Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Table des matières
Actions sur le document

Communiqué Collège du 05/06/2020

Le Collège communal s’est réuni ce vendredi 5 juin sous la présidence du Bourgmestre Willy Demeyer.

Si les mesures apparentées à la gestion de la crise sanitaire occupent toujours une part importante de l’action du Collège, les dossiers liés à la gestion courante sont en progression constante et marquent le retour à une activité « normale » de l’action de la Ville.

Mesures apparentées Covid-19

 


 

Reprise de l’Horeca ce lundi 8 juin

Extension des terrasses

Comme annoncé, le Bourgmestre a constitué rapidement une équipe d’agent.e.s chargés d’examiner avec le secteur Horeca la meilleure manière de procéder à des extensions ou créations de terrasse sur l’espace public tout en tenant compte de la mobilité et des accès de sécurité.

A ce jour, 115 exploitants Horeca ont introduit une demande qui sera traitée pour la réouverture du 8 juin ou dans le courant de la semaine prochaine suivant les reprises. C’est donc une procédure très souple et efficace qui a été mise en œuvre.

Distribution de kit « sanitaire »

Soucieux de soutenir ce secteur particulièrement impacté, à l’initiative du Bourgmestre et de l’Echevin en charge du Commerce, Elisabeth Fraipont, le Collège a décidé de procéder à une distribution d’un kit de matériel de sanitaire aux tenancier·e·s d'un ou plusieurs établissements Horeca sur le territoire communal.

La distribution se déroulera ce samedi 6 juin de 13h à 17h au Hall omnisports de la Constitution ((boulevard de la Constitution, 82 - 4020 Liège). Chaque kit est composé de : 2 flacons de gel hydroalcoolique, 1 spray désinfectant, 10 masques en tissu et 50 masques chirurgicaux.

Les gérant·e·s n'ayant pas la possibilité de se déplacer pourront se faire représenter par une personne de confiance.

Les cafés du Carré ne réouvriront pas le 8 juin

Sur base de la rencontre que le Bourgmestre a eu ce jeudi avec le Président de l’Asbl « Horecarré », le Collège a acté la position commune des exploitants de bars du Carré de ne pas réouvrir avant le 22 juin.

Le Collège salue cette position responsable et remercie les exploitants aux côtés desquels il continuera à évaluer la situation et les conditions dans lesquelles une reprise des activités pourrait avoir lieu


 

La Batte

Sur proposition de l’Echevin en charge du Commerce, Elisabeth Fraipont, le marché de la Batte se poursuivra une heure de plus, de 8 à 14h, et les échoppes seront désormais diversifiées. Des toilettes seront également installées dans le périmètre.

Le Collège, à travers le Bourgmestre et l’Echevin du Commerce, continue à solliciter l’extension du nombre d’échoppes à 100.


 

Task Force « Mobilité » premières mesures

Le Collège a validé les premières ordonnances de Police nécessaires à la création de rues cyclables et à des mesures relatives à la circulation et à la signalisation routière.

Deux mesures destinées à sécuriser et donc à encourager les déplacements à vélo

Comme constaté un peu partout dans le monde, la reprise des activités socio-économique liée au début du déconfinement a vu le nombre de cyclistes accroître fortement dans les grandes villes, les usagers préférant éviter le réseau de transports en commun qui a par ailleurs vu sa capacité diminuée.

La Ville de Liège s’est résolument engagée dans cette dynamique en réunissant, au sein d’une Task Force, l’ensemble des acteurs liés aux infrastructures et à la pratique du vélo. Lors de la 1ère réunion de cette TF, le 22 mai dernier, différentes mesures en faveur des modes doux ont été identifiées.

