Vous êtes ici : Accueil / Vie Communale / Services communaux / Travaux / Bâtiments communaux / Des réalisations récentes et des projets concrets
Actions sur le document
Des réalisations récentes et des projets concrets

Des réalisations récentes et des projets concrets

1) Instruction publique

a. L’école communale de la Sauvenière

L’école a bénéficié de la création de huit classes primaires supplémentaires ainsi que de deux classes pour les maternelles. Les aménagements se sont poursuivis avec la rénovation complète de la salle de gymnastique et la création d’une cyberclasse.

L’école profite ainsi de nouvelles infrastructures pour le confort des élèves qui s’y épanouissent.

Les travaux à l’école de la Sauvenière représentent quelques 870.000€.

L’école communale de la Sauvenière
© Ville de Liège (Urbanisme) - J-P ERS

b. Le Centre de Technologies avancées

L’acquisition du bâtiment de l’ancien tri postal de la rue de Namur a permis à la Ville d’y regrouper ses Services des Travaux. Un espace a également été réservé pour l’aménagement du Centre de Technologies Avancées. Ce Centre sert à l’école d’Hôtellerie pour, notamment, développer la connaissance des techniques propres à la cuisine moléculaire.

Cet investissement avoisine les 315.000€.

c. L’école de Jupille Combattants

Du nouveau à l’école de Jupille Combattants!

Ce groupe scolaire rencontre en effet un vif succès et voit sa population s’accroitre au fil des ans. Pour y accueillir les enfants dans des conditions optimales, la Ville de Liège a décidé d’y mettre les moyens, soit un budget de 360.000€. Ainsi l’école dispose d’une classe supplémentaire. Les projets ne s’arrêtent pas là, puisque à la suite de cette première phase, deux nouvelles autres classes et un nouveau préau seront aménagés.

2) Antennes administratives

2.1. Le complexe administratif de Bois-de-Breux

La Ville de Liège est soucieuse d’offrir un service communal de qualité et de proximité. C’est dans cette dynamique qu’un nouveau complexe administratif regroupant une Mairie de quartier, un commissariat de Police, un bureau du CPAS, une salle des mariages et aussi une « salle de quartier » a été construit à Bois-de-Breux.

Les citoyens tant de Bois-de-Breux, de Grivegnée-haut que de Jupille ont retrouvé ainsi leur infrastructure de qualité en cœur de quartier.

Dans ce nouveau bâtiment, une attention particulière a été accordée aux déplacements des personnes à mobilité réduite, qui grâce à une large rampe, pourront accéder jusqu’aux fonctions communales.

L’aménagement de ce nouveau complexe administratif a représenté un budget de 2.190.000€.

2.2. L’Hôtel de Ville de Chênée

L’Hôtel de Ville de Chênée date de 1905 et constitue un édifice symbolique et cher à tous les Chênéens. Après une phase de restauration, une rénovation en profondeur a vu l’installation d’un commissariat, d’une mairie de quartier et d’une salle polyvalente du Centre culture.

Les citoyens y retrouvent leurs divers services communaux.

Au niveau du chantier, l’accent a été mis sur l’efficience énergétique. La Ville a préconisé une isolation complète châssis-murs-toiture. Le bâtiment bénéficie de panneaux photovoltaïques et d’une chaudière à pellets, une première pour un bâtiment communal.

Les garages de la Police se situent au niveau 0.

L’accueil et la salle polyvalente sont installés au 1er étage, entièrement rénové.

Le second étage est occupé par les Services de Police. Soucieux de la Ville est de préserver le caractère d’époque du bâtiment, la Ville a veillé à ce que les fresques et les décorations murales du 1er étage soient préservées. On y concilie donc préservation du patrimoine et technologies durables, le tout en proposant aux citoyens le meilleur des services.

Le coût de ces travaux s’est élevé à environ 3,4 millions d’€, avec des subsides.

2.3. L’antenne Administrative de Wandre

La Ville souhaite optimiser la qualité des bâtiments publics de proximité qu’elle met au service des citoyens de chaque quartier.

Dans le cadre du Plan Triennal d’investissements (1), elle a ainsi inscrit dans le volet « Bâtiment », le réaménagement de l’antenne administrative de Wandre.

En effet, la Mairie de quartier, la consultation ONE et la bibliothèque qui constituent des services indispensables pour tous, y sont centralisés dans le même bâtiment.

La Ville a également voulu rendre ce bâtiment accessible aux personnes à mobilité réduite via l’aménagement d’une rampe d’accès et l’installation de sanitaires adaptés.

Les économies d’énergie sont aussi à l’ordre du jour pour un bâtiment de cette importance. Le dossier comprend par conséquent le remplacement des châssis et la mise en place d’une nouvelle chaudière.

(1) Processus de subsidiation de travaux par le Ministre des Pouvoirs locaux. Ce programme d’investissements concerne les travaux de voirie, d’égouttage, d’éclairage public mais aussi la rénovation de bâtiments publics. Le taux du subside est fixé à 60% du coût de l’investissement.

