Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Table des matières
Actions sur le document

Communiqué Collège du 22/02/2019

Le Collège communal de la Ville de Liège s’est réuni ce vendredi 22 février 2019 sous la présidence de Monsieur Willy DEMEYER, Bourgmestre.


Liège, piétonne et cyclable : planning et objectifs chiffrés

Suite à l’accident survenu ce mardi 19 février, le Collège a fait le point sur les aménagements destinés à favoriser les modes actifs à Liège.

Les circonstances exactes du drame ne sont pas encore établies, il semble toutefois, que la vitesse ne soit pas en cause.

Si le Collège n’a pas à se prononcer sur les circonstances de l’accident, il a néanmoins souhaité prendre le temps d’analyser l’environnement dans lequel celui-ci s’est produit.

Le carrefour du Pont de Fétinne constitue, sur des voiries régionales, un point d’articulation important pour les diverses formes de mobilité : voitures, camions, vélos et piétons.

Pour ce qui concerne plus spécifiquement les vélos, ce carrefour est situé aux croisements de nombreux itinéraires cyclables qu’ils viennent du parc de la Boverie, du ravel de l’Ourthe ou celui qui va vers Chaudfontaine.

La Ville, pour ce qui la concerne, a réalisé des marquages vélo et placé la signalisation routière, dès la sortie du carrefour, sur les Avenues Mahiels et du Luxembourg.

Malgré ces aménagements cyclables et une signalisation par feux, cet endroit reste manifestement un lieu dangereux pour les modes actifs.

Dans la mesure où le SPW a annoncé sa volonté d’effectuer des travaux sur le Pont de Fétinne, le Collège communal liégeois demande aux autorités régionales de réaliser, dans les meilleurs délais, l’aménagement du carrefour pour faciliter l’usage des modes actifs à cet endroit.

Le Collège souhaite également solliciter la collaboration du SPW pour envisager un réaménagement urbain du Quai des Ardennes afin d’y diminuer la vitesse des véhicules.

Enfin, le Collège rappelle sa volonté d’intégrer l’ensemble des acteurs et associations concernés par les aménagements de voirie destinés aux modes actifs.

***
Le Collège tient également à rappeler que, depuis 2011 et le lancement du plan « Ville cyclable », la Ville de Liège a réalisé de nombreuses actions visant à enclencher une dynamique cyclable qui se traduit par de nombreux constats positifs : 

  • 74 kilomètres d’aménagements cyclables réalisés
  • Nombre de cyclistes multipliés par 4 en 10 ans
  • 5,4% des liégeois utilisent ponctuellement le vélo
  • 15.000 visiteurs annuels au Pont Vélo, le plus fréquenté de Wallonie – Bruxelles
  • 3.700 contrats de locations de vélocités

Les principaux aménagements 2018-2021 représentent un budget 2,5 millions € (hors Tram) et concernent les aménagements suivants :

  • Corridor XX Aout (180.000€) - réalisé
  • Dédoublement RAVeL par la rue du Parc (410.000€) - en cours
  • Passerelle Vivegnis - Corridor vers Herstal (1.035.000€) - réalisé
  • Impasse Macors - Corridor vers Herstal (180.000€) - en cours
  • Rue des Sarts - Corridor vers Ravel 38 (170.000€) - 2019
  • Parc Oasis - Corridor vers Ravel 38 (180.000€) - 2019
  • Pont Kennedy – Pont du Longdoz (200.000€ - 2019
  • Tram - 2019-2021 incluant notamment Esplanade des Guillemins, Blonden, site actuel des bus qui deviendra un corridor vélo, piétonisation du cœur historique, quai Saint-Léonard, quai Coronmeuse, avenue de Lille, rue Rassenfosse,…

Le Collège est particulièrement attentif aux nouveaux objectifs ou remarques formulés par les cyclistes et qui concernent : 

  • la discontinuité de certains itinéraires créés
  • le manque de sécurité pour les cyclistes non aguerris (famille avec enfants)
  • la mixité avec les voitures ou les piétons qui engendre des conflits
  • le manque de lisibilité de certains itinéraires
  • Dans le cadre des aménagements liés au tram, l’intégration des cyclistes a été étudiée sur l’ensemble de l’itinéraire et a fait l’objet de propositions concrètes (en tenant compte des contraintes liés au tram). 