Deux semaines plus tard, sur décision du Collège les premières mesures deviennent effectives :

1. La mise en statut « rue cyclable » de 28 voiries :

La particularité principale des rues cyclables réside dans le fait que le comportement des véhicules motorisés est subordonné à celui des cyclistes. Le cycliste peut donc occuper pleinement l’espace de la voirie et ne doit plus se décaler sur le côté. Ce statut impliquer deux changements principaux :

  • Le dépassement des cyclistes par les véhicules motorisés est interdit
  • La vitesse de tous les véhicules est fixée à 30 km/h

L’objectif est d’apaiser la mobilité entre les usagers et de sécuriser au maximum les déplacements à vélo, notamment pour les cyclistes néophytes qui vont découvrir les déplacements en centre-ville.

Rues cyclables : 

Ce statut est matérialisé par le placement de signaux F111 et F113 pourtant la mention "rue cyclable" :

  • quai Sainte-Barbe,
  • quai des Tanneurs,
  • quai de Gaulle,
  • quai Marcellis, tronçon compris entre le quai Churchill et la rue des Fories,
  • rue Saint-Gilles, tronçon compris entre le boulevard d'Avroy/Sauvenière et la rue Louvrex,
  • rue Hors-Château,
  • rue Puits-en-Sock,
  • rue des Vennes, tronçon compris entre la rue Natalis et le boulevard Emile de Laveleye,
  • rue de Fragnée,
  • rue de Fétinne,
  • rue Sainte-Marguerite,
  • rue Saint-Séverin,
  • rue Léon Mignon,
  • rue de la Régence,
  • rue de l'Université,
  • rue Saint-Léonard, tronçon compris entre la place des Déportés et la rue Laport,
  • rue Lamarck,
  • rue Bonne Nouvelle,
  • Jonruelle,
  • rue Mathieu Laensbergh,
  • rue Vivegnis,
  • impasse Macors,
  • rue des Vignes,
  • rue du Biez,
  • rue Joseph Marcotty,
  • rue des Aguesses,
  • rue Henri Dunant,
  • rue du Vallon.

2. Le placement de panneaux de signalisation B22 et B23 à 34 carrefours :

Ces panneaux, placés sur les feux de signalisation, permettent aux cyclistes de franchir un feu

rouge soit pour effectuer une manœuvre de tourne à droite (signalisation B22), soit pour poursuivre un mouvement tout droit (B23).

L’objectif de ces mesures est ici aussi de faciliter la circulation des cyclistes et donc d’encourager ce mode de déplacement. Ces panneaux évitent aux cyclistes des arrêts pénalisants et donc une perte de temps.

Les évaluations menées dans les pays où ces dispositions existent déjà montrent que :

  • L’autorisation accordée aux cyclistes de tourner à droite au feu rouge n’engendre pas d’accidents supplémentaires
  • Les cyclistes restent sur la chaussée et ne coupent plus par le trottoir pour éviter le feu
  • Il n’y a pas d’incidence négative sur le respect, par les cyclistes, du feu pour les autres mouvements ou aux autres carrefours

Sur le territoire de la Ville de Liège, les cyclistes sont autorisés à franchir le feu tricolore lorsque celui-ci est
soit au rouge, soit à l'orange, à condition qu'ils cèdent le passage aux autres usagers de la route circulant
sur la voie publique, aux endroits spécifiés ci-après pour tourner à droite :

