace désirable et valorisable pour y créer des fonctions urbaines bâties telles que école, crèche, bureaux, logement…  Et pourtant, des espaces ouverts, aménagés de façon qualitative, sont indispensables à côté de la nécessaire densification urbaine.  C’est pourquoi l’ouverture du parc Sainte-Agathe est aussi exceptionnelle : la Ville de Liège et son CPAS ont fait le choix, malgré la valorisation purement immobilière qui aurait pu être faite du site, de consacrer celui-ci à la satisfaction  - presque vitale pour les habitants – de disposer d’un coin de nature en ville.  C’était une demande exprimée à maintes reprises par la population dans un quartier densément peuplé où nombre de logements ne disposaient pas d’un espace extérieur.

Véritable poumon vert du quartier Sainte-Marguerite mais aussi à l’interface du quartier Saint-Laurent, le parc Sainte-Agathe offre aujourd'hui aux habitants de l’ouest de la ville de Liège un espace de calme, de détente, de repos, une respiration dans le bâti dense du faubourg Sainte-Marguerite.
Des jeux et du mobilier urbain ponctue le parc afin d’en multiplier les usages et permettre au plus grand nombre d’y trouver leur bonheur.

Un projet de potagers communautaires vient également enrichir la palette d’activités proposées au sein de ce nouvel espace vert.
La Ville de Liège souhaite aussi au travers de cette opération promouvoir la qualité de vie dans ses quartiers.

Rapide historique du projet

Jadis un hospice accueillait des malades rue Saint-Laurent.  Cet hôpital, dit Sainte-Agathe, disposait d’un parc d’agrément et de jardins et potagers.  Dans les années 20, l’ensemble est transféré dans le patrimoine des autorités publiques.  C’est le CPAS qui gère l’hospice jusqu’à sa fermeture en 1985.  Les bâtiments et le parc d’agrément sont vendus fin des années 90 au secteur privé.  Le reste du parc, resté propriété du CPAS, attend que son heure vienne.

parc saint agathe avant travaux
© Ville de Liège


Les habitants, sollicités par la Ville pour connaître leurs attentes dans le cadre de l’élaboration du Projet de quartier de rénovation urbaine, mettent tous en avant leur souhait de voir cet espace vert – visible mais inaccessible – mis à la disposition du quartier.  La création du parc Sainte-Agathe fait dès lors partie des projets prioritaires identifiés par la Ville dans le Projet de quartier adopté par la Région wallonne en 2002.

Et pourtant, ce ne sera finalement qu’à l’automne 2013 que le chantier d’aménagement pourra enfin commencer.  Entre temps, la création du parc affrontera une série d’écueils et de freins, verra des rebondissements, des revirements, des retournements de situations… : deux expropriations, un échange de terrains, une convention de partenariat, un transfert de services(O.N.E. présents sur le site), une rénovation d’immeuble pour y créer notamment un accès au parc, des travaux préliminaires, de multiples demandes de subventions répondant aux découvertes progressives faites sur le site, de multiples allers-retours entre la Ville et la Région…

Certaines étapes de ce processus long et complexe méritent que l’on s’y attarde.

Maîtrise foncière

En août 2008, la Ville et le CPAS de Liège signent une convention de partenariat au travers de laquelle le CPAS transfère à la Ville à l’euro symbolique la totalité des terrains dont il est propriétaire rue Hullos en contrepartie de l’engagement de la Ville d’y réaliser un parc à destination des habitants.  Sans ce renoncement du CPAS à une valorisation financière de ses terrains, le parc Sainte-Agathe n’aurait jamais pu voir le jour.

En 2011, la société LAMPIRIS accepte un remaniement foncier du site Sainte-Agathe au sens large, ce qui permet à la Ville de Liège de disposer d’une parcelle de terrain idéalement située, à l’entrée du parc public côté rue Saint-Laurent, qui permettra d’offrir un accès généreux et de qualité au parc et présente en outre l’avantage d’une certaine planéité (a contrario des autres terrains constituant le parc présentant une pente importante).

