Attention

Retrouvez les mesures en matière de lutte contre le coronavirus en vigueur jusqu'à nouvel ordre sur www.liege.be/coronavirus

Coche verte
Attention

Certains services et programmes de la Ville de Liège sont actuellement inaccessibles suite à une attaque informatique. Veuillez nous en excuser. Plus d'informations.

Vous êtes ici : Accueil / Vivre à Liège / Mobilité / Vélocité / Couloirs vélos

Les couloirs pour vélos

couloirs cyclables

 

Sécuriser l'accès aux zones de centralité et aux pôles d'échanges.

Afin de faire croitre la part modale du vélo, il faut lui donner les moyens de s’imposer comme une évidence dans les déplacements courts intra-agglomération. Rejoindre l’école, le centre sportif ou les commerces doit être aisé à vélo, au sein de chaque commune. Il est donc proposé d’améliorer l’acccessibilité cyclable « locale » :

  • En agissant sur la sécurité des cheminements cyclables autour des lieux de centralité ;
  • En accordant une attention particulière aux pôles d’échanges, dont l’aire d’attraction doit être amplifiée grâce au vélo.

À noter que les leviers principaux ne se trouvent pas uniquement dans les infrastructures lourdes, mais également dans la modération des vitesses des véhicules motorisés et l’amélioration de la qualité des espaces publics (instauration de zones apaisées à 20 ou 30 km/h), et bien sûr le stationnement.

Développer 15 corridors vélos structurants

Une des raisons expliquant l’usage trop limité du vélo en Wallonie est clairement liée à l’insécurité routière, avec de rares cyclistes encore trop souvent «noyés» dans le trafic.

L’expérience des villes qui dépassent 10 % de part modale du vélo montre qu’il est crucial de sécuriser les axes cyclables empruntant des voiries trop encombrées, pour franchir un seuil d’acceptabilité des usagers.

Les actualisations du PUM et du PCM de Liège préconisent ainsi d’aménager 15 corridors à vélos structurants.

Il faut souligner l’eff et multiplicateur d’un tel réseau sécurisé. À l’échelle de l’agglomération, les corridors cyclables permettraient d’aller chercher une part significative des 300.000 habitants qui sont à portée de vélo et plus particulièrement de VAE (à moins de 10 km de Liège).

Sur le territoire de la Ville de Liège, chaque corridor a fait l’objet d’une analyse détaillée identifiant les points durs, en étroite concertation avec les services techniques régionaux et communaux concernés, ainsi que la «Commission vélo», associant les acteurs locaux (notamment la police et les représentants des usagers).

Certains axes demandent un suivi supra-local, notamment ceux représentés sur la carte :

  • La liaison vers Seraing ;
  • La liaison vers Embourg via Chênée ;
  • La liaison vers Ans et Awans ;
  • La liaison vers Juprelle et Tongres ;
  • La liaison vers Oupeye via Herstal ;
  • La liaison vers Visé via Wandre ;
  • La liaison vers Neupré, via le Sart-Tilman.

Afin d’offrir une infrastructure crédible aux usagers, il est opportun de finaliser les tronçons urbains avant de développer les continuités en première et en deuxième couronnes.

Réseau cyclable proposé
Cliquer sur l'image pour agrandir

 

Ces corridors vélos seront aménagés avec les principes suivants :

  • Rentabiliser au mieux les sections de RAVeL existantes ou à réaliser ;
  • Maximiser les sites propres, séparés du trafic motorisé ;
  • Dimensionner la largeur à 2,5 mètres minimum, à élargir à 4, voire 6 mètres en présence de flux piétons importants ;
  • Minimiser les temps d’attente aux carrefours, déniveler les franchissements des grands axes routiers très chargés ;
  • Prévoir un éclairage continu ;
  • Connecter aux itinéraires locaux, aux pôles d’attraits et aux pôles d’échanges.

Le réseau présenté ci-joint est un réseau de principe. Il s’appuye sur les sites propres existants et des itinéraires potentiels pré-identifiés sur le territoire de la Ville de Liège. A ce stade, ce réseau n’a pas fait l’objet d’une étude spécifique, à l’instar des autres modes de déplacements (étude du tram, étude des 14 axes bus structurants,etc.). Une étude de faisabilité doit donc être lancée :

  • A l’échelle de l’arrondissement, impliquant les communes, la Région et les autres acteurs concernés ;
  • Avec pour objectif de dégager des accords des différents acteurs sur un calendrier de mise en oeuvre ;
  • Avec un haut niveau d’ambition dans l’application des principes énumérés ci-dessus.

Ce réseau ne suffira pas à atteindre les objectifs de parts modales, il devra être accompagné d’actions complémentaires dans les zones urbaines denses incluses dans le PUM :

  • La réalisation d’un réseau cyclable au maillage fin faisant la connexion entre les quartiers, les centres-villes, les gares et d’autres points névralgiques (zones commerciales, écoles…). Ce maillage devra être constitué de pistes cyclables marquées ou séparées du trafic, susceptibles d’être empruntées par des enfants.
    Pour Liège plus particulièrement, l’achèvement du réseau cyclable structurant en cours de réalisation depuis 2011 est prioritaire, en maximisant les aménagements en site propre ;
  • L’adoption systématique du principe STOP dans toute nouvelle réalisation, avec pour principe directeur : oserais-je y laisser rouler à vélo un enfant de 8 ans ? ;
  • L’instauration généralisée de la zone 30 (des exceptions pouvant être faites pour certaines voiries de transit, notamment celles où des aménagements cyclables en site propre existent).
Réseau cyclable structurant
Cliquer sur l'image pour agrandir

Extrait du Plan Urbain de Mobilité