Table des matières
Actions sur le document

Communiqué Collège du 29/06/2018

Le Collège communal de la Ville de Liège s’est réuni ce vendredi 29 juin 2018 sous la présidence de Monsieur Willy DEMEYER, Bourgmestre.


Enseignes : résultats du groupe de travail

Le Collège a entendu une communication des Echevins en charge du Développement commercial et de l’Urbanisme, Maggy YERNA et Jean-Pierre HUPKENS, relative au groupe de travail mis en place pour travailler sur la problématique des enseignes.

Le non-respect des normes en vigueur a un impact important sur l’image de la ville et de son centre historique notamment. En effet, la norme régionale oblige à demander un permis (à la Ville et/ou la Région), ce qui ne se fait que trop peu souvent et nuit à la qualité du cadre de vie et à la dynamique commerciale.

Conscient de ce problème le Collège mène diverses démarches pour endiguer ce phénomène. 
Mi-2016, l’Echevin de l’Urbanisme et l’Echevin du Développement commercial et territorial ont décidé de travailler sur l’amélioration de la qualité des enseignes et ce, en priorité dans le centre ancien protégé.

En février 2017, le Collège a d’ailleurs soutenu la démarche des commerçants de l’hyper-centre qui dénonçaient ce non-respect du cadre urbanistique et son impact sur l’attractivité des commerces.

Opération pilote rue Léopold et Place du Marché

Une opération pilote rue Léopold et place du Marché a été activée via une démarche systématique : diagnostic puis contacts directs avec les exploitants et propriétaires afin  de leur demander de se mettre en règle par rapport aux obligations du  CoDT (ancien CWATUP) et de les aider à le faire conformément aux critères de qualité de la Ville.

Ce processus est long car il faut donner le temps aux propriétaires/exploitants de se mettre en ordre, en particulier s’ils doivent obtenir une autorisation de la Région wallonne.

Les 9 étapes systématiques de l’opération Léopold-Marché :

  1. Rapport de l’inspecteur : visite in situ, inventaire des enseignes, examen de l’historique administratif des immeubles.
  2. Constat de régularité urbanistique ou d’infraction.
  3. Information au propriétaire et/ou exploitant. Demande de prendre contact avec le service + mise en demeure de supprimer l’infraction ou d’introduire un dossier en régularisation dans un délai de 60 jours :
    1. via permis d’urbanisme pour un bâtiment classique.
    2. via certificat de patrimoine auprès de la Région pour un bâtiment classé.
  4. Accueil et conseils pour remise en situation régulière.
  5. Nouveau rapport de contrôle de l’inspecteur.
  6. Rappel de la mise en demeure, avec un délai de 30 jours, pour les propriétaires n’ayant pas entrepris de démarch e après le premier courrier.
  7. A l’expiration du délai, Procès-Verbal d’infraction dressé pour les propriétaires et/ou exploitants n’ayant réalisé aucune démarche. 
  8. Transmis du P-V au parquet judiciaire.
  9. A défaut de poursuite par le Parquet, possibilité d’instruire une action au tribunal civil. Proposition au Collège de saisir le tribunal civil pour 11 cas : dossiers pour lesquels aucune démarche n’a été entreprise par l’exploitant, ou si situation infractionnelle encore aggravée.

Les Echevins de l’Urbanisme et du Développement économique et territorial ont opté pour un  dialogue constructif alliant pédagogie et accompagnement mais aussi fermeté.

Quels résultats ?

Les résultats visibles sont lents à obtenir mais ils existent : les demandes rentrées sont plus qualitatives non seulement pour le centre ancien protégé mais aussi pour les autres quartiers du centre-ville (plus conformes à notre Guide de bonnes pratiques) ; un nombre non négligeable de commerces se sont mis en règle. 

Il reste cependant quelques irréductibles  qui ne veulent entendre le message et la demande de la Ville. Le Parquet ayant fait savoir qu’il ne poursuivrait pas (notification reçue le 23 juin 2017 du Procureur du Roi), les deux échevins ont dès lors décidé d’aller en justice civile pour faire juger une dizaine de cas.
La Ville est en justice

Les six premières plaintes ont été déposées et la première audience a eu lieu ce mercredi 27 juin 2018. Quelques autres plaintes seront introduites dès que possible.

L’opération "Léopold-Marché" a permis d’identifier ce qui doit être amélioré pour mieux communiquer, obliger et réagir en cas de refus obstiné.

Comment respecter Liège et son attractivité commerciale ?

