Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Coche verte
Attention

Certains services et programmes de la Ville de Liège sont actuellement inaccessibles suite à une attaque informatique. Veuillez nous en excuser. Plus d'informations.

Table des matières
Actions sur le document

Communiqué Collège du 09/07/2021

Le Collège communal de la Ville de Liège s’est réuni ce vendredi 09 juillet 2021 sous la présidence de Monsieur Willy DEMEYER, Bourgmestre.
 


Liège commémore la mort de Napoléon Ier

2021 est l’année du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier, qui a rendu son dernier souffle le 5 mai 1821 en exil sur l'île britannique de Sainte-Hélène.

Pourquoi commémorer Napoléon à Liège ?

Napoléon Ier est indissociable de Liège. Napoléon Ier y a séjourné à deux reprises : du 1er au 3 août 1803, en compagnie de l’impératrice Joséphine et les 7 et 8 novembre 1811, avec l’autre impératrice, Marie-Louise. Lors de ses deux passages, il a dormi en l’Hôtel de Hayme de Bomal (aujourd’hui intégré au Grand Curtius), alors siège de la préfecture du département de l’Ourthe entre 1793 et 1815.

Madame Christine Defraigne, première Echevine en charge du Patrimoine, et Monsieur Jean Pierre Hupkens, Echevin de la Culture, souhaitent mettre en avant l’empreinte de l’Empereur dans notre Cité ardente.

Il a marqué l’Histoire, notre histoire. De son vivant, Napoléon Ier illustre cette double légende, à la fois dorée et noire. Il doit sa très grande notoriété à son habileté militaire, récompensée par de nombreuses victoires, et à sa trajectoire politique étonnante, mais aussi à son régime despotique et très centralisé ainsi qu'à son ambition, qui se traduit par des guerres meurtrières (au Portugal, en Espagne et en Russie) avec des millions de morts et blessés, militaires et civils pour l'ensemble de l'Europe. Il est considéré comme l'un des plus grands commandants de l'histoire, et ses guerres et campagnes sont étudiées dans les écoles militaires du monde entier.

Napoléon reste une figure fascinante pour son action durant la quinzaine d'années où il a exercé le pouvoir, entre 1799 et 1815. Pour certains, il est l'un des plus grands Hommes d'Etat que la France ait jamais connu. Pour d'autres, il incarne un pouvoir autoritaire, il est quand même, entre autres, celui qui a rétabli l’esclavage et fut le plus grand misogyne.

200 ans après sa mort, Napoléon continue de faire parler de lui et de bousculer les esprits. 

Madame Defraigne souhaite commémorer son histoire, s’en souvenir plutôt que la célébrer. C’est dans ce cadre que Madame la première Echevine et Monsieur l’Echevin de la Culture ont décidé d’organiser un événement pour commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon Ier autour de sujets passionnants, parfois surprenants, peu ou  mal connu, en lien aussi avec les compétences de Madame Defraigne et de Monsieur Hupkens.

Un programme virtuel, créatif, original va être mis à la disposition du public (au sens le plus large, du curieux au spécialiste) grâce à la participation des 7 meilleurs spécialistes français et belges de Napoléon Ier et de l’époque napoléonienne qui aborderont la thématique d'une manière originale.

5 visioconférences

François Houdecek

Chargé pendant 15 ans de l’édition de la correspondance générale de Napoléon au sein de la fondation Napoléon à Paris, François Houdecek est spécialiste des questions militaires et sociales sous l’Empire. Auteur de plusieurs articles sur ces sujets, il collabore avec le musée de l’Armée et le service historique de la Défense.

« De Waterloo à Sainte-Hélène, le général Bertrand et Napoléon par-delà la légende »
Henry Gatien Bertrand fut des mémorialistes de Sainte-Hélène celui qui resta le plus longtemps et qui assista aux derniers instants de Napoléon. Dès 1796, le général Bertrand attacha son destin au futur Empereur et participa à toutes les campagnes glorieuses de l’Empire. Homme d’honneur, marié à une cousine de Joséphine, par reconnaissance et sens du devoir, avec sa famille, il accompagna Napoléon dans les exils d’Elbe puis de Sainte-Hélène. De 1816 à 1821, chaque jour, il nota ses discussions avec Napoléon, et dans une certaine mesure, les faits et gestes de la petite colonie française en exil. Admirable par son sens du devoir, il assista son maître jusque dans les derniers instants. Le 5 mai 1821 à 17h49, il fut le premier à embrasser la main morte de celui qui avait gouverné sa vie pendant 20 ans. Pour tous au XIXe siècle, Napoléon et le grand maréchal Bertrand furent liés dans l’exil. Depuis 1847, ils le sont dans la mort. Au travers des Cahiers de Bertrand, cette conférence retrace la vie de ce personnage hors norme, et ses relations avec Napoléon qu’il accompagna dans la gloire et l’exil.

Philippe Raxhon

Professeur ordinaire à l’ULiège, il y dirige l’unité d’histoire contemporaine. Il est commissaire scientifique de l’exposition « Napoléon, au-delà du mythe » à la gare des Guillemins jusqu’au 09/01/2022.