  • boulevard de la Sauvenière vers rue Lonhienne (Feu n° C0009b),
  • boulevard de la Sauvenière vers Place Xavier Neujean (Feu n° 0008),
  • rue des Guillemins vers rue Dartois (Feu n° C012),
  • rue Defrance vers rue Saint-Gilles (haut) (Feu C017),
  • rue Defrance vers rue Saint-Gilles (bas) (Feu C017),
  • rue Henri Baron vers rue Sainte-Marguerite (vers Centre) (Feu n° C019a),
  • rue Emile Gérard vers rue de Hesbaye (vers Centre) (Feu n° C019b),
  • rue Lacroix vers rue de Hesbaye (vers Ans) (Feu n° C019b),
  • place du Vingt Août vers rue des Croisiers (Feu n° C103),
  • rue Winston Churchill vers rue Trou Louette (Feu n° C157),
  • rue Fernand Heuveneers vers rue Winston Churchill (direction du Longdoz) (Feu n°C001b),
  • rue Winston Churchill vers Pont du Bouhay (Feu n° C001a),
  • rue Basse Wez vers rue des Champs (C028),
  • rue Basse Wez vers rue des Prébendiers (C028),
  • rue Basse Wez vers rue Saint-Remacle (Feu n° C044),
  • rue Sopers vers rue Bonne Femme (Feu n° C030),
  • rue Bonne Femme vers rue Sopers (Feu n° C030),
  • avenue Francisco Ferrer vers rue Bonne Femme (Feu n° C030),
  • rue Bonne Femme vers rue Francisco Ferrer (Feu n° C030),
  • rue Grétry vers rue Natalis ( Feu n° C027a),
  • rue Grétry vers rue Lairesse (Feu n° C027a),
  • rue Jean d’Outremeuse vers rue Puits-en-Sock (vers quai de la Dérivation) (Feu n° C025),
  • rue Jean d’Outremeuse vers rue Puits-en-Sock (vers rue Henri de Dinant) (Feu n° C025),
  • rue Saint-Pholien vers le boulevard de l’Est (Feu C029),
  • boulevard de la Constitution vers la rue Saint Pholien (Feu n° C029),
  • rue Adolphe Maréchal vers quai Godefroid Kurth,
  • quai Sainte-Barbe vers rue Adolphe Maréchal,
  • pont Saint-Léonard vers quai Sainte-Barbe,
  • chaussée de Tongres vers rue du Village (Feu n° C045),
  • rue de Visé vers rue de Meuse (Feu n° C159),
  • rue de Visé vers avenue Joseph Prévers (Feu n° C158),
  • rue de la Mutualité vers rue Nicolas Spiroux (Feu C043),
  • rue Jules Cralle vers rue Malvaux (Feu C043),
  • place Xavier Neujean vers boulevard de la Sauvenière (vers Opéra) (Feu C008).

La mesure est matérialisée par des signaux B22

Des mesures cohérentes avec la stratégie cyclable de la Ville de Liège

Ces mesures prises très rapidement suite à la 1ère réunion de la TF figuraient déjà dans les cartons de la Ville de Liège. En effet, la volonté des autorités communales de transformer un nombre important de voiries en « rues cyclables » et celle d’augmenter fortement le nombre de panneaux B22 / B23 sur le territoire figurent parmi les objectifs déjà identifiés en matière de mobilité (Déclaration de Politique Communale, Programme Stratégique Transversal ou Plan de Ville Liège 2025, etc). Elles sont par ailleurs cohérentes avec les grandes lignes tracées par le Plan Urbain de Mobilité.

Le déconfinement et son impact sur la mobilité (douce) auront donc permis à la Ville de Liège d’accélérer la mise en œuvre de celles-ci, à la grande satisfaction des organisations représentant les cyclistes qui étaient très demandeuses.


 

Maintien des subsides aux secteurs culturel et événementiel – un coup de pouce supplémentaire

Sur proposition de l’Echevin en charge de la Culture, Jean-Pierre Hupkens, le Collège a souhaité affirmer son soutien aux secteurs culturel et événementiel en confirmant l’attribution de tous les subsides 2020.

Cette décision permettra d’aider une série d’opérateurs à affronter une partie des multiples conséquences de la crise sanitaire.

Un coup de pouce supplémentaire est également souhaité par le Collège qui va lancer un appel à projets pour organiser, cet été, avec le secteur culturel liégeois, une série d’animation de l’espace public.

Ces animations se dérouleront en centre-ville pour soutenir le secteur commercial et Horeca, et certaines d’entre elles pourront également avoir lieu dans les quartiers périphériques où de nombreux citoyens passeront leurs vacances.

Des contacts sont en cours avec la Province de Liège qui pourrait renforcer l’appel à projets.