L’évaluation de l’opération Léopold-Marché a abouti à l’adoption le 8 juin 2018 d’une « directive » pour décrire avec précision ce qui doit être fait. Celle-ci est disponible sur le site www.liege.be.

Elle a notamment comme nouveauté d’impliquer le propriétaire, et pas seulement l’exploitant.

D’ici peu, la Ville adaptera son "Guide de bonnes pratiques" de décembre 2015.

D’autres initiatives sont prises pour soutenir la qualité urbaine à travers la qualité des façades commerciales :

La Ville a édité ces dernières années différents guides et fascicules. Le prochain, sous presse, sera : Reconvertir un ancien rez-de-chaussée commerçant – Guide des bonnes pratiques, 50 p.

La Ville valorise égaement la qualité architecturale des commerces à travers ses Prix de l’Architecture et de l’Urbanisme : nouvelle catégorie, stimulation à la participation. Plusieurs commerces ont ainsi été primés lors des deux dernières éditions : Grand Prix (Delhaize-Fragnée) et plusieurs prix et mentions (Rue des Clarisses, rue Puits-en-Sock…).


"La Ruche", un centre d’entreprises d’économie sociale et solidaire bientôt à Liège

Le Collège a entendu une communication de l’Echevin du Développement territorial, Maggy YERNA concernant le Projet de rénovation urbaine de Sainte-Marguerite.

L’un des objectifs poursuivis par le Collège pour ce quartier, est d’y de l’activité économique.

La Ville de Liège qui est propriétaire d’un ensemble de bâtiments et terrain situé rue de l’Académie n° 53 à 4000 Liège a ainsi proposé cet ensemble de bâtiments (une conciergerie et du terrain soit 2.600 m² ) dans le cadre d’un appel à intérêts.

Celui-ci lancé en février 2018 visait à désigner le futur acquéreur de ce site sur la base non pas uniquement du prix proposé pour l’acquisition mais aussi en prenant en compte le projet de valorisation et de rénovation proposées pour les bâtiments.

La localisation proposée est en effet optimale, en bordure de l’hyper-centre de Liège, le long d’un axe fort de transports en commun et d’une voirie de transit reliant la place Saint-Lambert à l’autoroute via Burenville.  

Une nouvelle liaison pour les modes actifs sera également réalisée prochainement par la Ville de Liège afin de mettre la rue de l’Académie, et dès lors le site à vendre, en connexion directe avec la place Saint-Séverin et donc le cœur du quartier.

La volonté de Maggy YERNA était de faire émerger un projet qualitatif au niveau du type d’activités économiques proposées. Elles doivent : 

  • être porteuses de renouveau pour le quartier Sainte-Marguerite et pour la ville, 
  • être compatibles avec la vie de quartier, 
  • apporter une plus-value en termes d’image et générer de l’emploi.

L’appel à intérêt a également pour objectif de sélectionner un projet qui s’inscrira de façon harmonieuse dans le tissu urbain en cours de rénovation dans l’îlot.

En effet, outre la liaison piétonne, la Ville de Liège développe un important programme de construction de bâtiments destinés à abriter des services publics rue Agimont (dont notamment une crèche de 42 lits), ainsi que 6 logements.

NOVACITIS propose de développer un centre d’entreprises d’économie sociale et solidaire

La publication de l’appel à intérêt de février à mai 2018 a suscité l’intérêt de nombreuses personnes et sociétés.  Après visite du site et prise de connaissance des conditions imposées par la Ville de Liège pour le développement de celui-ci, la coopérative à finalité sociale NOVACITIS a décidé de remettre offre pour acquérir ce site.

La Ruche

Son objectif ?  Y développer un centre d’entreprises d’économie sociale et solidaire que NOVACITIS a baptisé "La Ruche".  En s’associant avec une société spécialisée dans la gestion de tels centres d’entreprises (déjà présents à Namur, Bruxelles et Anvers), NOVACITIS veut faire des bâtiments rue de l’Académie le véritable foyer de l’économie sociale liégeoise.
  
Des agences conseils, des sociétés actives dans la mobilité douce, des entrepreneurs sociaux, y trouveront un lieu pour s’y réunir, s’y rencontrer, construire ensemble des projets s’inscrivant dans un développement économique local et durable.

Les bâtiments seront rénovés également dans une optique de durabilité et en s’inscrivant dans une architecture contemporaine et dynamique.  Une vaste esplanade sera créée devant les bâtiments, totalement complémentaire à la liaison piétonne qui sera aménagée par la Ville de Liège. 