Enfin, le Collège rappelle que lors de chaque nouveau dossier, les aménagements cyclables sont analysés et intégrés dès l’élaboration du projet.


L’espace vert convivial de l’avenue Albert 1er à Grivegnée : un projet participatif concrétisé !

La mise en place par la Ville de Liège d’une politique participative, une réalité.

Avec la passation d’un marché de travaux en vue de l’aménagement d’un espace vert, avenue Albert 1er, dans le bas de Grivegnée, que l’Echevin des Travaux, Roland LEONARD présentera au Conseil communal de ce 25 février, c’est à l’aboutissement d’un projet participatif auquel on assiste dans le quartier.

Ce projet s’inscrit dans le prolongement et en conformité avec les résultats issus de la grande consultation populaire que fut «Réinventons Liège» durant l’année 2017. En effet, parmi les 983 projets déposés par les répondants, 290 traduisaient le souhait d’aménager et d’embellir les quartiers, 155 appelaient à une Ville plus participative et collaborative et 110 concernaient le développement et la préservation d’espaces verts.

Ces résultats ont nourri l’actualisation du Projet de Ville répercuté encore par la récente Déclaration de politique communale. Il s’agit, entre autres, de faire en sorte que, progressivement, chaque Liégeois trouve à maximum 10 minutes de chez lui ou de son lieu d’activité un parc ou un espace vert de qualité.

Cet objectif se concilie parfaitement avec la volonté de mettre en place le processus voulu de participation citoyenne. Ce processus consiste à la mise à disposition d’un «budget participatif», sur base duquel des projets peuvent être élaborés en concertation participative avec la population locale.

Le parc de l’avenue Albert 1er, une illustration parfaite de désirs citoyens concrétisés.
Densément habité, le quartier de Grivegnée-Bas est également doté de nombreux services publics.  Il dispose ainsi d’une mairie de quartier, d’une bibliothèque, d’un Service de proximité, d’une consultation ONE, d’un Club de pensionnés et de la présence du Centre culturel Arabe en Pays de Liège. Tous ces services sont concentrés dans un complexe communal, situé rue Belvaux.

L’arrière du complexe donne sur l’avenue Albert 1er et est, très opportunément, doté d’un terrain de 1800 m², actuellement inexploité. C’est au sujet de la valorisation de ce bel espace que fut organisée, en juin dernier, une réunion de concertation participative où les riverains et forces vives locales ont rencontré les représentants des Services de Proximité, des Travaux et de l’Environnement. A l’issue d’échanges ouverts et constructifs est ressortie clairement la volonté des riverains de disposer d’un aménagement d’espace public verdurisé, multigénérationnel et propice tant à la détente qu’à la convivialité. 

Le projet du «Parc de l’avenue Albert 1er» tend à répondre à ses souhaits. Le mur de béton qui ceint actuellement l’espace sera remplacé par une clôture végétalisée offrant à la vue, comme une invitation, ce nouvel aménagement auquel tous auront accès. Depuis l’avenue Albert 1er, les deux cheminements qui mènent aux pôles d’attraction des services publics seront réaménagés afin de permettre des connexions directes avec ceux-ci. Les espaces libres seront garnis de pelouse, de massifs de végétations basses et agrémentés par la plantation de 12 arbres. 