 

Manifestation en hommage à Georges Floyd

Le décès tragique de Georges Floyd à Minneapolis suscite de nombreuses réactions et manifestations.

Les citoyen.ne.s liégeois.e.s sont particulièrement sensibles aux problématiques liées à la discrimination et plusieurs personnes ont fait part au Bourgmestre de leur souhait d’organiser une action sur l’espace public.

La Ville de Liège, qui occupe la vice-présidence des villes européennes contre le racisme, est particulièrement sensible à la cause défendue.

Willy Demeyer a pris contact avec ces différentes personnes pour déterminer quelle action symbolique pourrait être envisagée en regard des mesures fédérales d’interdiction de rassemblement.


 

Gestion courante

 


 

Urbanisme : avis favorable pour 3 dossiers majeurs

Stade du Standard

Stade du Standard

Suite à l’enquête publique, le Collège, sur proposition du Bourgmestre et après rapport de Maggy Yerna, Echevin en charge du Développement économique et territorial et de Christine Defraigne, Echevine de l’Urbanisme, remet un avis favorable conditionnel après consultation des différents services compétents. Dossier qui sera transmis au SPW, autorité compétente pour délivrer le permis.

La demande relève d’un permis dit « intégré » càd qu’il cumule :

  • une autorisation d’exploiter – permis d’environnement
  • une autorisation d’urbanisme
  • une autorisation socio-économique

Le futur stade sera plus contemporain en assurant une meilleure intégration dans son environnement. La demande de permis comprend la rénovation et l’extension du stade, l’aménagement d’une vaste esplanade destinée à l’accueil des supporters, le réaménagement de l’échangeur du pont d’Ougrée et la création de fonctions complémentaires. A savoir un immeuble multifonctionnel de bureaux, des espaces HoReCa, un fitness, une crèche, une zone commerciale et un espace dédié aux loisirs.

Cet agrandissement permettra de passer de 28.700 à 32.000 places.

La nouvelle esplanade favorisera une meilleure circulation aux abords et à l’intérieur du stade. L’accès aux gradins sur l’ensemble de la périphérie sera mieux organisé et permettra également – hormis les matches nationaux – de faire le tour de l’infrastructure et de rejoindre son entrée vers les gradins, quelle que soit la zone par laquelle on a accédé au stade.

Six niveaux d’accueil sont prévus à l’intérieur du stade ; ils seront tous accessibles à partir de l’esplanade. De l’accueil 1 étoile à l’accueil 6 étoiles, en démarrant avec les Tribunes, le PC1, le PC2, les Business Seats, les loges et l’accueil VIP.

Lifting de l’extérieur et de l’intérieur !

Les infrastructures sportives ne sont pas en reste.

La rénovation et l’extension des vestiaires sont prévues ainsi que la création d’un nouveau centre de presse avec auditoire et studio.

Un meilleur éclairage du terrain et même le déplacement de celui-ci pour offrir un meilleur recul à la captation d’images font également partie de la transformation du stade.

L'empreinte du club de football est bien conservée grâce au travail architectural et au maintien d'un bandeau coloré rouge établi sur le pourtour du stade qui rappelle ses couleurs.

Ce grand projet porte sur un enjeu de requalification globale. Il renforce le rôle et l'identité de l'équipement sportif, tout en apportant une nouvelle diversité de fonctions profitable au quartier et contribue à un « effet de pôle », en lien avec le terminus du tram et son P+R.

Le nouveau stade permettra de réaffirmer l’identité footballistique du Standard de Liège, d’un quartier marqué par son passé industriel et par la même occasion de la Cité Ardente.

Ilot « Souverain-Pont - Madeleine »

Projet Ilot Souverain-pont -  Madeleine
© Cabinet d'architecture p.HD

Le Collège a également rendu un avis favorable sur la demande permis de l’Ilot « Souverain-Pont – Madeleine ». Le dossier est maintenant transmis au Fonctionnaire Délégué. La Ville délivrera le permis d’urbanisme sur base de l’avis conforme du Fonctionnaire Délégué.