3) Culture

3.1 Le Centre Culturel Communautaire de Rocourt

La collaboration entre la Ville de Liège et le Logis Social a permis, en 2009, la construction du Centre Culturel Communautaire de Rocourt. Ce nouveau bâtiment favorise la vie associative au sein de la communauté rocourtoise qui gagne ainsi en convivialité et en intensité.

Le bâtiment dispose d’une surface d’accueil de 200 personnes. Il comporte une salle de spectacle et de manifestations permettant des activités aussi diverses que des expositions, conférence-débat ou fêtes locales. L’espace scénique et les locaux sont mis à la disposition d’associations ou clubs proches du quartier et y favorisent ainsi l’émulation.

Le bâtiment est un mariage parfait entre tradition et modernité. En effet, des briques de parement rouges se mélangent au bardage en acier rehaussé par de grandes surfaces vitrées. Le bois n’a pas été oublié, la charpente est composée de poutres en bois.

Le budget de cette construction s’élève à 700.000€ financé conjointement par le Logis Social et la Ville de Liège.

3.2 L’Opéra Royal de Wallonie – L’Emulation

L’Opéra Royal de Wallonie (ORW) a fait peau neuve et a été inauguré le 19 septembre 2012.

Situé en plein cœur historique de la Ville, l’ORW constitue une institution culturelle et artistique forte pour Liège mais aussi au-delà de nos frontières.

Les travaux consistaient en la restauration, rénovation de cet écrin prestigieux et en la réfection globale des techniques de scène et de scénographie.

Le budget total consacré à cette réalisation atteint 26.900.000€.

Plus d'informations sur ce chantier d’envergure.

Le projet du Théâtre de la Place à l’Emulation consiste en la réaffectation du bâtiment de la Société Libre d’Emulation, en restaurant les parties classées, et en son extension afin qu’il puisse accueillir les activités du Théâtre dans un cadre prestigieux, adapté et rénové.

Le complexe propose aux spectateurs une grande salle comprenant 558 places avec un plateau de 18 X 21 mètres et une petite salle comprenant 145 places pour une superficie totale de 7800m².

Le budget global de ce chantier est de +/- 20 millions d’€.

Plus d'informations sur cette rénovation.

3.3 La Maison de Grétry

Pour 2013, année du bicentenaire de la mort du compositeur liégeois, André Modeste Grétry, les autorités communales ont voulu donner un nouveau souffle au musée qui porte son nom et qui est aussi sa maison natale.

En effet, le compositeur y serait né en 1741.

Cela fait 154 ans que la Maison de Grétry fait partie du patrimoine de la Ville de Liège, après que, en 1859, Madame Jeanne-Ellis Josef, dernière propriétaire privée du bâtiment, en a fait don à la Cité.

Le bâtiment a bénéficié d’une rénovation en profondeur, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Une adaptation aux contingences actuelles en matière de bâtiment optimise aujourd’hui sa fonction muséale.

Des façades sablées et nettoyées valorisent la demeure natale du célèbre compositeur.

La remise en valeur du bâtiment représente 184.000€.

4) Sports

4.1 RJS Chênée

Le club de football du RJS Chênée fera prochainement peau neuve. En effet, ces infrastructures vont être renouvelées et modernisées.

Ainsi, le bâtiment existant, sera détruit et remplacé par une toute nouvelle infrastructure parfaitement adapté aux besoins du club.

- réaménagement des accès au bâtiment

- nouvelle tribune

Cette rénovation d’infrastructure est estimée à 820.000€.

4.2 JS Thier

Le site du Plope, à Sainte-Walburge, redevient un stade de foot à part entière.

Le club de football du JS Thier s'y est installé depuis 2015.

Le complexe a intégré une toute nouvelle tribune, six vestiaires (quatre joueurs et deux arbitres) et une grande buvette vitrée à l’étage qui donne sur le terrain et qui sert également de salle polyvalente.

Le budget de 700.000 € comprend un subside Infrasports à hauteur de 435.000 €.

5) Jeunesse

Dans l’élaboration du Projet de Ville 2007/2015, le Collège communal avait accordé une attention particulière à l’épanouissement des jeunes désireux de bénéficier d’un lieu d’accueil spécifique dans ses quartiers. Le Projet de Ville comprend la création de 3 nouvelles Maisons de jeunes et la création d’une maison musicale interquartier au Thier à Liège.

Cet ambitieux programme est à présent en phase d’aboutissement. La Maison musicale interquartier du Thier à Liège a ouvert ses portes durant l’été 2012. Les nouvelles infrastructures de Glain et de Bressoux sont terminées et la construction de la Maison des Jeunes de Burenville, réalisée.

Ces quatre dossiers, évocateurs de la mobilisation de la Ville au profit de sa jeunesse, sont intégralement subsidiés par le PFGV et représentent un budget global de près de 1.500.000 €.

