Attention

Le Gouvernement fédéral a pris des mesures pour lutter contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Retrouvez toutes les informations sur www.liege.be/coronavirus

Table des matières
Actions sur le document

Communiqué Collège du 13/05/2020

Recours aux caméras Police (Bodycam) pour la Zone de Police de Liège : 1ère  étape

Le Collège a marqué son accord de principe ce vendredi sur la poursuite du dossier "Bodycam" visant à équiper une partie du personnel de la Zone de Police de Liège.

Conformément aux dispositions de la Loi sur la fonction de Police qui régit l'utilisation des caméras par les services de Police, le Chef de Corps sollicitera lors du prochain Conseil communal l'autorisation, pour les membres du personnel de la Zone qui en seront équipés, de faire usage de caméras "Police" dans le cadre de leurs interventions sur le territoire communal. Il s’agit de caméras mobiles portées le plus souvent sur le gilet pare-balles (bodycam) mais qui peuvent aussi être embarquées à bord d’un véhicule de Police.

Par cette technologie, la Zone de police de Liège vise les objectifs suivants :

  • Améliorer la compréhension du déroulement d'une intervention et rendre compte. Grâce à l’enregistrement, le contexte d’intervention est plus clair et facilite la compréhension des tactiques et techniques mises en œuvre.
  • Augmenter la qualité des constatations (aide à la rédaction). L'enregistrement apporte des éléments factuels qui permettent d'étayer les constatations des faits et d'en apporter les preuves.
  • Réduire le risque de rébellions, de confrontations violentes et de plaintes non fondées.
  • Renforcer le professionnalisme des intervenants. Anonymisés, les enregistrements peuvent être utilisés dans le cadre des débriefings opérationnels, des entraînements et des formations.

La Loi prévoit que ces caméras soient visibles, c’est-à-dire soient montées à bord de véhicules de Police identifiables, et soient utilisées par un policier identifiable (uniforme, brassard, carte de légitimation) avec un usage accompagné d'un avertissement oral.

Il s’agit ici de la 1ère étape du processus de validation, d’autres étapes restent à venir : concertations syndicales sur la directive d’utilisation et appels d’offres. 

Laurence COMMINETTE
Responsable de la Communication
Cabinet du Bourgmestre
Willy Demeyer
04/221.81.32