Après de nombreuses modifications, ce projet va pouvoir sortir de terre pour remplacer les immeubles situés rue Souverain-Pont n°33 à 43, rue de la Madeleine 30 à 36, rue de la Cathédrale 40 et rue Jamin Saint-Roch 3 à 9.

Ce projet s’inscrit au sein du périmètre de rénovation urbaine du quartier « Grand Léopold », reconnu par la Région wallonne le 27 mars 2014.

Il prévoit la construction de 16 logements, ± 3060 m² de bureaux, ± 500 m² de commerces répartis en plusieurs cellules, un parking comprenant 65 places dont 5 pour personnes à mobilité réduite, 8 pour les voitures électriques et des espaces réservés à 72 vélos. Il offre ainsi une belle mixité.

Le nombre de places de parking correspond aux besoins de cette réalisation et n’empêchera pas le développement futur du quartier.

Le résultat final prévoit aussi que les éléments patrimoniaux intéressants tels que des devantures commerciales, des piédroits ou des corniches soient intégrés au projet. D’autres éléments, parce que trop abîmés ou mettant en péril la faisabilité du projet seront démolis. Ils sont cependant limités et remplacés par des nouvelles façades de qualité dont l'architecture reprend les principales caractéristiques du bâti existant, ce qui permet un équilibre entre conservation et réhabilitation.

Ce projet favorisera la réhabilitation de l’îlot laissé depuis trop longtemps à l'abandon. Il participera également à la redynamisation de tout un quartier grâce à son programme ambitieux.

Cité administrative

Le Collège communal, rend un avis favorable après la clôture de l’enquête publique où aucune réclamation n’a été introduite. Le dossier poursuit donc sa route administrative et fera l’objet de l’octroi d’un permis unique par le SPW (Fonctionnaire Délégué et Technique de la Région Wallonne).

Pour rappel, la rénovation de la Cité administrative est réalisable grâce au soutien de l’Union Européenne et de la Wallonie via la programmation FEDER 2014-2020, qui a permis à la Ville de Liège d’obtenir un subside de 21.607.235,60 €.

La nouvelle Cité administrative Zéro carbone, sera le témoin d’une rénovation moderne comprenant un nouveau module et permettra un accueil au public de qualité.

Il s’agit d’une rénovation phare pour le coeur historique.


 

Crèches : augmentation du nombre de places disponibles

Pierre Stassart, Echevin en charge de la Petite enfance a fait une communication relative à la réforme MILAC de l’ONE.

Dans ce cadre, le secteur de la Petite Enfance est invité à envisager l’augmentation ou la diminution de la capacité des milieux d’accueil afin d’atteindre un multiple de 7 (en termes organisationnels : un(e) puériculteur(rice) pour 7 enfants).

En collaboration avec l’ONE, le département de la Petite Enfance de la Ville de Liège a donc étudié la possibilité, pour chaque crèche, d’augmenter la capacité d’accueil.

Le département de la Petite Enfance va déposer deux déclarations d’intentions qui seront envoyées à l’ONE pour approbation dès ce mois-ci.

L’une concerne les crèches d’ores et déjà en service et propose d’y créer 19 nouvelles places (réparties sur 6 crèches : Burenville, Droixhe, Opéra (1), Opéra (2), Outremeuse et Wandre).

L’autre concerne la transformation des 4 Maisons communales d’Accueil de l’Enfance (MCAE) Fragnée, Bilboquet, Brasserie et Accueil d’urgence Franchimontois, en crèches, tout en permettant de créer 4 nouvelles places réparties sur 2 de ces 4 crèches.

23 places supplémentaires seraient ainsi créées au sein des milieux d’accueil de la Petite Enfance de la Ville de Liège. Contact : Quentin Heylen (qheylen@ecl.be) - tel. : 0474 65 09 83