Ces lieux seront accessibles en journée non seulement aux usagers du centre d’entreprises mais aussi à tous les habitants du quartier et de façon plus large, aux visiteurs et passants désireux de découvrir un petit coin de calme et de verdure à quelques encablures de la place Saint-Lambert.

Ce projet présenté par l’Echevin Maggy YERNA a séduit le Collège communal qui a décidé ce 29 juin de désigner la société coopérative NOVACITIS lauréate de l’appel à intérêt pour la vente des bâtiments communaux rue de l’Académie n°53.

Le Collège propose dès lors au Conseil communal de vendre le site à cette société, ce qui devrait permettre à ces bâtiments de retrouver une seconde vie et surtout de développer de l’emploi au cœur de Liège et du quartier Sainte-Marguerite en plein renouveau.

Academie53

Academie53NOVACITISLaRuche


Horaire et accessibilité des Mairies de Quartier durant la période des congés scolaires (Vacances d’été)

L’Échevin de l’État civil, des Mairies de Quartier et des Cimetières, Julie FERNANDEZ FERNANDEZ, a informé le Collège communal de l’organisation des services en mairies de quartier durant la période des congés scolaires. 
Du  lundi 02 juillet au vendredi 31 août 2018 inclus, 6 Mairies de quartier seront accessibles au public, selon l'horaire habituel de 8h30 à 12h30* et 13h30 à 16h*,  en ce compris l'ouverture tardive journalière de chacune d'elles.

Il s’agit des Mairies de Quartier de :

  • Guillemins, rue des Guillemins, n°26 (lundi jusque 18h30*)
  • Rocourt, rue François Lefèbvre, n°66 (mardi jusque 18h30* et samedi de 9h à 12h30*)
  • Wandre, rue de Visé,  n°832  (mercredi jusque 18h30* et samedi de 9h à 12h30*) 
  • Angleur, rue de l'Hôtel de Ville, n°6 (jeudi jusque 18h30* et samedi de 9h à 12h30*)
  • Bois-de-Breux, rue de Herve,  n°451 (vendredi jusque 18h30*)
  • Sainte-Marguerite, rue Saint Séverin, n°46

Les autres mairies (Bressoux, Chênée, Grivegnée, Jupille, Sclessin et Thier-à-Liège) seront, quant à elles, inaccessibles au public.

Durant cette période,  les documents commandés dans une de ces mairies par les citoyens pourront être récupérés dans une autre mairie selon la répartition suivante:

  • MQ Bressoux et MQ Jupille => Mairie de quartier de Wandre 
  • MQ Chênée et MQ Sclessin  => Mairie de quartier d'Angleur 
  • MQ Grivegnée => Mairie de quartier de Bois-de-Breux 
  • MQ Thier-à-Liège => Mairie de quartier de Rocourt

Par ailleurs, il est utile de rappeler que le samedi 21 juillet et le mercredi 15 août 2018, jours fériés, tous les services Population et État civil seront fermés.

De même qu’en cas de fortes chaleurs, l’administration communale pourra se prévaloir de l’application d’un horaire adapté, à savoir une fermeture exceptionnelle les après-midis. Cela s’appliquera dès lors aux services Population-État civil.

Dans ce cas de figure, une communication sera effectuée le plus rapidement possible vers les citoyens.

(* le dernier ticket est délivré un quart d’heure avant la fermeture) 


Evaluation du règlement brocante

Entré en vigueur le 1er avril 2018, le nouveau règlement « Brocante » a suscité quelques questionnements tant des exposants, que des placeurs ou des services de police des 2 manifestations concernées St-Pholien et la Brocante St-Gilles.

Une communication continue a été assurée mais il était souhaitable, pour la bonne exécution des choses, d’effectuer une première réunion de débriefing.

Celle-ci a eu lieu le 13 juin dernier et a conclu à

  • une nette amélioration du volume de déchets ramassés à St-Pholien de 5,38 tonnes (mars 2018) à environ 1,48 tonne (mai 2018) ;
  • des progrès qualitatifs de la brocante de Saint-Pholien ;
  • une acceptation du nouveau règlement de la part des vendeurs même si un certain discernement doit parfois être de mise dans le chef de ceux qui contrôlent et cfe de manière raisonnable (une radio des années 50 est effectivement un appareil électrique mais il répond à l’esprit de la brocante).
  • que pour les Puces de Saint-Gilles, la situation y demeure normale et les problèmes de stationnement ont été solutionnés.

Le groupe de travail multidisciplinaire poursuivra une évaluation régulière des choses.