Ceux-ci seront de 3 essences différentes afin de souligner les volumes et d’amplifier la diversité paysagère. Les essences prévues se répartissent ainsi: 5 «Betula Pendosa» ou bouleaux verruqueux (un arbre au tronc élancé, haut de près de 25 mètres, planté isolément ou en bosquet), 4 «Parrotia Persica» encore appelés «Arbre de fer» (Une espèce caractérisée par la dureté de son bois, sa taille moyenne d’environ 10 mètres et son port très étalé, plus large que haut, et par un branchage coloré) et enfin de 3 «Amelanchier lamarckii» un arbuste plus petit (9 mètres au maximum), aux feuilles larges, producteur au printemps de magnifiques grappes de fleurs blanches. 

Des fruits comestibles de l’amelanchier, baies rouges ou violacées, on peut même faire de la confiture!… Avec ces plantations, volumes, couleurs, luminosité et diversité sont donc clairement au programme de l’aménagement. 
On y prévoit également la réalisation d’une aire de pétanque et la création d’une aire de jeux avec balançoires, jeux d’équilibre et poutre rotative. Bien sûr l’implantation d’un mobilier urbain de qualité est prévue. Il est constitué de bancs, de poubelles mais, également, de range-vélos.

Le projet citoyen et participatif du Parc de l’avenue Albert 1er se finalise aujourd’hui avec la passation au Conseil communal par l’Echevin des Travaux du marché qui assurera sa concrétisation. Ce marché représente un budget global de 300.000 € pour lequel le subside du PGV (Plan des Grandes Villes) est sollicité. 

Cliquez ICI pour visualiser le plan synthétique du projet (source: Ville de Liège)

Informations

Echevinat des Travaux, des bâtiments et des espaces publics : ZnJlZGVyaWMuamFjcXVlbWluQGxpZWdlLmJl


« Hip Hop Philosophy » - Les visages du hip-hop belge

M. Jean-Pierre HUPKENS, Echevin de la Culture, a fait au Collège une déclaration relative à l’exposition «Hip Hop Philosophy».

Le soutien aux expressions urbaines contemporaines est au cœur de la politique culturelle de la Ville de Liège. Une attention particulière est accordée à ces expressions qui prennent racine dans les quartiers. Le hip-hop en est un bel exemple.

C’est dans cette dynamique que s’inscrit l’exposition «Hip Hop Philosophy» du photographe Gilles Fischer qui aura lieu au Grand Curtius du 2 au 17 mars 2019.

Né à Verviers au début des années 80, Gilles Fischer se passionne par la culture hip-hop. Il s’est même essayé durant son adolescence au dj’ing et au beatmaking. L’image s’impose à lui plus tard lors de voyages. Il commence alors la photographie et trouve rapidement ses sujets de prédilection : la street photography, la musique et le portrait. 

À l’âge de 30 ans, il décide de démarrer un vrai projet photographique qui fusionne ses passions, d’où la naissance de l’exposition «Hip Hop Philosophy».

Le public pourra y découvrir une série de portraits en noir et blanc des activistes du mouvement hip-hop. Des DJ’s aux rappeurs en passant par les danseurs et les graffeurs, mais sans oublier les satellites de cette culture, notamment, les animateurs radio ou encore les promoteurs.

Le choix du musée comme lieu de cette exposition inédite n’est pas anodin ; le but étant de placer la culture hip-hop dans un lieu de diffusion grand public pour en assurer une meilleure visibilité et reconnaissance.

À l’instar de l’exposition, le vernissage, qui aura lieu le samedi 2 mars 2019 à 16h30, sera également inédit. Le rappeur Kriza présentera une performance exclusive. Il sera accompagné du DJ Sonar, de la danseuse Mavinga et d’un graffeur.

En effet, le photographe a tenu à rassembler les quatre disciplines du hip-hop ce jour-là, à savoir : le rap, la danse, le dj’ing et le graf’, afin de faire de ce vernissage un véritable événement fédérateur. 

Informations

Grand Curtius - Feronstrée, 136 – 4000 Liège