« Napoléon et nous »
Napoléon et nous, c’est d’abord répondre à une interrogation : pourquoi exerce-t-il encore cette fascination deux siècles après sa mort ? Il y a cette trajectoire individuelle hors-norme, mais aussi la question fondamentale à savoir Napoléon est-il le continuateur ou le fossoyeur de la Révolution française, l’événement berceau de notre modernité ? A partir de là, tous les débats sont possibles, et ils jaillissent encore dans notre actualité, comme ils l’ont fait aux XIXe et XXe siècles.

Napoléon et nous, c’est aussi Napoléon et Liège, cette ville, ce département de l’Ourthe, qui comptèrent dans son parcours et qu’il visita deux fois. Napoléon ne se déplaçait jamais par hasard. Alors pourquoi Liège ? On serait étonné de découvrir à quel point Liège était un enjeu dans la conception impériale de l’Europe napoléonienne. Et que reste-t-il de la mémoire napoléonienne en province de Liège ?

Philippe Raxhon propose cette double entrée qui ouvre la perspective sur l’universel et le local, et aussi, au fond, sur la part d’universalité qui réside chez nous.

David Chanteranne

Journaliste, historien et historien de l’art. Diplômé de l’Université de Paris-Sorbonne, administrateur de l’institut Napoléon, il est rédacteur en chef du magazine « Napoléon 1er - Revue du Souvenir napoléonien » et de plusieurs publications d’histoire. Il est e.a consultant pour France Télévisions et attaché de conservation au musée Napoléon de Brienne-le-Château.

« Les derniers jours de Napoléon à Sainte-Hélène »
Du 15 octobre 1815 au 5 mai 1821, Napoléon a vécu près de cinq années et demie sur l’île de Sainte-Hélène, en plein Atlantique-Sud, et seule la mort l’a arraché à son ultime exil. Cette visioconférence évoquera les derniers épisodes de son existence, en s’appuyant sur les confidences des généraux et domestiques, du gouverneur et des commissaires qui l’ont entouré jusqu’à ce qu’il rende son dernier souffle.

Eric Anceau

Historien de l’Etat et des Pouvoirs, Maître de conférence à Sorbonne Université, Directeur de revues.

« Napoléon Ier, Napoléon III, De Gaulle : trois figures de l’Etat »
Eric Anceau mettra en perspective l’œuvre de Napoléon Ier, premier Empereur en analysant ce qui dans la pensée et dans l’action de deux de ses plus prestigieux successeurs, son neveu Napoléon III, un demi-siècle plus tard, et Charles de Gaulle, à 150 ans de distance, relève de l’héritage, de l’interprétation, voire de l’opposition. Seront passés en revue : la politique, l’économie, le social et le culturel, enfin la géopolitique sans oublier la place de la femme dans le code Napoléon de 1804.

Sophie Denoël

Docteure en Histoire de l’Art de l’ULiège, elle est Directrice de la direction opérationnelle de la zone est de l’Agence wallonne du Patrimoine.

« Influences de Napoléon sur le Patrimoine liégeois »
Le style Empire se développe sous l’impulsion de Napoléon Ier. L’art et le patrimoine deviennent l’expression de sa grandeur et de sa puissance. Un succès qui séduit bien au-delà des frontières françaises.

Sophie Denoël partagera des trésors (mé)connus ou à (re)découvrir. Parmi ceux-ci, la rénovation en cours de la reconstitution de la tente de Napoléon lors de sa campagne d’Egypte au château de Sélys Longchamps à Waremme ou les influences napoléoniennes sur le Patrimoine liégeois.

12 capsules

Thierry Lentz

Historien et écrivain, il est rédacteur en chef de « Napoleonica », spécialiste de l’histoire du Consulat et du Premier Empire. Il est le Directeur de la fondation Napoléon à Paris.

« Jonathan la tortue »
Si Sainte-Hélène est liée à Napoléon, il est un autre occupant qui appartient à la légende de l’île.
Jonathan, né en 1832 aux Seychelles, est une tortue géante, le plus vieil animal terrestre encore vivant. S’il a raté de peu Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène, les circonstances de l’arrivée de Jonathan sur l’île restent un mystère. Jonathan est une véritable institution au point de résider dans la demeure georgienne du Gouverneur de l’île et de recevoir toutes les attentions de la vétérinaire.

Pierre Branda 

Après une carrière dans l’entreprise, Pierre Branda a rejoint la fondation Napoléon en tant que responsable du patrimoine, chargé des finances et de la collection d’objets appartenant à cette institution. Il s’intéresse notamment aux aspects financiers du Consulat et du Premier Empire. Il est l’auteur de nombreux travaux sur l’Empereur, dont la biographie de Joséphine.

