Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Mobilité / Actualités / Pour répondre au défi de mobilité, Liège a besoin d’une offre ferroviaire volontariste
Actions sur le document

Pour répondre au défi de mobilité, Liège a besoin d’une offre ferroviaire volontariste

À travers le PUM (Plan Urbain de Mobilité de l’Arrondissement) et le PCM (Plan Communal de Mobilité), les autorités liégeoises ont voulu faire de l’offre ferroviaire l’axe central de la nouvelle stratégie de mobilité liégeoise. Ils ont également insisté sur la nécessité de multiplier les points d’échanges de mobilité. Cette logique de maillage des différents réseaux de transports publics, facilite les transbordements et correspondances. 

La Ville de Liège a la chance de disposer d’une infrastructure ferroviaire importante composée de lignes irradiant son territoire. Il est dès lors indispensable de profiter de celles-ci pour faire décoller les chiffres de fréquentation du train. 

Pour le Collège communal, cela nécessite de mettre à disposition de la population un réseau urbain facilement accessible depuis ces gares et points d’arrêt tout en augmentant la performance du train. Dans cette perspective, la réouverture des points d’arrêt des Vennes et de Vivegnis à l’horizon 2026, comme préconisée dans l’étude ANGELIC de la SNCB et adoptée dans le PUM, est essentielle.

Pour accompagner cette restructuration du réseau ferroviaire liégeois, il apparait important de :

  • renforcer l'offre de parkings P+R dans les gares de périphérie du réseau S liégeois,
  • développer leur rôle de hub multimodaux (doublement des infrastructures de parking aux gares d'Angleur, Ans et Visé à l'horizon 2025), 
  • développer le stationnement sécurisé pour les vélos aux abords de ces gares et points d'arrêt dans une proportion équivalente à 5% des montées de voyageurs. 

Tout en combinant l'extension des offres tarifaires combinées Citypass aux périmètres des PUM existants ou en élaboration.

Au regard des annonces réalisées dans le cadre des débats budgétaires relatifs au Plan d’investissement et au report déjà annoncé du plan de transport de la SNCB, le Collège craint que les attentes liégeoises ne soient pas rencontrées.

Le report de la mise en place de la relation suburbaine entre Verviers et Liège, qui devait être mise en place pour le 15 décembre 2022, inquiète particulièrement les autorités liégeoises.

Ce risque pour l’attractivité et le rayonnement de l’arrondissement est également accentué par l’absence de réflexion sur l’offre internationale à partir de Liège et tout particulièrement pour l’apport du TGV wallon. En effet, l’adaptation de la relation Namur-Maubeuge en Charleroi- Maubeuge ne répond absolument pas aux attentes de la Métropole liégeoise.

Au regard de ces différents éléments, le Collège communal va à nouveau insister auprès du Gouvernement Fédéral pour que la Métropole liégeoise bénéficie des infrastructures et investissements essentiels dont elle a besoin pour répondre aux défis sociaux, économiques et environnementaux auxquelles elle fait face.