Les trois projets à la loupe :

Bressoux-Droixhe (rue du Moulin)

Le bâtiment s’intègre parfaitement dans le cadre de la requalification du quartier. En effet, la rue du Moulin où s’élève la Maison des Jeunes, fait l’objet d’un réaménagement par le biais du Plan triennal 2010/2012. A proximité, se développe un axe cycliste fort qui reliera le quartier à la rive droite de la Meuse.

Le projet offre un impact visuel fort qui s’inscrit clairement dans l’objectif de redynamisation urbaine. Il s’agit d’un bâtiment de style très contemporain dont les soubassements en béton signale une implémentation solide dans le quartier. La couleur et les volumes sont ludiques et originaux pour attirer la jeunesse locale. Chaque volume reçoit des affectations précises, ce qui permet une lecture simple et une utilisation spontanée des espaces proposés.

Les textures sont pensées d’un point de vue pratique, esthétique et économique. Au rez-de-chaussée, des panneaux sandwichs préfabriqués finition rugueuses (ton gris foncé / gris clair), cette texture est difficile à taguer. A l’étage, des panneaux sandwichs préfabriqués finition métallique (ton vert) constituent un volume de signalisation, visible de loin.

Glain (Place de la Victoire)

La nouvelle Maison des Jeunes de Glain remplace une structure vétuste, étriquée et de type pavillonnaire. L’architecte propose un bâtiment composé de matériaux robustes pour en assurer un vieillissement harmonieux malgré l’importante sollicitation qu’il devrait connaître.

Pour le parement extérieur, c’est la brique en terre cuite qui est choisie, dans le souci d’offrir une tonalité en accord avec l’ensemble du quartier. La toiture suit l’élan du volume intérieur pour dynamiser l’aspect général de la structure.

Un second niveau est créé pour donner une échelle adéquate par rapport à la place. Le volume vertical renforce la visibilité de l’édifice. Un quart du programme sera installé à cet étage et cette conception permettra de développer les activités les plus diverses dans la Maison des Jeunes (cuisine, vidéo, vélo,…).

Burenville (à l’angle des rues Panade et Burenville)

Le projet est pensé pour s’articuler dans la dissymétrie propre au quartier. Il s’articule avec les rues Panade et Burenville. Il se compose de deux volumes dont l’asymétrie vise à différencier les fonctions dévolues à chaque partie du bâtiment. Cette architecture assez «fun», amusante tant par les volumes que par les couleurs se révèlera attractive pour les jeunes et identifiera leur bâtiment par son côté dynamique. «C’est leur endroit!»…

Le bâtiment intègre parfaitement les nombreux dénivellements caractéristiques du quartier tout en s’en différenciant par une image plus ludique à destination de la jeunesse.

Le projet propose aussi l’aménagement d’espaces extérieurs. L’un entre les deux volumes, pour les utilisateurs de la Maison des Jeunes, qui restent ainsi en contact avec la rue mais de façon sécurisée. D’autre part, une placette aux abords du bâtiment favorise la relation entre la salle polyvalente et l’extérieur.

D’autre part, il y a eu la fin du chantier de la Maison des Jeunes du Thier-à-Liège. Il s’agissait d’un investissement de l’ordre de 321.500€ (subside PFGV).

La particularité de ce projet est qu’il a pour objectif principal de développer la pratique musicale. En effet, deux salles de répétition ainsi qu’une régie technique, qui permettra de réaliser les enregistrements, ont été aménagées.

En s’appuyant sur les normes en vigueur au niveau du bruit (ne pas dépasser 45 décibels par rapport à l’extérieur du bâtiment), des techniques spécifiques et des matériaux présentant des performances acoustiques et sonores les plus pointues sont employés pour assurer le confort des utilisateurs, tant les musiciens et autres groupes de musique qui fréquenteront les lieux que le voisinage.

Ces aménagements profitent au SAM, Service d’Action Musicale (association issue de la MJ Thier-à-Liège et spécialisée dans l’organisation d’événements musicaux), de par la présence de deux salles de répétition et d’un local d’enregistrement. Cela permettra aux nombreux groupes musicaux liégeois de disposer d’un lieu adapté pour la pratique musicale. Le rayonnement de cet aménagement dépasse donc le quartier du Thier-à-Liège pour bénéficier de façon plus large à toute la jeunesse liégeoise.

6) Culte

6.1 L’église Saint-Vincent

L'église Saint-Vincent située dans le quartier Vennes-Fétinne a été construite en 1930, au départ des plans de l’architecte Robert Toussaint.

Plus de 80 ans après sa construction, la Ville offre un coup de jeune aux façades de l’édifice. Celles-ci auront également droit à une réfection et une nouvelle couche de peinture sera posée, dans un souci d’homogénéité de la structure.

Ces travaux de rafraîchissement ont été rendu possible grâce à l’apport de subsides de la Région wallonne, dans le cadre du Plan Triennal d’investissements (2).

(2) Processus de subsidiation de travaux par le Ministre des Pouvoirs locaux. Ce programme d’investissements concerne les travaux de voirie, d’égouttage, d’éclairage public mais aussi la rénovation de bâtiments publics. Le taux du subside est fixé à 60% du coût de l’investissement.