Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Actions sur le document

Communiqué Collège du 20/09/2019

Le Collège communal de la Ville de Liège s’est réuni ce vendredi 20 septembre 2019 sous la présidence de Monsieur Willy DEMEYER, Bourgmestre.


Situation de l’intercommunale Enodia et de ses filiales 

Le Collège communal réuni ce 20 septembre a évoqué la situation de l’intercommunale Enodia, suite aux informations parues ces derniers jours dans la presse.

Etant donné notamment les informations demandées à Enodia et à ses filiales par M. le Ministre en charge des pouvoirs locaux pour ce vendredi 27 septembre, le Collège communal estime qu’il serait dommageable que le Conseil d’administration d’Enodia prenne une quelconque décision de vente de ses filiales lors de sa séance prévue le 25 septembre.

La Ville de Liège, deuxième actionnaire de l’intercommunale, ne dispose d’aucun représentant au Conseil d’administration. Ceux-ci ont été désignés parmi les membres de l’assemblée générale, eux-mêmes désignés par les formations politiques sur base de la clé D’hondt.

Dès lors, les deux partenaires de la majorité communale demandent à leurs fédérations politiques respectives de réunir leurs représentants au conseil d’administration afin de leur donner mandat de ne prendre aucune décision de vente lors de la réunion prévue le 25 septembre.

De la sorte, des débats pourront se tenir dans les différentes assemblées démocratiques concernées, (parlement wallon, conseil provincial, conseils communaux), en dehors de l’urgence.

En ce qui concerne le conseil communal de Liège, le Collège a été saisi d’une première demande émanant de 5 chefs de groupes (PTB, Vert Ardent, CDH, VEGA, DEFI) visant à convoquer une séance extraordinaire du conseil le mardi 1er octobre (lendemain de la séance classique prévue le lundi 30 septembre).

Afin de respecter le prescrit légal qui impose au Collège de convoquer le Conseil lorsque la demande émane d’un 1/3 des conseillers, il a été demandé aux chefs de groupes de transmettre un document signé par 17 conseillers au moins, ou à tout le moins un écrit (courrier ou mail) de chacun de ces conseillers.  

A ce jour, cette condition essentielle en droit n’a pas été rencontrée. 

Une seconde demande, émanant toujours des 5 mêmes chefs de groupes, a été adressée au collège ce vendredi 20 septembre, visant à convoquer une séance en urgence, le mardi 24 septembre. Cette demande ne respecte toujours pas le prescrit légal, puisqu’elle n’émane pas ni n’est soutenue par 17 conseillers au moins. 

Par ailleurs, l’urgence invoquée en relation avec le conseil d’administration d’Enodia devient sans objet dans la mesure où le Collège communal demande à ce qu’aucune décision ne soit prise par Enodia le 25 septembre.

Le Collège a donc décidé de convoquer de sa propre initiative (puisqu’aucune demande ne lui a été adressée conformément aux exigences du code de la démocratie locale) le conseil communal le mardi 1er octobre, à 18h30, afin de débattre de la situation de l’intercommunale et de ses filiales. 


Restauration de la tour et des deux tourelles de l’Eglise Saint-Jean l’Evangéliste

L’Echevin des Travaux, des bâtiments publics et des espaces publics, Roland LEONARD, a présenté ce jour au Collège l’important dossier de restauration de la tour et des deux tourelles de l’Eglise Saint-Jean l’Evangéliste.

Ces importants travaux de restauration concernent un des édifices religieux les plus anciens de notre Cité. En plein cœur de Liège, la Collégiale Saint-Jean occupe le centre d’un ilot formé par la Place Xavier Neujean, le Boulevard de la Sauvenière et le passage Charles Bury. Dominant les toitures du cloître et de ses annexes, se dresse la tour romane, construite en grès houiller et flanquée au Nord et au Sud de deux tourelles d’escaliers. La flèche octogonale est couverte d’ardoises comme tout l’édifice.

Fondée vers 980-985 par le prince-évêque Notger, l’église fut construite, meublée par lui et desservie par un chapitre de 30 chanoines.
En 1797, le chapitre fut supprimé par la République française à laquelle nous venions d’être annexés.

Aujourd’hui propriété de la Ville de Liège, l’édifice, surtout dans sa partie la plus ancienne, nécessite une profonde restauration. 

Les maçonneries de la tour ont été maintes fois restaurées au cours des siècles et de récents sondages montrent qu’elles sont de bonne qualité. Par contre, le parement s’est fortement dégradé ; il doit être restauré et relié à la masse interne des murs. Les carcans métalliques enserrant les murs, probablement posés au 18ème siècle, seront remplacés par des ancrages disposés dans les maçonneries. Les charpentes seront entretenues et la couverture en ardoises entièrement restaurée. Les maçonneries et planchers intérieurs bénéficieront également d’une attention particulière afin de rendre à ce magnifique édifice sa beauté médiévale rare. 
Un fois restauré, la tour romane de l’église Saint-Jean sera visitable par le public et intégrera un centre d’information campanaire.