Un premier pas important

En 2010, la Ville de Liège inaugure le n°28 rue Saint-Laurent, qui accueille deux logements et une entrée vers le futur parc Sainte-Agathe sous la forme d’un arvô qui traverse le rez-de-chaussée de l’immeuble.  Le projet est porté au niveau architectural par l’équipe Pierre De Wit/Damien Henry et est largement subventionné par la Région wallonne dans le cadre de l’opération de rénovation urbaine de Sainte-Marguerite.

La conception du projet d’aménagement

La Ville de Liège décide de confier à son propre bureau d’études la réflexion sur les options d’aménagement du futur parc.  C’est le Service des Plantations, depuis lors intégré au Département des Travaux, Service de l’Aménagement des Espaces publics, qui réalisera la conception architecturale, notamment Anne Rondia, Architecte paysagiste.

Fin décembre 2009, le Collège communal désigne en outre le bureau GREISCH pour réaliser les études de stabilité, les métrés et plans et la coordination sécurité et santé des travaux d’aménagement du parc.

Un premier chantier

Un premier chantier, consistant en des travaux de démolition d’un ancien bâtiment préfabriqué  présent rue Hullos et en des travaux de débroussaillage et de clôture du site, est réalisé en 2010 pour un montant de 81.000 euros TVAC.

Les travaux d’aménagement proprement dits

Sur base de l’analyse approfondie du site, rendue possible grâce aux travaux préliminaires, un projet d’aménagement est approuvé par le Conseil communal de septembre 2012 et reçoit l’aval de la Région wallone en décembre de cette même année.  Les grandes lignes de l’intervention programmée sont les suivantes :

  • réaliser un lien entre Sainte-Marguerite et Saint-Laurent
  • créer un cheminement piéton de qualité malgré la déclivité du site (20 m entre le haut et le bas)
  • aménager des lieux propices à la détente et à la rencontre entre générations et cultures
  • gérer et sécuriser les limites avec les propriétés riveraines
  • rénover l’ancien pavillon de jardin situé au milieu du parc pour en faire un lieu d’appel où tant les jardiniers que les promeneurs pourront trouver certaines commodités

Après obtention du permis d’urbanisme pour l’aménagement du parc mars 2013, le cahier des charges pour le marché public de travaux est mis à l’étude.

Le marché est attribué sous la forme de 3 lots séparés, aux entreprises suivantes :

LOT 1 Travaux généraux, ouvrages d’art, restauration et équipements : ELOY Travaux avec CHENE en sous-traitance
LOT 2 Travaux de ferronnerie :     Atelier MELENS et DEJARDIN
LOT 3 Travaux de plantations et clôtures : s.p.r.l. LEMAIRE Parcs et Jardins.
Pour un montant total de 862 000 euros TVAC.  Le chantier démarre à l’automne 2013.

Coût et financement

Total projet : 1 139 000 € TVAC

Acquisitions : 82 001 €  
Etudes techniques : 57 000 € TVAC

Travaux (passage public rue Saint-Laurent
travaux préliminaires et aménagement proprement dit) : 1 000 000 € TVAC     

Intervention régionale en rénovation urbaine : 880 000 €
Intervention de la Ville de Liège : 259 000 €

La Ville de Liège, maître de l’ouvrage, est évidemment aussi intervenue financièrement dans le montage du dossier, tant par la mise à disposition de personnel technique et administratif pour le suivi du projet que par la prise en charge d’une partie du coût de réalisation, en complément aux différentes subventions.

Parc Sainte Agathe  2015 05 Urbanisme Ville de Liege  JP.ERS   (10)
© Ville de Liège - Urbanisme - J-P Ers
 
large. ste agathejpg
© Ville de Liège - Urbanisme - J-P Ers

 

Vers une qualité de vie en ville

La création d’un nouveau parc dans cette partie du territoire communal qui en manquait cruellement donne à ces quartiers de Sainte-Marguerite et Saint-Laurent, très proches de l’hyper centre de Liège, à quelques pas de la gare du Palais, un intérêt certain pour des ménages désirant vivre en ville, dans un habitat de qualité, à proximité de toutes les facilités : présence de nombreuses écoles et de nombreuses crèches, petits commerces de proximité, mairie de quartier, maison intergénérationelle, bientôt un nouveau commissariat et une nouvelle crèche rue Hocheporte/Agimont….