« Joséphine, l’alter ego de Napoléon Ier »
Au départ, elle ne s'appelait pas Joséphine de Beauharnais, mais Marie-Joseph-Rose de Tascher de La Pagerie. C'est par la grâce de Napoléon qu'elle prit le nom de Joséphine, puis le titre d'impératrice. Bien plus que de conter ses prouesses et ses trahisons amoureuses, réelles ou supposées, Pierre Branda, fort d'une riche documentation, éloigne la légende noire et fait apparaître la femme de réseaux, d'influence et d'argent, l'hostilité jamais démentie du clan Bonaparte à son égard, son goût pour la nature et les arts, et surtout sa relation complexe et indéfectible avec Napoléon, dont elle accompagna la vertigineuse ascension et ne connut pas la chute ultime.

David Chanteranne

« Napoléon Ier vu par David Chanteranne »
Retrouvez la vision de Napoléon Ier par David Chanteranne, spécialiste reconnu.

« La place de la femme sous Napoléon Ier »
David Chanteranne nous resitue la condition des femmes sous l’ère napoléonienne.

« Les animaux et Napoléon Ier »
Napoléon Ier sans les animaux n’aurait pas pu devenir ce personnage historique que nous connaissons. Retrouvez les explications du comment et pourquoi par David Chanteranne.

« Les cultes sous Napoléon Ier »
Les religions et Napoléon Ier : découvrez comment Napoléon Ier les envisage et les révolutionne à son époque.

« Les finances sous Napoléon Ier »
Napoléon Ier, novateur en matière de trésorerie : retrouvez pourquoi dans cette vidéo.

« Napoléon Ier et ses passages à Liège »
David Chanteranne nous relate les deux venues de Bonaparte, Consul, puis Napoléon Ier, Empereur, à Liège.

« Liège et Napoléon Ier »
David Chanteranne nous donne sa vision de Liège sous le spectre napoléonien.

« Et Napoléon II ? »
David Chanteranne nous parle de Napoléon II, héritier de Napoléon Ier.

Philippe Raxhon

« Napoléon et Liège »
Napoléon Ier et nous, c’est aussi Napoléon et Liège, cette ville, ce département de l’Ourthe, qui comptèrent dans son parcours et qu’il visita deux fois. Napoléon ne se déplaçait jamais par hasard. Alors pourquoi Liège ? On serait étonné de découvrir à quel point Liège était un enjeu dans la conception impériale de l’Europe napoléonienne. Et que reste-t-il de la mémoire napoléonienne en province de Liège ?

Eric Anceau

« Le Code Napoléon de 1804 et la place de la femme »
Le Code Civil des Français dit « Code Napoléon » est le premier code juridique promulgué le 21 mars 1804 par Napoléon Ier. Ce dernier entérine les acquis de la Révolution et consacre l’incapacité juridique de la femme mariée. Il confine la femme dans un état de minorité et légalise l’infériorité féminine.

Liège commémore la mort de Napoléon Ier

 

 


Bulle de répit pour les parents (étudiants)

Madame Julie Fernandez Fernandez, Echevin des Solidarités, de la Cohésion sociale et des Droits des Personnes, a fait une déclaration relative à l’aide aux étudiants parents dans le cadre de la Bulle de Répit.

Le projet Bulle de Répit sera très bientôt une réalité. Dans quelques semaines, les mamans et papas solos souhaitant s’accorder des moments de répit et bénéficier d’un soutien et d’un accompagnement psychologique en auront la possibilité. Les premiers accueils seront organisés du 16 au 31 août.

Il y a plusieurs mois, Julie Fernandez Fernandez, Echevine des Solidarités, de la Cohésion Sociale et des Droits des Personnes a eu l’idée de créer des « bulles de répit » pour les familles monoparentales. La Mado et l’Asbl Animation & Créativité ont travaillé de concert avec le renfort du Centre J et du Département des Services Sociaux et Proximité pour mener ce projet à bien. 
Le local se situe rue de l’Official n°7, à l’Ilot St-Michel. La volonté de l’Echevine était de trouver un lieu dans le centre-ville, accessible à tous. Après quelques travaux, le local est maintenant prêt à accueillir les enfants et leurs parents. 

Les premiers accueils seront organisés du 16 au 31 août pour des enfants de 2 ans et demi à 7 ans. Ils seront pris en charge par les agents jeunesse et interG. Au programme : activités ludiques et créatives. Ces premiers contacts seront l’occasion pour les équipes de rencontrer les familles. 

Julie Fernandez Fernandez est aussi sensibilisée à la problématique de la garde des enfants des parents étudiants. En effet, il n’est pas toujours facile de concilier des périodes d’étude et d’examen avec la garde d’un enfant. L’Echevine a décidé de réserver des places pour ces enfants lors des deux dernières semaines du mois d’août afin de permettre à leurs parents d’aborder une éventuelle seconde session plus sereinement.

En complément de ce nouveau projet, tous les stages organisés par la Ville de Liège seront gratuits cet été. 

Informations pratiques : 

Inscriptions au Centre J (Y2VudHJlakBsaWVnZS5iZQ==04/223.00.00)
9h-16h (possibilité de garderie le matin et/ou le soir sur demande)
Gratuit 
Rue de l’official n°7

Bulle de répit pour les parents