Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Table des matières
Actions sur le document

Communiqué Collège du 23/10/2020

Le Collège communal de la Ville de Liège s’est réuni ce vendredi 23 octobre 2020 sous la présidence de Monsieur Willy DEMEYER, Bourgmestre.

 


Proposition de classement de la passerelle « La Belle Liégeoise »

Le Collège communal, sur une proposition de Madame la Première Echevine Christine Defraigne en charge du Patrimoine, a décidé d’introduire une demande de classement pour la passerelle « La Belle Liégeoise ». Cet édifice participe au projet de développement de l’axe Guillemins Médiacité qui joue un rôle de repère dans le paysage urbain liégeois.

Avec la récente rénovation des quais de Meuse et le futur Tram, ainsi qu’avec la Tour des Finances, la restauration de la Tour Nicolas Schöffer, le musée de La Boverie, l’installation de la Villa consulaire, la présence de l’Union nautique de Liège, c’est toute la morphologie de cette partie de Ville qui s’en trouve transformée et redéployée.

Cette passerelle s’inscrit, non seulement dans un ensemble classé (le parc de la Boverie, classé en 1974), mais aussi dans la continuité de biens modernes et contemporains déjà classés comme :

  • le Pont de Wandre à Herstal (classé en 1993, PATex, soit « Patrimoine exceptionnel ») depuis 2009)
  • l’Esplanade extérieure et la grande verrière du CHU (classés en 2019)
  • le Mémorial interallié de Cointe (classé en 2011)
  • l’Athénée Léonie de Waha (classé en 1999, PATex depuis 2013)
  • les Bains de la Sauvenière, actuels Cité Miroir (classés en 2005)

Autant d’exemples qui témoignent qu’il n’y a pas que des biens très anciens ou les vieilles pierres qui doivent faire l’objet d’un intérêt patrimonial et par conséquent d’un classement. Il y a aussi notre patrimoine plus récent qu’il soit industriel, contemporain comme dans le cas présent.

Pour rappel, l’idée de cette passerelle est née de la réflexion du « Plan Piéton » de 2004 adopté par le Conseil communal. Ce plan a émis une série de recommandations et fixé un plan prioritaire d’aménagements en faveur des déplacements piétons. Le tracé d’une passerelle prend forme dans le Plan de Remembrement urbain (PRU) des Guillemins initié en 2007. Les études de la passerelle s’étendent de 2010 à 2015. Le permis d’urbanisme est délivré le 13 septembre 2012. Sa réalisation s’étale de 2013 à 2015. L’installation des tronçons constituant la passerelle est effectuée du 1er au 3 août 2015.

Pourquoi une demande de classement ? Cette passerelle cyclo-pédestre traduit une véritable prouesse technique sur 7 mètres de large et ses 294 mètres de long et permet une liaison fluide entre la gare des Guillemins (gare Calatrava) et le parc de la Boverie. Plus de 11% de l’ensemble du patrimoine classé de Wallonie est liégeois. Le territoire de la Ville de Liège recèle 443 monuments ou sites classés sur 3.945 biens classés en Wallonie dont 26 classés « Patrimoine exceptionnel » (dit PATex).

Liège recèle encore de nombreux trésors patrimoniaux. Et c’est bien le cas avec la passerelle « La Belle Liégeoise », surnom d’Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt (1762-1817), femme politique liégeoise, personnalité de la Révolution française, une des premières féministes de l’Histoire inspirant peintres, poètes, romanciers, compositeurs dont Eugène Delacroix ou Charles Baudelaire.

 


Journée du Matrimoine en mars 2021 : une première en Wallonie !

Le Matrimoine est constitué de la mémoire des créatrices du passé et de la transmission de leurs œuvres. Le but est de faire découvrir les biens, matériels ou immatériels, ayant une importante artistique ou historique, hérités des femmes. En effet, l’égalité entre femmes et hommes que nous devons défendre quotidiennement trouve aussi sa logique indiscutable dans les arts et la culture.

C’est dans ce souci d’égalité et de mise en avant cet héritage que le Collège a marqué sa volonté d’organiser des Journées du Matrimoine

Au-delà des journées classiques du Patrimoine, ce projet permettra de célébrer l'héritage culturel commun, mixte et égalitaire de notre Patrimoine.

Une première édition verra le jour en mars 2021 (week-end des 6 et 7 mars 2021), en écho à la Journée internationale des Droits des femmes.

La Ville de Liège travaille déjà au programme de cet événement, une première en Wallonie, avec ses services et les forces vives liégeoises.

Liège est riche de nombreuses personnalités féminines qui jalonnent son Histoire, comme par exemple :

  • Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt (1762-1817) : femme politique liégeoise, personnalité de la Révolution française, une des premières féministes de l’Histoire inspirant peintres, poètes, romanciers, compositeurs (Eugène Delacroix, Charles Baudelaire, Auguste De Boeck). La Ville de Liège lui a rendu hommage en baptisant la passerelle cyclo-pédestre de son surnom « La Belle Liégeoise ».
  • Léonie de Waha de Chestret (1836-1926) : fondatrice du Lycée pour jeunes filles, rebaptisé « Lycée de Waha » en 1925, actuel « Athénée Léonie de Waha ».
  • Hortense Montefiore-Bischoffsheim (1843-1901) : philanthrope, habitant le château du Rond-Chêne (Esneux), à la base de nombreuses actions philanthropiques : 1/ création à Esneux d'un asile pour enfants chétifs et convalescents, destiné aux enfants liégeois sans distinction de confession. Les bâtiments ont servi jusqu'en 1975 à l'usage de l'ONE (Office de la Naissance et de l'Enfance) 2/ don de dix fontaines à la Ville de Liège, destinées aux passants, chevaux, chiens, oiseaux connues sous le nom de « fontaines Montefiore ».
  • Berthe Bovy (1887-1977) : comédienne, sociétaire de la Comédie-Française, dirigée par Sarah Bernhardt.
  • Suzanne Leclercq (1901-1994) : paléobotaniste et paléontologue reconnue, professeur à l’Université de Liège, une des premières femmes occupant une position académique.
  • Madeleine Bourdouxhe (1906-1996) : écrivaine, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, secrétaire perpétuelle de « La Libre Académie de Belgique », fréquentant les milieux surréalistes belges, se liant d’amitié avec Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre.
  • Simone David-Constant (1917-2003) : première femme liégeoise à être nommée professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Liège, épouse de Jean Constant avec qui elle partage l’amour des Lettres et de la Culture. A la disparition de Simone David-Constant, le Fonds David-Constant est créé sur base de ses dispositions testamentaires et géré par la Fondation Roi Baudouin.

Cette liste clairement non exhaustive illustre le fait que notre Cité regorge de figures féminines liégeoises trop souvent oubliées, voire injustement ignorées !

Cet événement sera aussi l’occasion de mettre en avant des édifices impressionnants comme l'ancien couvent de la communauté des Ursulines, raconter l'histoire des bénédictines au sein de l'abbaye de la Paix Notre-Dame ou encore d'aborder des questions plus modernes mêlant espace public, genre et urbanisme.