Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Coche verte
Attention

Certains services et programmes de la Ville de Liège sont actuellement inaccessibles suite à une attaque informatique. Veuillez nous en excuser. Plus d'informations.

Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Logement / Publications / L'automne est là... comment va votre chaudière ?
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

L'automne est là... comment va votre chaudière ?

Le contrôle de la chaudière permet de vérifier qu'elle respecte bien certains critères de fonctionnement, que le local où elle est située, la ventilation et la cheminée sont conformes et que le système de régulation et la pompe de circulation sont en bon état.

Ce contrôle doit être effectué :

  • tous les ans pour les chaudières au mazout
  • tous les trois ans pour les petites chaudières au gaz domestiques.

Le chauffagiste doit être agréé en tant que technicien en combustibles gazeux ou liquides suivant que la chaudière est au mazout ou au gaz. (Vous trouverez la liste des chauffagistes agréés sur le site de l’AwAC.).
Outre ce contrôle périodique, 3 autres inspections techniques vous sont demandées pour votre chaudière.

1. La réception des installations de chauffage

Lorsque vous placez ou que vous remplacez une chaudière, le nouveau générateur de chaleur (gaz ou mazout) doit être réceptionné par un technicien agréé en combustibles gazeux ou liquides, selon le cas (voir la liste sur le site de l'AwAC).

Lors de la réception du générateur de chaleur, le technicien veille à une installation en bonne et due forme ainsi qu'au respect des exigences systèmes.

2. L'entretien de la chaudière

Bien que l'entretien de la chaudière ne soit pas réglementé par la législation wallonne, il est recommandé de le faire régulièrement : réduction de la consommation de combustible, réduction des émissions atmosphériques, prévention des pannes et sécurité de fonctionnement. La fréquence et le déroulement de l'entretien dépendent de plusieurs paramètres, notamment du type de combustible, de l'âge et de la technologie du brûleur et de la chaudière, de l'état général de l'installation et de l'environnement dans lequel elle est installée.

En pratique, contrôle et entretien sont généralement liés, un contrôle périodique étant obligatoire si l'entretien a porté sur la chambre de combustion.

Lors de l'entretien de votre chaudière, si elle n'est pas récente, nous vous recommandons également de faire une analyse de sa performance énergétique. Cette information vous permettra, le cas échéant, d'envisager un remplacement de votre chaudière. A priori le chauffagiste devrait également pouvoir vous conseiller. Si vous pensez qu'il est temps de moderniser votre installation, n'hésitez pas à demander plusieurs devis... et pensez aux aides financières.

3. Le diagnostic approfondi

Toute installation de chauffage central doit avoir fait l'objet d'un diagnostic approfondi qui se fait à la suite d'un contrôle périodique.

Il reste valable tant qu'on ne modifie pas l'installation de chauffage ou que le bâtiment ne subit pas de modification énergétique majeure (isolation de l'enveloppe du bâtiment, construction d'une extension chauffée par la même installation de chauffage central, ...).

Idéalement, il faut disposer des consommations de combustible sur au moins 2 années complètes pour que le diagnostic approfondi donne des résultats adaptés à la situation du bâtiment et de son installation de chauffage.

Si le bâtiment et/ou l'installation de chauffage a /ont été modifié(s) depuis moins de 2 ans, on peut reporter le diagnostic pour disposer de 2 ans de recul sur les consommations.

Dans tous les autres cas, un diagnostic approfondi doit être effectué si ce n'est pas déjà fait.

Pour limiter les frais de déplacement et par simplicité, il est plus avantageux de combiner ce diagnostic approfondi avec le contrôle périodique lors de la même intervention de son chauffagiste.

En plus d'être technicien agréé en combustibles gazeux ou liquides, celui-ci doit être également technicien agréé en diagnostic approfondi.

Source : site du SPW Wallonie Energie.