Ce projet de restauration est mené par l’Association momentanée liégeoise AA/PHD/TGI.

L’enveloppe globale des travaux est estimée à 3,6 M€ et un subside est sollicité auprès de l’Agence Wallonne du Patrimoine (AWAP).

La première phase, qui sera engagée cette année, concerne les toitures et la maçonnerie. Elle est estimée à 1,9 M€. Les travaux devraient débuter dans le courant de l’année 2020.

Avec les restaurations de l’ancienne église Saint-André et de la collégiale Sainte-Croix, la renaissance de ce joyau médiéval atteste encore de la volonté du Collège communal de préserver notre patrimoine et d’en faire un atout culturel et touristique de notre Cité.

© Association momentanée AA/PHD/TGI

Charte Communale de l’Inclusion de la Personne en situation de Handicap

Madame Julie Fernandez Fernandez, Echevin des Solidarités, de la Cohésion Sociale et des Droits des Personnes, a fait au Collège une communication relative au renouvellement par le Collège de la Charte Communale de l’Inclusion de la Personne en situation de Handicap.

La Charte est organisée par l’Association socialiste de la Personne Handicapée et est proposée à l’ensemble des communes après l’installation des Collèges et Conseils à l’occasion de chaque nouvelle législature.

Le Conseil communal de la Ville de Liège a déjà souscrit deux fois la charte, en 2007 et 2013 pour les deux législatures précédentes.

Concrètement, l’Association en charge du projet demande deux évaluations de l’ensemble des politiques menées en matière de personnes en situation de handicap et offre à mi-mandat la possibilité aux communes d’être candidates au Label Handycity remis en fin de législature. La Ville a déjà obtenu le Label lors des deux législatures précédentes, en 2012 et en 2018.

La nouvelle charte comporte cinq points forts qui sont : 
1.    La fonction consultative, la sensibilisation ;
2.    L’accueil de la petite enfance, l’intégration scolaire et parascolaire ;
3.    L’emploi ;
4.    L’accessibilité plurielle ;
5.    L’inclusion dans les loisirs.

La Ville de Liège remplis déjà une grande partie de ces objectifs. Pour ces raisons, Julie Fernandez Fernandez a proposé que le Collège renouvelle la participation à la Charte Communale de l’Inclusion de la Personne en situation de Handicap.
Depuis 2012, 12 mairies de quartier sur 13 sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, les bornes de tickets et d’information sont équipées d’autocollant en braille, 6 mairies de quartier sont équipées du système « Relais Signe » et les bureaux de vote sont rendus entièrement accessibles. 

La Ville de Liège est aussi une référence en matière d’emploi. 180 personnes, soit 6,2% du personnel sont des personnes en situation de handicap, ce qui est bien au-dessus de la moyenne.


Le philosophe Raphaël Glucksmann est le lauréat 2019 du prix littéraire Paris-Liège

Le prix littéraire Paris-Liège a été remis ce vendredi 20 septembre à l’Hôtel de ville au philosophe français Raphaël Glucksmann pour son essai Les Enfants du vide (éditions Allary). 

Présent à Liège pour l’occasion, Raphaël Glucksmann a reçu cette distinction des mains de M. Jean Pierre Hupkens, Echevin de la Culture, du Tourisme et de l’Interculturalité, en présence des membres du jury franco-liégeois.

Le Prix littéraire Paris-Liège clôture sa huitième édition. Doté de 10.000,00 EUR (dix mille euros) offerts par la Ville de Liège, il récompense annuellement le meilleur essai original portant sur les sciences humaines, écrit en langue française et publié au cours de l’année qui précède celle de la remise du prix 

Il alimente le cadre de relation entre les villes de Paris et de Liège. Pour ce faire, les deux villes s’appuient sur l’Université de Liège et l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège. Ce prix récompense annuellement un essai original en sciences humaines, écrit en langue française et publié au cours de l’année précédant immédiatement celle de la remise du prix. Le jury placé, cette année, sous la présidence de Monsieur Jean Winand, a statué sur le choix du lauréat au terme de deux délibérations (l’une à Paris, l’autre à Liège). 

Les liens qui unissent Liège et Paris sont anciens et témoignent d’une réelle volonté partagée de favoriser la diversité culturelle et l’ouverture au monde. Ce Prix contribue au renforcement de l’amitié entre nos deux villes et à la mise en place d’actions concrètes de coopération. La Francophonie peut se réjouir de l’organisation annuelle de ce prix qui met en lumière des auteurs qui nous aident à mieux appréhender les complexités d’un monde en pleine mutation. 
 


Signalisation dynamique des parkings

Monsieur Gilles Foret, Échevin en charge de la Transition écologique, de la Mobilité, de la Propreté et du Numérique, a présenté le nouveau système de signalisation dynamique des parkings. 

Ce système agrège les données envoyées en temps réel par les gestionnaires de parkings pour les exposer le long des voiries sur les panneaux, soit de manière groupée par circuit, soit de manière individuelle pour chacun des parkings. Des écrans sont également disposés aux entrées de ville pour donner une première information sur les places disponibles et pour diffuser des messages relatifs à la mobilité. 

Le dispositif est présenté de manière plus précise ci-dessous.

OBJECTIFS

Faciliter la recherche d’un emplacement de stationnement afin de diminuer le trafic en ville, une mobilité plus fluide étant bien entendu une préoccupation partagée par tous. Ce dispositif sera notamment très utile dans le cadre du chantier du tram et il sera d'ailleurs adapté en fonction du plan de circulation lié au tram.

Augmenter la qualité de vie pour les citoyens et les utilisateurs du centre-ville, via des solutions intelligentes, novatrices et évolutives.

Communiquer sur les conditions de circulation (fluidité, congestion, accident, chantier, pic de pollution, …).

LA VILLE INTELLIGENTE AU SERVICE DU CITOYEN

La Ville de Liège développe des solutions pour tendre vers la "Smart City". En terme de mobilité, cette solution de signalisation dynamique des parkings s'ajoute à Shop and Drive (l'occupation en temps réel des emplacements sont disponibles sur www.liege.be et sur la plate-forme open data de la Ville) et au partenariat avec Waze.

Ce système de signalisation dynamique agrège les données envoyées en temps réel par les gestionnaires de parkings pour les exposer sur les panneaux, soit de manière groupée par circuit (voir ci-dessous), soit de manière individuelle pour chacun des parkings.

PARKINGS VISÉS

Les parkings concernés par une signalisation dynamique sont des parkings payants en ouvrage (souterrain ou en hauteur), gérés par des exploitants privés, ayant une vocation principale de stationnement rotatif.

Les parkings précaires ou temporaires qui sont voués à disparaître pour d’autres fonctions urbaines et les parkings
gratuits des centres commerciaux ne sont pas concernés

15 PARKINGS CONCERNÉS (8.012 PLACES)

SAINT-DENIS - 820 places
SAINT-LAMBERT - 500 places
MAGNETTE - 487 places
CATHÉDRALE - 468 places
SAINT-PAUL  -450 places
CITÉ - 367 places
NEUJEAN - 350 places
OPÉRA - 240 places
SAINT-GEORGES - 195 places
ANNEAU D’OR - 190 places
CENTRAL PARK - 120 places
KENNEDY - 75 places
MÉDIACITÉ - 2.200 places
SNCB GARE - 850 places
SNCB PLAN INCLINÉ - 700 places

STRATÉGIE GÉNÉRALE DU JALONNEMENT

Plusieurs niveaux d’information sont proposés grâce à la signalisation dynamique des parkings.

NIVEAU 1 :

AUX PRINCIPALES ENTRÉES DE LA VILLE

Huit écrans informent du nombre total de places de stationnement disponibles par circuit, sans distinction individuelle des parkings.

Chaque panneau permettra également de délivrer en plus un message variable (accident, travaux, pics de pollution, temps de parcours, …).

Ces huit écrans permettent d'informer 130.000 automobilistes qui entrent à Liège.

 

NIVEAU 2 :

EN BORDURE DU CENTRE-VILLE

En arrivée ou bordure du centre-ville, 37 panneaux d’orientation informent du nombre de places disponibles dans les différentes directions. Trois de ces panneaux n’ont pu encore être installés au vu des travaux en cours sur la chaussée (3, 28, 29 sur la carte ci-dessous) et le panneau 37 n’est pas encore raccordé.

Ces panneaux se présentent sous la forme de caissons permettant d’indiquer une flèche d’orientation (droite, gauche, tout
droit ou rebroussement), du texte (libre, complet, fermé) ou le nombre de places disponibles pour le rotatif (hors abonnés).
Ces caissons sont colorés, en fonction du circuit desservi, ou blancs nominatifs au parking concerné.

Les caissons blancs sont à charge des exploitants des parkings.

4 CIRCUITS SONT IDENTIFIÉS ET REGROUPENT CHACUN UN OU PLUSIEURS PARKINGS :

  • Médiacité (bleu)
  • Coeur historique (orange) : Cité, Saint-Georges, Saint-Denis
  • Centre-ville (red rubine) : Saint-Paul, Cathédrale, Magnette, Anneau d’Or, Neujean,
  • Central Park, Opéra, Kennedy, Saint-Lambert
  • Liège-Guillemins (vert) : SNCB Gare, SNCB Plan Incliné

L’objectif est d’orienter l’automobiliste dans les directions adéquates pour rejoindre les parkings les plus proches présentant de la disponibilité.

La signalisation reprend d’abord le nombre de places disponibles dans le secteur, puis l’information individuelle des parkings concernés par un accès proche.